Aller au contenu principal

La linotte mélodieuse, oiseau emblématique et vulnérable des vignobles

En fort déclin depuis plus de vingt-cinq ans, la linotte mélodieuse est emblématique de la situation des passereaux granivores inféodés au milieu agricole. Dans les vignobles, il est possible de protéger cette espèce classée sur la liste rouge des oiseaux nicheurs par l’UICN (1).

La linotte mélodieuse est un oiseau migrateur présent dans toute l’Europe. Principalement granivore, « c’est une espèce qui affectionne les milieux ouverts à végétation herbacée basse avec la présence de buissons pour y construire son nid », observe Frédéric Mahler, administrateur à la Ligue de protection des oiseaux (LPO). Elle fréquente la plupart des espaces agricoles, bocages, champs cultivés, prairies et « c’est, souligne le spécialiste, un oiseau typique des vignobles traditionnels avec de l’herbe ». Une étude réalisée en Bourgogne pendant deux années consécutives (2011-2012) montrait que sur trente espèces d’oiseaux recensées sur 18 parcelles, la linotte mélodieuse figurait en deuxième position des espèces les plus fréquentes et les plus abondantes après la fauvette à tête noire. Ce passereau apprécie les vignes du fait de la présence de nombreuses plantes annuelles dont il mange les graines et où il capture des milliers d’insectes dans les pampres de la vigne pour nourrir ses petits. Au niveau national, la linotte mélodieuse a malheureusement vu ses populations réduites de plus de deux tiers en vingt-cinq ans et elle est classée comme « vulnérable » sur la liste rouge des oiseaux nicheurs au niveau national. L’intensification agricole et la disparition des ressources alimentaires indispensables à la survie de cette espèce granivore en sont très certainement la cause.

(1) UICN : Union internationale pour la conservation de la nature.
 

Caractéristiques

Description

La linotte mélodieuse (Linaria cannabina) est un passereau plus petit que le moineau, de la famille des Fringillidés. Le mâle adulte se reconnaît à la couleur flamboyante de son front et de son poitrail. La tête est grise et l’œil sombre. Les flancs sont brun orangé et les plumes de la queue, les rectrices, tachées de blanc. Le bec est gris, conique et puissant, typique de son régime alimentaire granivore. Les jeunes et la femelle sont semblables, sans les taches criardes sur le front et le poitrail.

Mode de vie

L'oiseau se nourrit de graines et d'insectes qu'il trouve dans l'enherbement du sol.

L’oiseau est essentiellement granivore et consomme une grande variété de graines (colza, éteules, chardons, polygonacées, pissenlits, bourses à Pasteur…) mais aussi quelques insectes (larves, araignées) en période de nidification. Les linottes se nourrissent souvent au sol en groupes et ne sont pas discrètes, elles s’activent, sautillent et sont sans cesse en train de s’appeler. Les couples se forment en mars, la ponte a lieu le plus souvent en avril et la femelle construit rapidement son nid, parfois à même les ceps et pas toujours dissimulé dans la végétation. L’incubation dure douze à treize jours et les oisillons séjournent au nid pendant douze jours. Dès la fin de la nidification, les linottes se regroupent en bandes pour passer l’hiver. « Celles qui sont le plus au nord migrent vers le sud mais la plupart ne dépassent pas une centaine de kilomètres », remarque Frédéric Mahler.

Préservation

Le déclin observé de la linotte mélodieuse est sans doute lié à la baisse de ses ressources alimentaires, les petites graines d’herbacées sauvages qu’elle consomme étant souvent considérées comme de mauvaises herbes dans les zones de culture. Sa protection passe donc notamment par le maintien et le rétablissement de zones herbacées en milieu agricole et dans les vignes et par une utilisation très raisonnée des pesticides. Il est également recommandé de planter des haies, de laisser des friches. La végétation spontanée lui est très favorable : un simple roncier de 5 m2 peut par exemple héberger jusqu’à une dizaine de linottes mélodieuses nicheuses. Et, l’hiver, il ne faut pas hésiter à disposer des petites graines sur des mangeoires ou plateaux.

Le nom vernaculaire linotte mélodieuse vient du lin, une plante très appréciée par cet oiseau, et de la musicalité de son chant. On peut l’entendre chanter toute l’année mais particulièrement de mars à juillet.

Les linottes ont une espérance de vie de six ans.

Les populations de linotte mélodieuse étaient estimées entre 500 000 et 1 000 000 en 2013, selon la LPO.

Si vous observez des linottes mélodieuses, vous pouvez enregistrer vos observations sur le site https://www.faune-france.org/

Les plus lus

Le Skiterre se compose de deux grands skis qui assurent le contrôle de la profondeur et de la position de la lame.
« Le Skiterre, un outil intercep simple et productif »
Vignerons en Anjou, Nicolas et Christophe Moron se sont équipés d’un outil de travail du sol intercep Skiterre.
Vigneron plantant une nouvelle parcelle avec des pieds de Pinot noir dans la vallee de la Marne en AOC Champagne.Droit de plantation.
Quand FranceAgriMer exaspère les viticulteurs

FranceAgriMer joue un rôle essentiel dans l’attribution des aides. Face aux dossiers chronophages, aux contrôles…

Pellenc - Un robot à chenilles dans les vignes

Pellenc dévoile un robot à chenilles pour les vignes, le RX-20.

Le Dyna-Drive est un outil de travail du sol auto-animé réalisant un mulchage en superficie.
« Le Bomford Dyna-Drive est un outil interrang entre le rolofaca et le rotavator »

Jérôme O’Kelly utilise depuis quatre ans un outil de travail du sol auto-animé.

Chargement d'un camion citerne de la coopérative viticole CRVC (Coopérative régionale des vins de Champagne) enlèvement d'une cuvée chez un vigneron adhérent durant les ...
Vin en vrac acheté à prix abusivement bas : que peut changer la condamnation de deux négociants bordelais

En pleine crise viticole, un jugement se basant en partie sur un article issu de la loi Egalim vient de condamner deux…

Taille de la vigne avec le sécateur électrique viticole sans fil Mage Sam 25, fonctionnant avec batterie au Li-ion, à Mâcon, dans les vignes du Vitilab, en octobre 2022
Lutte contre le gel : « Il faut réserver la taille tardive aux parcelles viticoles les plus gélives et pas trop chétives »

Benjamin Bois, chercheur à l’institut universitaire de la vigne et du vin Jules Guyot, en Bourgogne, a travaillé sur la taille…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole