Aller au contenu principal

Vigne : la passion de la vigne et du vin. Actualité sur la viticulture, l’œnologie, l'équipement, dédié aux viticulteurs et aux

E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

Rhône
La clairette-de-bellegarde veut sortir de l’ombre

A côté des rosés et des rouges, les blancs méditerranéens sont méconnus. Un handicap que certains tentent de transformer en atout pour conquérir des marchés de niche. C’est l’ambition de l’appellation rhodanienne clairette-de-bellegarde qui fête ses 70 ans.     

clairette-de-bellegarde
L'appellation rhodanienne issue à 100% de clairette blanche joue la carte de la fraîcheur et de l'originalité pour se faire connaître.
© C.Gerbod

Produite sur seulement 8 hectares entre Arles et Nîmes, la clairette-de-bellegarde est un vin blanc tranquille issu exclusivement du cépage clairette. Sa rareté la rend déjà originale. "Tout le monde en a entendu parler, personne n’en a goûté", résume Sylvain Boutée du Clos des Boutes. Il est l’un des quatre vignerons indépendants (tous en bio) qui avec une coopérative, défendent cette AOC confidentielle qui fête ses 70 ans cette année. Une occasion que les producteurs saisissent pour augmenter la notoriété de leur appellation et lever la confusion avec l’effervescente clairette-de-die (qui contient au minimum 70% de muscat).

Un vieux cépage qui a de l'avenir

"La clairette est un cépage très adapté à notre terroir, qui résiste bien à la sécheresse. Il est peu sensible aux maladies du bois, à l’oïdium et au mildiou grâce à sa rusticité", souligne Bruno Manzone, du domaine Manzone, également à la tête de la coopérative Les Vignerons Créateurs. « Les jeunes qui s’installent plantent de la clairette, c’est un signe de renouveau », se réjouit Jérôme Chardon de l’EARL Terre de Chardons. Vinifié en solo, le cépage exprime de la fraîcheur et "marque le terroir". Selon le sol et la vinification, il fait des vins légers ou plus structurés. Il révèle une capacité de garde intéressante. Autant d'atouts pour convaincre qu’être assemblé dans un costières-de-nîmes ou en IGP n’est pas le seul avenir de la clairette. Avec seulement 10 % de surface plantée en clairette sur la zone d’appellation et revendiqués à ce jour, la clairette-de-bellegarde a du potentiel !

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Vignette
Xylella fastidiosa: connaître l'essentiel
Les vignes européennes sont sous la menace de la maladie de Pierce, affection mortelle causée par la bactérie Xylella fastidiosa…
Vignette
Soufflet Vigne monte en puissance sur le conseil
L’ouverture d’un nouveau magasin à Vinzelles, dans le Mâconnais, sonne le coup d’envoi de la mise en place de la nouvelle…
Vignette
Des vins sur mesure grâce à la prestation
Sous-traiter l’élaboration des effervescents est la norme lorsque les volumes envisagés ne justifient pas un investissement. Au…
Vignette
Un combiné écimeuse-gyrobroyeur
Mathieu Sarette, vigneron à Saint-Paulet-de-Caisson dans le Gard, a monté son écimeuse sur son gyrobroyeur, le tout en poste…
Vignette
À Bandol, la fête du millésime est compromise
La 38e édition de la fête du millésime, qui a lieu à Bandol chaque premier dimanche de décembre, est en sursis. A l’…
Vignette
Relever le défi de la bulle, l'exemple du domaine de la Réméjeanne
Faire de la bulle. C’est une idée qui trottait depuis longtemps dans la tête d’Olivier Klein, vigneron au domaine de la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.20€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole