Aller au contenu principal

Hennessy veut décarboner la distillation de cognac

Depuis 2019, la maison Hennessy travaille sur l’usage de l’hydrogène en combustion pour distiller, afin de diminuer son empreinte carbone. Les premiers résultats sont encourageants.

Le programme de R&D lancé par Hennessy teste l'alimentation d'un brûleur de distillation avec un mélange de 20 % d'hydrogène vert et de 80 % de biométhane.
Le programme de R&D lancé par Hennessy teste l'alimentation d'un brûleur de distillation avec un mélange de 20 % d'hydrogène vert et de 80 % de biométhane.
© Hennessy

Hennessy cherche à limiter sa consommation d’énergie depuis une vingtaine d’années. Le leader du cognac s’est aussi fixé un objectif de réduction de son empreinte carbone de 50 % d’ici 2030. La distillation, gourmande en énergie, est logiquement en première ligne. À l’échelle de la filière, elle mobilise 16 % des émissions de gaz à effet de serre. La phase de combustion elle-même génère 85 % des émissions de la distillation.

Après avoir atteint 20 % d’économies en optimisant sa consommation de gaz pour distiller, Hennessy s’est lancé dans un projet de recherche et développement (R&D) visant à utiliser une énergie décarbonée, en l’occurrence de l’hydrogène vert. Le projet est développé avec Bulane, spécialiste de la combustion à partir d’hydrogène produit par électrolyse.

De l’énergie produite et utilisée sur place

Premier principe, produire l’hydrogène à partir d’électricité issue à 100 % d’énergies renouvelables (condition pour qu’il soit « vert »). Second principe : produire l’hydrogène sur place et l’utiliser immédiatement, sans transport ni stockage. Ainsi le gain en émission carbone est maximisé.

Le troisième principe a été d’utiliser les brûleurs actuels. Le test a consisté à alimenter un brûleur en associant au gaz naturel (biométhane) une part de 20 % d’hydrogène. « Nous devons nous assurer de la déployabilité des solutions », cadre Félix Pouyanne-Lafuste, responsable de la distillation de la Maison Hennessy, qui pilote ce projet de R&D. Les trois distilleries que possède la maison Hennessy ne pèsent en effet que 6 % du volume annuel distillé. Les 94 % restants reposent sur 800 partenaires, qu’ils soient viticulteurs bouilleurs de crus ou distillateurs de profession. La solution doit donc pouvoir fonctionner avec les brûleurs majoritaires dans le vignoble.

La qualité de l’eau-de-vie validée en dégustation

En 2020, les premiers tests ont eu lieu sur banc d’essai. L’entreprise acquiert alors une première expérience des réglages à opérer pour que la distillation se déroule comme habituellement. Fort de ces résultats, le projet passe à la phase de test grandeur nature en février 2022 (campagne 2021-2022), en distillant sur dix jours au sein de la distillerie du Peu à Juillac-le-Coq, en Charente. La validation de la qualité de l’eau-de-vie obtenue par le comité de dégustation a été une étape essentielle pour passer à la phase suivante. « La notion de sécurité est étudiée avec minutie », précise aussi Félix Pouyanne-Lafuste.

En novembre 2022, les essais vont reprendre sur deux mois. Un travail a été mené pour améliorer encore certains éléments techniques assurant la maîtrise du profil de combustion. L’expérimentation mobilisera un alambic de 12 hectolitres, sachant que le standard présent dans les distilleries est plutôt de 25 hectolitres.

L’étude d’une formule 100 % hydrogène débute

En parallèle, le test en banc d’essai d’hybridation d’hydrogène vert et de propane pour alimenter les brûleurs est lancé. Car le propane est utilisé chez une partie des partenaires distillateurs d’Hennessy. Avec le dispositif testé, les 20 % d’hydrogène vert permettent d’améliorer d’autant le bilan carbone. Une autre phase du projet consiste donc à tester la distillation 100 % à l’hydrogène vert. Ce second volet sera lancé début 2023.

Si les premiers résultats obtenus sont encourageants, Félix Pouyanne-Lafuste reste prudent. « Ce programme part avec l’idée qu’il n’y aura pas une seule solution unique mais un mix à un instant T ou bien le développement prioritaire d’une solution qui arriverait à maturité avant une autre. »

Le contexte est beaucoup plus favorable à l’hydrogène qu’en 2019 du fait de la flambée des coûts de l’énergie et du développement de la stratégie nationale hydrogène. Mais il estime qu’on ne peut pas « brûler les étapes », même s’il constate « une accélération en termes d’intérêt pour le projet ». À ce stade l’aspect économique n’a pas encore été appréhendé. Hennessy travaille également sur d’autres solutions pour décarboner la distillation, dont la chauffe à la vapeur, projet mutualisé avec d’autres maisons et lancé il y a quatre ans.

Un projet à moyen et long terme

Si le rythme actuel se poursuit, Félix Pouyanne-Lafuste envisage un déploiement potentiel de la solution à 20 % d’hydrogène en 2025-2026.

Pour le 100 % hydrogène, « nous savons que cela va demander un changement de brûleurs, un nouveau savoir-faire à acquérir pour la gestion de la combustion », explique le responsable. L’horizon serait plutôt huit à dix ans.

 

Retrouvez notre dossier complet sur l'hydrogène :

Hydrogène en viticulture : mirage ou réel virage ?

L'hydrogène, une solution de plus pour le mix énergétique viticole

Les intrants de la filière viticole seront plus verts grâce à l’hydrogène

L'hydrogène est encore difficilement accessible pour les viticulteurs

Les véhicules utilitaires roulant à l’hydrogène sont propres, mais chers

L’hydrogène, une option pour motoriser les tracteurs vignerons

L’hydrogène en viticulture : la manutention est pionnière

Hennessy veut décarboner la distillation de cognac

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Salons de matériel viticole 2022 : les 7 innovations les plus marquantes
Sival, Agrovina, Viti-Vini, Sima, Vinitech… Nous avons couvert de nombreux salons viticoles durant l’année 2022, et y avons…
Bahco, Arvipo et Mage proposent des sécateurs électriques avec une batterie intégrée dans le manche.
Sécateurs électriques viticoles : le sans-fil se taille une place dans les vignes
Le Vitilab a testé pour nous trois sécateurs électriques sans fil du marché. Ces outils ont tous donné satisfaction mais visent…
Les 10 nouveautés équipements viticoles qu'il fallait découvrir au Sival 2023
Le Sival 2023 réserve son lot de nouveautés. Petite sélection concernant le monde viticole.  
Selon les données de l'Axema, Fendt a immatriculé le plus grand nombre de tracteurs spécialisés en 2022, rétrogradant New Holland à la seconde place. Kubota reprend sa place de troisième à Same.
Immatriculations des tracteurs spécialisés 2022 - Fendt retrouve la première place
Les statistiques officielles relatives aux immatriculations de tracteurs en 2022 viennent d’être publiées par l’Axema, l’union…
Romain Henrion, consultant viticole, apprécie le rapport qualité/prix des sécateurs sans fil.
Les sécateurs électriques sans fil se déploient dans les vignes
Les premiers sécateurs sans fil commencent à se faire une place dans les vignes. Leurs utilisateurs plébiscitent le très bon…
La taille de la vigne se réalise à l’aide d’un sécateur.
Comment tailler la vigne ? Huit choses à savoir
Pour un bon rendement et une bonne qualité des grappes, il est indispensable de bien tailler sa vigne et à la bonne période.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole