Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

En finir avec les intoxications au CO2

Groupama Loire Bretagne, avec le soutien de la MSA, a mené une campagne de sensibilisation aux risques d’intoxication au CO2. Une centaine de vignerons nantais a pu bénéficier d’une formation gratuite sur la prévention et les bons réflexes à adopter en cas d’accident.

Les espaces confinés comme les cuves de vinification sont difficiles à ventiler. Le CO2 s'y accumule jusqu’à atteindre le taux de 8% dans l'air, seuil à partir duquel les lésions peuvent être irréversibles. © J.-C Gutner
Les espaces confinés comme les cuves de vinification sont difficiles à ventiler. Le CO2 s'y accumule jusqu’à atteindre le taux de 8% dans l'air, seuil à partir duquel les lésions peuvent être irréversibles.
© J.-C Gutner

Il n’a ni couleur, ni odeur, mais il peut tuer en quelques minutes. Ce gaz, c’est le CO2, coproduit de la fermentation alcoolique, ami des vins, ennemi des Hommes. En 2018 et 2019, le service départemental d’incendie et de secours (SDIS) de Loire-Atlantique est intervenu à cinq reprises pour des cas d’intoxication au CO2 dans des domaines viticoles. Une de ces interventions s’est soldée par deux décès. « Nous prenons la prévention très au sérieux et nous souhaitons toucher un maximum de professionnels du vin. C’est pourquoi nous avons contacté la fédération des vins de Nantes qui a invité l’ensemble de ses adhérents à participer à nos ateliers de prévention », explique Fabrice Henry, directeur Groupama Loire-Atlantique. Christophe Vilain, producteur de muscadet et élu mutualiste Groupama est par ailleurs à l’initiative de ces ateliers.

Stop aux idées reçues : la méthode de la bougie n’est pas fiable

Les organisateurs ont commencé par démonter l’idée selon laquelle la méthode de la bougie, utilisée par 60 % des vignerons du Muscadet, est fiable. « La légende veut que tant que la flamme de la bougie ne s’éteint pas, alors il n’y a pas de danger », expose Christophe Vilain. Ce qui est totalement faux. Grâce à un simulateur mis au point par le lycée agricole de Briacé, ils ont démontré que la flamme ne s’éteignait qu’à partir de 15 % de CO2 dans l’air. « Or, c’est autour de ce seuil que l’on perd connaissance. Et à partir de là, les minutes sont comptées puisqu’en moyenne il se passe 3 minutes avant l’arrêt cardiaque », complète le lieutenant Thierry Gautreau, du SDIS de Loire-Atlantique. Compte tenu du peu de marge de manœuvre, les mesures préventives restent donc les plus efficaces pour lutter contre ce fléau. « La première chose à faire est de former l’ensemble des salariés aux risques d’intoxication, et plus globalement à tous les risques du métier car les chais sont des environnements hostiles », soutient Fabrice Henry. Une attention particulière doit être portée à la conduite à tenir en cas d’intoxication au CO2. « Souvent les vignerons travaillent en famille, donc il est extrêmement difficile d’avoir le bon réflexe. Mais descendre dans une cuve pour en sortir un proche inconscient est la pire chose à faire, insiste le lieutenant Thierry Gautreau. Une personne sur trois est intoxiquée en portant secours."

S’équiper de détecteurs professionnels et travailler en binôme

Pour évaluer le risque, la technique la plus fiable reste le recours à un détecteur, à garder sur soi en descendant dans la cuve. « Les appareils envoient des alertes à 1,5 % et 3 % de CO2 dans l’air », rapporte Christophe Vilain. Si l’appareil vire au rouge, il faut alors introduire des ventilateurs pour chasser le gaz mortel, et s’armer de patience, puisqu’il est proscrit de pénétrer dans ces espaces confinés tant que les alarmes se déclenchent. « Travailler en binôme de sorte à ce que l’un puisse prévenir les secours si l’autre ne se sent pas bien », ajoute le lieutenant Thierry Gautreau. Dans ce cas, le numéro à composer est le 112. Les secours ont besoin d’un état des lieux complet pour optimiser leur intervention. En effet, le SDIS utilise du matériel spécifique, peu encombrant, car l’entrée des cuves est exiguë. En attendant les secours, la seule chose à faire est de ventiler la cuve par tous les moyens à votre disposition.

Pour poursuivre sur la sensibilisation, Groupama prévoit de mettre à disposition d’autres caisses départementales un court-métrage sur le risque d’intoxication au CO2. « Plus globalement, nous souhaitons mettre en place au niveau national des ateliers entièrement pris en charge afin de former la population aux gestes qui sauvent », indique Fabrice Henry, avant de préciser que seuls 22 % des Français sont à ce jour capables de les réaliser. La marge de progression est donc très grande.

Les trois phases à risque majeur d’intoxication

- La vinification
- Le nettoyage des cuves après soutirages, à cause du brassage des lies renfermant du CO2
- Le nettoyage des cuves après transfert des vins protégés à l’aide de neige carbonique
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Les Français boivent davantage de vin pendant le confinement
L'Association européenne des économistes du vin (EuAWE) et la Chaire Vins et Spiritueux de l’INSEEC U ont mené une enquête auprès…
La nouaison approche : sortez les machines à vendanger !
En Nouvelle-Zélande, le domaine Villa Maria fait un passage de machine à vendanger peu après la floraison. Cela permet de faire…
La viticulture française obtient des mesures d'aides spécifiques
Le gouvernement a dévoilé lundi 11 mai une première série de mesures d’aides à la filière viticole gravement touchée par la crise…
La suspension du pont avant s'ajuste au poids sur l'avant du tracteur de manière à conserver le maximum de course, en montée comme en descente. © Deutz-Fahr
Le pont avant suspendu apporte confort et sécurité
Ces dernières années, l’offre optionnelle en pont avant suspendu s’est généralisée dans les catalogues de la majorité des…
Le nombre de vignerons en biodynamie croit de plus de 10% par an. Les deux marques qui se proposent pour certifier la démarche offrent quelques différences. Leur fusion n'est pas envisagée pour l'instant. © J.-C. Gutner/Archives
Viticulture en biodynamie : une démarche, deux marques
La biodynamie a le vent en poupe depuis quelques années. Les vignerons qui veulent s’engager dans la démarche ont le choix entre…
Le gouvernement débloque 30 M€ pour accompagner la mise en place des ZNT
Un fonds national doté d’un budget de 30 millions d’euros va prochainement être débloqué pour soutenir les investissements des…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole