Aller au contenu principal

La viticulture bio planche sur ses futurs plants

Quels plants pour la viticulture bio ? La question a fait l’objet d’un colloque national le 9 janvier dernier, dans le but de préparer la filière à l’obligation d’utiliser des plants bio à partir de 2035. Le point sur le sujet en cinq questions.

D'ici à 2035, les viticulteurs bio seront obligés d'utiliser des plants certifiés bio.
© P.CRONENBERGER

Organisée par la Fédération nationale de l’agriculture biologique (Fnab) en collaboration avec la Coordination agrobiologique (CAB) des Pays de la Loire, une journée d’échanges a mobilisé vignerons bio, pépiniéristes et administrations sur les plants destinés à la viticulture bio. Des représentants de la DGAL (1), de l’INAO (2), de l’IFV et de FranceAgriMer étaient présents. Elle constitue un premier pas afin d’anticiper la nouvelle réglementation. Si l’échéance de 2035 paraît éloignée, de l’avis des participants, il est grand temps de s’y mettre car des solutions techniques et réglementaires sont à trouver. Un groupe de travail va se mettre en place dans les mois qui viennent. « On sent une volonté commune de toutes les parties prenantes d’avancer », se réjouit Guy Bossard, représentant de la Fnab au comité national bois et plants de FranceAgriMer.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation de filets d'ombrage pourrait être un levier à moyen terme pour s'adapter à la hausse des températures et le changement du profil des vins. © CA 84
Cinq pratiques viticoles pleines d’avenir
Autres temps, autres mœurs. Le changement du climat et l’avènement de l’agroécologie vont faire évoluer petit à petit le…
Robert Plageoles, vigneron au domaine éponyme, a fait référencer les pieds de vigne sauvage de la forêt de Grésigne afin de les protéger des arrachages intempestifs. © J. Gravé
La vigne sauvage, un potentiel en tant que porte-greffe à explorer
Dans le Tarn, Robert Plageoles, du domaine Plageoles, se passionne pour la vigne sauvage, ou Vitis sylvestris. Persuadé que son…
Les vendeurs de phyto ne peuvent officiellement plus vous conseiller depuis le 1er janvier
Désormais la loi interdit aux fournisseurs de produits phytosanitaires de jouer le rôle de conseil tel qu'il existait jusqu'à…
Flavescence dorée : la réglementation évolue
Début 2021, un nouvel arrêté de lutte contre la flavescence dorée et son agent vecteur devrait être publié. Des discussions sont…
Les turricules témoignent de la présence de vers de terre, et donc d'une partie de l'activité biologique. © C. Gloria
À la reconquête de la fertilité biologique des sols viticoles
Anciennement perçu comme un simple réservoir, le sol et son fonctionnement reviennent petit à petit au centre des préoccupations.
Cédric Moussé ne manque pas d'expliquer sa démarche lorsqu'il reçoit des clients au caveau. © J.-C. Gutner
Limiter son empreinte carbone à la vigne et au chai
Vigneron à Cuisles, dans la Marne, Cédric Moussé a intégré dans sa stratégie d’entreprise la modération de l’impact de sa…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole