Aller au contenu principal

Faire appel à un Service de remplacement en viticulture

S’ils ne font pas de miracle face aux difficultés de recrutement que rencontre la filière, les Services de remplacement proposent des pistes d’aide en cas d’absence. Voici comment fonctionne cet outil méconnu.

En moyenne nationale, les motifs de maladie, accident, décès (36 %), de congés (32 %) et de maternité (18 %) sont en tête des remplacements opérés par les 15 000 agents des 329 Services de remplacement.
En moyenne nationale, les motifs de maladie, accident, décès (36 %), de congés (32 %) et de maternité (18 %) sont en tête des remplacements opérés par les 15 000 agents des 329 Services de remplacement.
© J.-C. Gutner

Nés il y a cinquante ans, les Services de remplacement emploient des agents, en CDI ou CDD, sélectionnés pour assurer des missions de remplacement dans les exploitations agricoles. Ce sont des associations constituées au niveau local et gérées par des agriculteurs. L’exploitant est remplacé par un salarié mais il est déchargé des tâches administratives liées à cet emploi. De son côté, il assure l’accueil, la transmission des consignes ; il est responsable des conditions d’exécution du travail.

Pour pouvoir être remplacé, il faut adhérer à l’association en tant que chef d’exploitation. L’adhésion permet aussi le remplacement pour les autres membres non-salariés de la famille travaillant sur l’exploitation (conjoint collaborateur, aide familiale). Selon Service de remplacement France, le réseau national des Services de remplacement, 70 000 exploitants sont adhérents.

Les motifs de remplacement se sont élargis

Sur le papier, les possibilités sont nombreuses. Le service peut être actionné pour congés maladie, accident, arrêts de travail. Le répit pour épuisement professionnel s’est ajouté en 2017. Recourir à un Service de remplacement pour les congés maternité et paternité, permet de bénéficier de l’indemnisation MSA. C’est aussi une voie à suivre en cas de formation, de responsabilité professionnelle ou syndicale, de participation au développement agricole du territoire ou tout simplement pour des vacances.

Le complément de main-d’œuvre pour les travaux saisonniers est un autre motif. Perrine Raverdy, responsable technique du Service de remplacement de la Marne, indique qu’il progresse. Pour le Service de remplacement du Gard, ce motif a représenté 2 % des heures en 2021, soit autant que les mandats syndicaux.

Les frais de remplacement sont variables

Un Service de remplacement est un groupement d’employeurs. Il rémunère l’agent et se charge de l’ensemble des formalités administratives. Il facture les frais de remplacement au demandeur. Le coût dépend de la qualification du poste remplacé, du type de remplacement et aussi des frais de gestion, variables en fonction des charges de structure de chaque service. Selon le motif de remplacement, le demandeur peut ou non prétendre à des aides qui vont venir en déduction des frais facturés. En conséquence, le coût final est très variable. Mobiliser des aides est l’un des rôles assurés par un Service de remplacement. Dans le cas d’un congé maternité, la MSA prend les frais en charge à 100 %. « Pour le congé paternité, le jeune papa doit juste acquitter les CSG et CRDS », avance Perrine Raverdy. Le Service de remplacement du Gard annonce pour ce motif un coût horaire de 1,57 euro. Pour un mandat syndical, cette même structure propose un tarif de 8,75 euros par heure tandis qu’il est de 16,50 euros pour un surcroît d’activité.

En cas de maladie, les conditions varient entre les cas de prise en charge à 100 % par la MSA, la souscription à l’assurance service de remplacement Groupama ou encore lorsqu’un tarif avec un crédit d’impôt pour quatorze jours maximum s’applique. Le remplacement pour investissement dans le développement agricole ou la formation sont aidés dans le cadre du Casdar, précise Marjorie Pinero, directrice du Service de remplacement du Gard.

Le défi du recrutement et de la fidélisation

Selon Service de remplacement France, 15 000 agents de remplacement sont employés chaque année, dont plus de 2 500 en CDI. Le tiers des agents se prépare à l’installation et 40 % ont entre 20 et 30 ans.

« Le poste d’agent de remplacement est un réel métier », estime Perrine Raverdy. Certains agents en CDI tournent sur plusieurs exploitations tout au long de l’année. La proportion de CDI et de CDD varie selon les agences. Le recrutement est un perpétuel défi, comme pour toute la filière. « Tous les moyens sont utilisés », concède Franck Laur, directeur de Service de remplacement France. Les leviers sont aussi bien la publication d’offres d’emploi sur les sites web, les réseaux sociaux, les interventions dans les écoles et les centres de formation, le bouche-à-oreille, les organismes d’insertion professionnelle… Au Service de remplacement de la Marne, Perrine Raverdy, constate que ces missions peuvent attirer des exploitants, en recherche d’un complément d’activité. Parmi les 120 salariés employés par an, certains sont des jeunes retraités désirant garder une activité.

« Nous travaillons à fidéliser les agents », confie-t-elle. Même préoccupation dans le Gard : l’agence met en place des journées de cohésion et une prime de fin d’année.

Les Services de remplacement ont toutefois une carte à jouer. « Ce qui ressort des entretiens que nous avons avec nos agents c’est qu’ils apprécient cette polyvalence, le fait de travailler dans différentes exploitations, avec différentes visions », expose Perrine Raverdy. Une flexibilité assumée, tout en ayant un revenu salarié.

L’exploitation peut aussi proposer une personne de son choix. C’est souvent le cas pour les congés longs, comme les congés maternité. Dans le Gard, Marjorie Pinero estime la proportion d’agents trouvés par le Service de remplacement à environ 60 % tandis que 40 % sont des personnes proposées par les exploitations. « Souvent, il y a une crainte de faire venir quelqu’un de l’extérieur », analyse-t-elle. Cette voie s’impose aussi lorsque le Service ne trouve pas de salarié.

L’activité de remplacement se développe

Être prêt à déléguer est une condition indispensable pour que le remplacement fonctionne. L’anticipation est évidemment préférable quand c’est possible. Pour les congés maternité et paternité, il convient d’engager les démarches dès le sixième mois de grossesse. Les Services de remplacement insistent sur l’importance du temps d’échange entre remplaçant(e) et remplacé(e). L’outil souffre encore d’une notoriété insuffisante. Dans le Gard, sur les 3 000 exploitations agricoles, Marjorie Pinero note que seulement 250 sont adhérentes du Service de remplacement. Le coût de l’adhésion, de 35 à 50 euros, ne lui semble pas vraiment être un frein. « Il est même offert pour les deux premières années d’installation », indique-t-elle. Du côté des remplacés, elle assure qu’une enquête a dévoilé un taux de satisfaction de 84 %. L’activité se développe toutefois. Sur les 242 adhérents de 2021, 131 sont de nouvelles adhésions. Les trois postes d’agents en CDI pourraient monter à 4 ou 5 prochainement.

voir plus loin

En cumul national, les Services de remplacement assurent 650 000 journées de remplacement par an. Elles se répartissent en :

Maladie, accident, décès : 36 %

Congés : 32 %

Maternité : 18 %

Paternité : 5 %

Développement agricole et rural : 3 %

Formation : 2 %

Mandat professionnel, syndical, électif : 2 %

Répit pour épuisement professionnel : 2 %

Source : Service de remplacement France

Ludivine Verlaguet, chef d’exploitation de la Commanderie de Cotelier, associée avec son frère en AOP costières-de-nîmes.

« J’ai fait appel à quelqu’un que je connaissais »

 

 
Ludivine Verlaguet, chef d’exploitation de la Commanderie de Cotelier, associée avec son frère en AOP costières-de-nîmes.
Ludivine Verlaguet, chef d’exploitation de la Commanderie de Cotelier, associée avec son frère en AOP costières-de-nîmes. © L.Verlaguet
« J’ai sollicité le Service de remplacement pour mon congé maternité qui intervenait à partir d’août 2021. C’était d’autant plus important que ça tombait pendant les vendanges. J’ai fait appel à quelqu’un que je connaissais, un saisonnier de 58 ans qui vient régulièrement chez nous. J’avais confiance en lui. Il connaît l’exploitation mais pour certaines tâches, il a fallu le former. Ça s’est fait progressivement. J’ai pu anticiper. Je n’ai pas accouché plus tôt et j’ai pu passer à la cave tous les jours. Il a pu m’appeler pendant les vendanges. Tout le travail de cave s’est bien passé.

 

Tout l’administratif est géré par le Service, c’est très facile. Dans cette période pleine de bouleversements, c’est bien de pouvoir s’appuyer sur eux. Je conseille d’enclencher la demande le plus tôt possible. La rémunération était prévue jusqu’à mi-décembre mais je n’ai pas prolongé jusque-là. On ne peut pas se permettre de s’arrêter davantage quand on travaille pour soi. »

Matthieu Petitprêtre, agent de remplacement dans la Marne

« Il faut beaucoup d’écoute »

 

 
Matthieu Petitprêtre, agent de remplacement dans la Marne
Matthieu Petitprêtre, agent de remplacement dans la Marne © M. Petitprêtre
« J’ai 29 ans. Je suis agent de remplacement en viticulture et agriculture depuis quatre, cinq ans. Je suis moi-même exploitant agricole. Pour moi, au-delà du complément de revenu, c’est l’occasion de voir des personnes extérieures, de découvrir différents points de vue, différentes façons de travailler. J’apprends en permanence. Il y a des gens chez qui je retourne régulièrement comme pour la vigne ; pour d’autres c’est ponctuel. Sur une année, je vais chez une dizaine de personnes. J’interviens jusqu’à 40 km de chez moi. Au début, il y a toujours de la réticence mais les gens chez qui je vais savent que je suis exploitant donc ils me laissent faire beaucoup plus de choses. Pour que le remplacement fonctionne, il faut de la polyvalence, de l’envie, de l’adaptation et beaucoup d’écoute. Il y a des personnes chez qui on va qui dialoguent énormément, d’autres moins. Il faut réussir à s’adapter. »

 

 

 
Faire appel à un Service de remplacement en viticulture
© Source : d'après Service de Remplacement France
 

 

Les plus lus

Gérard Genty a transmis une partie de son domaine à Anaïs Pertuizet.
Transmission : « J’ai restructuré une partie de mes parcelles viticoles »

Gérard Genty, ex-viticulteur à Lantignié, dans le Rhône, a opté pour un mélange de solutions lors de sa retraite. Une partie…

Le fonds d'urgence annoncé par Marc Fesneau en réponse à la crise viticole et aux manifestations vient d'être mis en place.
Fonds d’urgence viticole : attention, les délais sont serrés !

Promis par le ministre de l’Agriculture suite aux manifestations, le fonds d’urgence est désormais opérationnel. Il est ouvert…

Crise viticole : Marc Fesneau annonce un plan de 230 millions d'euros

Invité ce mercredi 31 janvier sur Sud Radio, le ministre de l’Agriculture Marc Fesneau a dévoilé les mesures du plan viticole…

Pellenc lance le châssis polvalent économique et évolutif Combiviti.
Pellenc Combiviti - Un châssis porte-outils économique et évolutif

Pellenc complète son offre en châssis polyvalents, avec un modèle d'entrée de gamme et évolutif.

Henri Serral, viticulteur dans l'Aude, réclame notamment un accès à l'eau.
Manifestations agricoles : « La situation est très critique, nous sommes en train de perdre le vignoble »

Henri Serral, viticulteur à Portel-des-Corbières, dans l’Aude, va aller manifester demain. Voici les trois mesures qu’il…

Le pulvé autonome Kfast est doté de quatre roues motrices et directrices.
Kubota/Fede - Un pulvérisateur automoteur et autonome pour les vignes et vergers

Kubota présente un robot de pulvérisation, le Kfast. 

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole