Aller au contenu principal
Font Size

DOSSIER
DOSSIER - Repenser l’étiquette

Premier contact avec le vin, l'étiquette revoit ses canons de beauté pour séduire le consommateur. Du concept à la réalisation finale, quelques conseils pour un lifting en douceur.

© C. Watier

L’avènement du marketing dans le monde du vin a propulsé l’étiquette dans le rôle clé d’élément déclencheur de l’acte d’achat. Sur ce petit bout de papier, véritable carte d’identité du vin, repose ce qui fera qu’une main se tendra vers une bouteille ou pas. Et de ce fait, l’étiquette qui, au xixe siècle, ne comportait que le strict minimum d’informations, regorge désormais d’informations plus ou moins complexes. L’étiquette use d’une rhétorique propre avec des codes en lettres gothiques, des blasons, des châteaux, des dorures. Elle se fait point de jonction entre l’extérieur qui questionne le liquide et l’intérieur caché et muet. Elle fait parler le vin, lui donne un nom, raconte ses origines et son concepteur. Les plus loquaces racontent un bout d’histoire familiale vigneronne, donnent à saliver en proposant quelques conseils gastronomiques. Pour donner à sentir cet intérieur impénétrable, elles font preuve de plus en plus d’audace même si une certaine tradition reste de mise. Cette carte d’identité répond aussi à des impératifs règlementaires. Numéro de lot, titre alcoométrique, volume nominal… le droit s’est chargé de définir des mentions obligatoires. Allergènes et message à destination des femmes enceintes en sont d’autres exemples moins valorisants.

 

“ L’étiquette fait parler le vin, lui donne un nom, raconte ses origines et son concepteur “

 

L’étiquette est aussi en cela le reflet du paradoxe du vin dans la société : à la fois objet de plaisir, de convivialité et objet sur lequel une certaine méfiance est permise. Celle qui est chargée d’attirer l’œil, de séduire le client est aussi celle qui fait planer l’ombre du risque…
Dans ce dossier, Réussir Vigne a souhaité faire un point complet sur l’étiquetage en partant d’abord à la rencontre de vignerons qui ont changé leurs étiquettes. Puis, nous nous sommes intéressés au marketing : que disent ceux qui ont scruté les réactions et attentes des consommateurs face aux étiquettes ? Qui sont les vins qui osent des codes différents de packaging ? Tous les marchés attendent-ils les mêmes informations ? Nous avons voulu mieux comprendre la réalisation des étiquettes et sommes partis à la rencontre des imprimeurs pour mieux les connaître. Enfin, nous avons voulu savoir à quoi pourrait ressembler l’étiquette dans le futur.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
cuves dans une coopérative en Gironde
Plan d’aide à la filière vin : 1,3 million d'hectolitres en suspens
Pilier du plan d’aide spécifique du gouvernement à la filière vin, l’aide à la distillation s’avère sous dimensionnée par rapport…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
L'antimétabolite 7dSH, produit par une cyanobactérie, inhibe tout comme le glyphosate la voie de synthèse du shikimate. Et ainsi la croissance de ces semis. © Brilisauer, K., Rapp, J., ...
La 7dSh pourrait être une future molécule pour herbicides de biocontrôle
Qu’est ce que la 7dSh ? La 7-deoxy-sedoheptulose, ou 7dSh, est une…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole