Aller au contenu principal

COREE DU SUD -TENDANCE
DES PISTES POUR SE DÉMARQUER

Comment parler au consommateur coréen ? Quels sont les thèmes de communication en vogue ? Petit tour d’horizon de ce qui pourrait créer l’innovation.

EN CORÉE DU SUD, un mot fait vendre : “ wellness ”, c’est-à-dire bien-être.
EN CORÉE DU SUD, un mot fait vendre : “ wellness ”, c’est-à-dire bien-être.
© Office national du tourisme corée

Internet et technologie mobile
Selon une étude Gatner, publiée par Echos du Net, 93% des foyers ont une connexion internet, ce qui place la Corée du Sud à la tête du podium mondial. Par ailleurs, le taux de pénétration d’internet était de 70,5 % en 2006, selon le Journal du Net. Autant dire que l’exploitation de ce média y est fortement développée. “ Il existe des blogueurs et même des super blogueurs qui réalisent des blogs sur les blogs. Ils sont très sollicités pour les événements. C’est un créneau qu’il faut travailler car pour se démarquer, il faut être créatif sur la communication ”, estime Arnaud Abadi, président de Terroir Sélection. Les publicités dans les médias n’auraient que peu d’impact car les Coréens sont noyés d’images et ne retiennent que peu d’informations. Cependant, nuance Suk-Young Chung, “ les importateurs se méfient beaucoup des blogueurs car ils ont une liberté de parole. ” Et si leurs jugements sont mauvais, les dégâts peuvent être considérables… Il faut aussi savoir que les Coréens sont très nombreux à posséder un mobile avec un taux de pénétration de 82,3 % selon Finance Asia, un bureau d’étude et d’analyses financières. La voie du flash code,permettant via application mobile auconsommateur d’obtenir de plus amplesinformations sur le vin, est une piste à étudier…

Bien-être

Le mot “ wellness ” (bien-être) fait vendre. Les Coréens sont très sensibles aux questions de santé par l’alimentation : le french paradox est bien connu, ce qui explique notamment pourquoi la consommation est très centrée sur le vin rouge. Il existe ainsi des masques cosmétiques à base de vin et les Coréennes n’hésitent pas à se plonger dans des bains bachiques pour en retirer tous les bienfaits des polyphénols. “ Tout ce qui peut permettre au produit de lui donner une image de produit sain est ainsi bienvenue: viticulture raisonnée, éco-conception des produits. Mais c’est une image que les vins français ont déjà. En comparaison de leurs concurrents, ils sont perçus comme des produits de petits vignobles avec de bas rendements, une forte concentration en fruits ”, indique Arnaud Abadi. Le vin bio est très peu développé, ceci en partie parce que leurs importations nécessitent des analyses coûteuses qui rallongent le temps de mise sous douane. “ Je connais le cas d’une centaine de bouteilles de vin bio ayant patienté trois mois sous douanes. L’importateur a dû régler les frais d’entrepôt. ”

Petits contenants

“ Les célibataires deviennent une cible de consommation importante et les produits sont adaptés à leur besoin en petite quantité ou en petit format ”, indique la Sopexa. L’idée serait donc de développer des petits contenants. Wit, verre operculé, bouteille de 18,7 cl ? “ Cela peut être de bonnes idées. Mais il faut aussi penser aux couples qui veulent consommer un verre chacun lors de leur soirée en tête à tête ”, indique Arnaud Abadi. Le bib pourrait aussi être une solution. “ J’en importe un peu. Mais ce packaging sied mal aux vins français car il est perçu comme un emballage de produit de basse qualité. Il en existe en cinq litres pour des vins Australiens à un prix d’environ 10 euros.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations
Réunie le 21 avril en conseil spécialisé de FranceAgriMer, la profession viticole a estimé que le gel du mois d’avril pourrait…
Le feuilleton concernant les conditions d'emploi du glyphosate continue. Pour l'heure, il sera restreint à 450 g/ha/an sans limitation de surface sous le rang. © X. Delbecque
Glyphosate : la règle des 20 % de la surface supprimée en vigne

En octobre dernier, l’Anses donnait les…

Les barrettes en matière plastique se montrent moins sensibles à la casse que certaines versions métalliques sur le long terme. © J.-M. Leclercq
Relevage des vignes : s’équiper pour gagner en efficacité
Le relevage manuel reste une opération longue, récurrente et fastidieuse. Heureusement, les solutions techniques évoluent pour…
Le Zéowine est issu d'un compostage de zéolite avec des sous produits de la filière, dans une démarche d'économie circulaire. © Twitter/Life Zeowine project
Associer zéolite et compost pour diminuer le stress hydrique
À l’occasion du congrès Enoforum, en février dernier, des chercheurs italiens ont présenté leurs résultats concernant l’…
20 millions d'euros alloués aux préfets pour aider les exploitations sinistrées par le gel
Un fonds d’urgence doté de 20 millions d’euros est mis à disposition des préfets de département. Il s’inscrit dans le cadre du…
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt dans l'Entre-deux-mer, a réduit ses IFT de 30% en dix ans en actionnant plusieurs leviers. © J.Gravé
IFT: « Je suis sorti de l’état d’esprit où il fallait surprotéger la vigne »
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt, a rejoint le réseau ferme Dephy-Est Gironde en 2012. Il a depuis réduit ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole