Aller au contenu principal

Météo
La sécheresse menace la majeure partie des vignobles du monde

Alors que le développement précoce de la vigne commence à inquiéter en Europe, Serge Zaka, agroclimatologue pour ITK, revient les conséquences de la sécheresse sur l’ensemble des vignobles de la planète.  

Serge Zaka, agroclimatologue chez ITK
Serge Zaka, agroclimatologue chez ITK
© Nathalie Marchand

Avec un hiver particulièrement doux, l’actualité se concentre sur le développement précoce de la vigne en Europe. Quelques rares parcelles méridionales montrent depuis début janvier des signes de réveil (bourgeons gonflés). Heureusement, cette situation reste, pour le moment, marginale. Les températures devraient revenir aux normales de saison à partir du 17 janvier, ce qui devrait arrêter le développement de la vigne. Il faudra surveiller les températures en février. Si la vigne débourre trop tôt, elle sera sensible au gel d’avril.

Dans le même, en plein hiver, la situation hydrique des sols reste inédite sur toutes les vignes de l’Aude et des Pyrénées Orientales. Cette sécheresse prolongée nous a poussés à prendre un peu de hauteur : quelles régions viticoles du monde subiront une accentuation des stress hydriques estivaux ? Et le résultat n’est pas très rassurant…

 

La répartition des zones viticoles mondiales n’est pas le fruit du hasard

Le climat méditerranéen offre un environnement adapté à l’exploitation d’une grande palette de terroirs viticoles. La saison de croissance y est longue et ensoleillée. Cela permet à la fois un démarrage précoce de la végétation et des vendanges tardives. Le climat méditerranéen est également particulièrement favorable à des processus de maturation bien équilibrés et à une bonne qualité organoleptique (couleur, tannins et arômes). C’est pour cela que toutes les régions bénéficiant du climat méditerranéen sont connues pour leur production viticole : le pourtour de la Méditerranée, la Californie, le centre du Chili, la pointe de l’Afrique du Sud et l’Australie.

L’intégralité des climats méditerranéens se trouve aux latitudes moyennes (40° à 50° N et 30° à 40° S), généralement entre l’isotherme 10 et 20°C. C’est essentiellement là que l’on retrouve donc la production viticole. Il y a cependant quelques exceptions comme les vignobles chinois et d’Uruguay qui ne bénéficient pas d’un climat méditerranéen ou encore des vignobles périphériques bénéficiant de microclimats comme les vignobles de Champagne et d’Alsace.

© ITK

 

Les vignobles se situent essentiellement dans des hotspots climatiques

D’après l’Atlas du GIEC, illustrant les évolutions anticipées du climat, pour un réchauffement de 2°C, l’ensemble des climats méditerranéens du globe verront les précipitations annuelles baisser de -5 à -30%. Cette baisse est notamment due à un assèchement de la période estivale et sera accentuée par une évapotranspiration à la hausse (pilotée par la hausse des températures). Ainsi, près de 90% des surfaces mondiales de vignes devraient subir des stress hydriques plus prononcés. Les vignobles chinois et d’Uruguay, hors climat méditerranéen, semblent épargnés par cette tendance. Il est important de noter que, contrairement à l’évolution de la température, les simulations d’impacts sur les précipitations sont beaucoup plus complexes. Pour ce paramètre, il existe encore d’importantes incertitudes dans les résultats de simulations des modèles exploités par le GIEC.

La zone méditerranéenne européenne est d’ailleurs décrite comme un « hotspot » du changement climatique par les climatologues. C’est la région viticole qui devrait, à priori, subir le plus d’évènements climatiques affectant la production du vin et nécessitant une évolution des traditions.

© IPCC

 

 

Des évolutions nécessaires de la production

Le changement climatique ne signe pas la fin de la production viticole des climats méditerranéens. Les vignobles doivent apprendre à évoluer avec le climat :

  • Des décalages des travaux agricoles suivant l’évolution de la phénologie : débourrement et vendanges plus précoces, périodes de sensibilité et de traitements décalées etc.
  • Des adaptations de la génétique : implantation de cépages plus résistants aux stress hydriques et thermiques.
  • Des évolutions, parfois profondes, des traditions et des cahiers des charges : évolution du cahier des charges de AOC, inévitable modifications des qualités organoleptiques à commencer par la teneur en alcool.
  • Des modifications des pratiques agricoles vers des systèmes maximisant la rétention de l’eau par le sol et l’entêtement des extremums thermiques : techniques de l’agriculture de conservation des sols (moins de labour, couverts végétaux), modification du port végétal pour maximiser l’ombrage sur le sol et protéger les grappes (comme le port « pergola »).
  • Des pratiques de conservations et de protections de l’eau : retenues collinaires étudiées en accord avec les normes environnementales de chaque pays, déploiement des outils d’aide à la décision agricole et des systèmes d’irrigations performants et connectés.

 

L’évolution la plus marquante sera certainement l’évolution de la biogéographie des régions viticoles, c’est-à-dire l’aire de répartition de l’implantation de la vigne. En effet, la zone de production s’étend au nord et prend de l’altitude. D’ici 2050, il ne serait pas étonnant d’avoir un millésime belge ou anglais.

 

Retrouvez toutes les chroniques de Serge Zaka

Rendements du blé et du maïs face au changement climatique : à quoi s’attendre en 2050 ? Quels enseignements en deux siècles ?

Production de fourrages : quel sera l’impact du changement climatique en 2070 ?

[La météo de Serge Zaka] : Quelle différence entre température mesurée et température perçue

[La météo de Serge Zaka] Dôme de chaleur au Canada, vague de froid en Amérique du Sud : quels impacts pour l’agriculture ?

[La météo de Serge Zaka] Sorgho, maïs et changement climatique : que disent les données scientifiques ?

[Météo] Pluies en France : d'un extrême à l'autre, quels effets sur l'agriculture ?

[Météo] Le retard du développement maïs en France en 2021 expliqué par l’agroclimatologie

[Météo] « Le gel fait son retour ! » : Serge Zaka alerte les agriculteurs

[Météo] Les records de la vague de chaleur plus graves que l'épisode de gel pour l'agriculture

Les trois outils incontournables pour visualiser le changement climatique

Modélisation agrométéorologique : nouveau "GPS" des agriculteurs pour sécuriser la conduite des cultures

Dust Bowl aux Etats-Unis : des dizaines de milliers de km² de culture abrasés par le sable !

Canicule en Amérique du Sud : des pertes considérables pour l'agriculture

Météo de Serge Zaka - Sécheresse hivernale : la pousse des céréales et prairies sévèrement ralentie dans le Sud

[Mis à jour] Retour du gel d’avril en 2022 : va-t-on revivre le cauchemar d’avril 2021 ?

Sécheresse du printemps 2022 : la situation s’aggrave

Moisson 2022 : les sources météo de Serge Zaka

Canicule 2022 : pourquoi le scénario de l'été 1976 se rapproche, selon Serge Zaka

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Salons de matériel viticole 2022 : les 7 innovations les plus marquantes
Sival, Agrovina, Viti-Vini, Sima, Vinitech… Nous avons couvert de nombreux salons viticoles durant l’année 2022, et y avons…
Bahco, Arvipo et Mage proposent des sécateurs électriques avec une batterie intégrée dans le manche.
Sécateurs électriques viticoles : le sans-fil se taille une place dans les vignes
Le Vitilab a testé pour nous trois sécateurs électriques sans fil du marché. Ces outils ont tous donné satisfaction mais visent…
Les 10 nouveautés équipements viticoles qu'il fallait découvrir au Sival 2023
Le Sival 2023 réserve son lot de nouveautés. Petite sélection concernant le monde viticole.  
Selon les données de l'Axema, Fendt a immatriculé le plus grand nombre de tracteurs spécialisés en 2022, rétrogradant New Holland à la seconde place. Kubota reprend sa place de troisième à Same.
Immatriculations des tracteurs spécialisés 2022 - Fendt retrouve la première place
Les statistiques officielles relatives aux immatriculations de tracteurs en 2022 viennent d’être publiées par l’Axema, l’union…
Romain Henrion, consultant viticole, apprécie le rapport qualité/prix des sécateurs sans fil.
Les sécateurs électriques sans fil se déploient dans les vignes
Les premiers sécateurs sans fil commencent à se faire une place dans les vignes. Leurs utilisateurs plébiscitent le très bon…
La taille de la vigne se réalise à l’aide d’un sécateur.
Comment tailler la vigne ? Huit choses à savoir
Pour un bon rendement et une bonne qualité des grappes, il est indispensable de bien tailler sa vigne et à la bonne période.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole