Aller au contenu principal

Vigne : la passion de la vigne et du vin. Actualité sur la viticulture, l’œnologie, l'équipement, dédié aux viticulteurs et aux

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

réussir demain
La radulanine A, un potentiel substitut naturel au glyphosate

© Starover Sibiriak/Fotolia

Qu’est-ce que la radulanine A ?

Il s’agit d’une molécule naturelle produite par les hépatiques, sortes de mousses sauvages qui poussent en France et plus abondamment en Asie. Bastien Nay et ses collègues du laboratoire de synthèse organique du CNRS l’ont rendu facilement disponible il y a quelques mois, grâce à la chimie de synthèse.

Quels sont ses effets ?

Cette molécule présente des analogies avec un composé semblable à l’acide abscissique, une hormone végétale. Le biologiste Emmanuel Baudouin et la doctorante de l’école polytechnique Wei Zhang ont donc testé l’effet de la radulanine A sur la plante Arabidopsis thaliana, une crucifère adventice modèle en biologie. Ils ont pour cela incorporé une solution contenant la molécule dans le substrat de culture. Dès 24 heures après application, les chercheurs ont observé des effets herbicides, allant jusqu’au dépérissement complet de la plantule. « Et cela a une concentration active relativement basse, de 50 microgrammes par millilitre, ajoute Bastien Nay. Ce qui est proche du glyphosate, qui faisait office de référence pour cet essai. » Au vu du mode d’administration utilisé dans cette expérience, on peut imaginer un effet systémique, même si les chercheurs n’ont pour l’heure aucune information.

À quel stade en est le développement et quelles sont les perspectives d’utilisation en viticulture ?

Un brevet a été déposé au printemps, et un chercheur tente d’identifier le mode d’action de cette molécule. La deuxième priorité sera de passer des tests de toxicité pour vérifier la non-dangerosité pour l’homme et l’environnement. En parallèle, de nouveaux tests sont en cours sur d’autres plantes pour consolider les résultats. « Des entreprises nous ont déjà contactés pour nous témoigner leur intérêt envers ce composé », informe Bastien Nay. Si son efficacité en tant que désherbant est validée, il faudra encore plusieurs années de développement et d’homologation avant d’obtenir un produit commercial.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Vignette
Beaujolais : 30 % de pertes suite à la grêle
Dimanche 18 août en fin de journée, la grêle s’est invitée sur les terroirs des Pierres Dorées, un secteur pourtant protégé par…
Vignette
Le soufre a-t-il accentué les effets de la canicule ?
Les applications de soufre avant l’épisode de canicule du 28 juin dernier ont parfois aggravé les symptômes observés de brûlures…
Vignette
A Bergerac, le Quai Cyrano défend l’oenotourisme
La maison des vins de Bergerac et Duras et l’Office de tourisme partagent désormais une même adresse à Bergerac, face à la…
Vignette
Le tri de la vendange version haut de gamme
Depuis une dizaine d’années, plusieurs fournisseurs proposent des équipements de tri automatiques perfectionnés : optiques ou…
Vignette
Un projet pour coconstruire l’adaptation au changement climatique
Le projet Climenvi, lauréat 2017 de l’appel à projets Partenariat européen pour l’innovation a débuté début juillet 2019.…
Vignette
Les biofilms microbiens à l’épreuve de la science
 Les biofilms, des agglomérats de microorganismes adhérant à un support, serait une forme de résistance aux produits…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole