Aller au contenu principal
Font Size

En Provence, le Centre du rosé prépare le rosé du futur

Alors qu’il fête ses 20 ans, le seul centre de recherche au monde uniquement dédié́ au vin rosé compte poursuivre sur sa lancée et rester précurseur sur les questions liées à l’avenir de ce vin.

Lors de l'anniversaire des 20 ans du Centre du rosé, un nouveau nuancier en treize couleurs a été dévoilé.  © E. Brugvin
Lors de l'anniversaire des 20 ans du Centre du rosé, un nouveau nuancier en treize couleurs a été dévoilé.
© E. Brugvin

Forte de l’essor des rosés de Provence auquel elle a contribué en deux décennies, l’équipe du Centre du rosé veut continuer de répondre aux demandes pressantes des metteurs en marché, notamment celle de savoir à quoi ressemblera le rosé de demain.

Vers plus de densité pour la couleur des rosés

Gilles Masson, le directeur du centre, estime qu’à moyen terme, les rosés de Provence et d’ailleurs pourront évoluer de leurs couleurs actuellement très pâles vers des teintes plus soutenues. Le nuancier lancé par le centre avec neuf couleurs est aujourd’hui une référence mondiale. Il passe à treize couleurs (qui ont chacune un nom) pour mieux décrire les produits à venir. Cet étalon comprend des nouvelles références baptisées nacre ou sable pour définir de nouvelles teintes particulièrement pâles, très proches du blanc, mais aussi des couleurs plus denses (grenat) pour mieux anticiper le spectre plus large des couleurs du rosé.

La saveur des vins au cœur des recherches

Pour conserver un temps d’avance sur l’évolution du goût du rosé et la différenciation des produits, le centre revoit sa méthodologie. Jusque-là, les équipes segmentaient leurs travaux pour bien identifier chaque phénomène et bien cerner la complexité du rosé. Désormais, les recherches visent à maîtriser les facteurs qui génèrent l’harmonie gustative. Ainsi, le centre s’investit dans la compréhension des saveurs (fraîcheur, rondeur…). Il travaille aussi sur la maîtrise de l’élevage des rosés de garde pour répondre à une demande qui reste encore à préciser par les partenaires du centre.

En poursuivant les études sur la relation entre les sols et les cépages, Gilles Masson compte par ailleurs prouver l’existence d’un réel effet terroir pour le rosé. Des résultats qui ne manqueront pas d’alimenter le vaste débat animant le monde du rosé entre la premiumisation et la multiplication des appellations terroirs d’une part et le fait de rester un produit simple et accessible, d’autre part.

Des nouveaux cépages en cours de test

Pour faire face aux évolutions climatiques, le centre teste aujourd’hui le rousselie (ex-rosé du Var) qui permet d’abaisser le degré dans des assemblages avec le grenache. Sont aussi étudiés : le caladoc associé au grenache et à la syrah, le rolle ou le cépage grec xinomavro, prometteur avec sa vendange de mi-septembre à mi-octobre. Du côté des cépages résistants, l’artaban est expérimenté, à commencer par Bernard Angelras, le président du Centre du rosé, qui l’a planté dans son domaine à Nîmes avec des résultats très satisfaisants. Les viticulteurs partenaires du laboratoire mettent à profit la réglementation qui les autorise à cultiver 5 % de cépages hors du cahier des charges de l’appellation et à en introduire 10 % dans une cuvée offrant au centre un immense laboratoire en conditions réelles. Autre piste, le palissage qui pourrait mieux protéger les grains avec l’amélioration de l’ombrage des feuilles.

Pas autocentrée, l’équipe provençale travaille avec d’autres régions qui cherchent à développer un rosé endogène avec sa propre typicité, différente du Provence, mais annonce s’interdire toute collaboration avec ceux jugés comme des « copieurs » de la Provence.

Un doublement de surface pour les labos

Pour rester proactive, l’équipe de 5 techniciens et 5 ingénieurs devraient voir, en 2021, la surface des salles d’expérimentation doubler pour atteindre 1 000 m2 à la faveur d’un déménagement. La taille de nouveaux locaux permettra de travailler dans les conditions plus proches de celles des exploitations. Le Centre du rosé vient de vendre ses locaux de Vidauban dans le Var à la municipalité et en devient locataire, le temps de chercher le terrain adéquat. Déjà, la chaîne d’embouteillage est acquise. L’investissement total s’élève à 3,5 millions d’euros. Le projet bénéficie d’un financement de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Selon les réglages, les brosses viennent plus ou moins lécher les pieds de vigne. © Boisselet
La brosse rotative intercep travaille en surface
Cet outil de travail du sol intercep permet un désherbage sous le rang tout en limitant les risques d’érosion.
Ecoceps
L'Ecocep revient sur le marché des interceps viticoles
Un an après la fermeture de CGC Agri, trois anciens salariés ont repris le brevet de l'Ecocep pour relancer cet outil de travail…
vinitech-sifel 2018
Le salon Vinitech-Sifel confirme la tenue de son édition 2020
La 22e édition du Vinitech-Sifel aura bien lieu du 1er au 3 décembre au parc des expositions de Bordeaux.…
La reconnaissance de « vins naturels » par Paris serait-elle contraire au droit européen ?
Les autorités françaises ont-elles l’intention de contourner la réglementation européenne en créant une nouvelle dénomination…
 © TikTok/ranjeet32432
Fixer aisément la barre du troisième point
L’astuce du mois nous vient des réseaux sociaux. Une idée pour attacher la barre de poussée du troisième point du tracteur d’une…
 © DR
Diag’Pulvé, un outil pour estimer la qualité d’application avec son smartphone
Pour mesurer rapidement la qualité de la pulvérisation, un projet de recherche appliquée dénommé Diag’Pulvé (1) vient…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole