Aller au contenu principal

Des débuts prometteurs pour UVBoosting

Le système de stimulation des vignes par UV a été testé au champ cette année. UVBoosting a permis de diminuer la dose de produits phytosanitaires par deux sans perdre d’efficacité.

Pour sa première année de test en conditions réelles, l’UVBoosting n’a pas à rougir. Ce processus de stimulation des défenses de la plante par la lumière, que nous présentions l’an dernier (voir Réussir Vigne n°247, janvier 2018), a montré un impact significatif dans la lutte contre le mildiou, en limitant le développement du pathogène de 40 à 50 %. Épaulée par l’IFV, le Comité interprofessionnel des vins de Bordeaux (CIVB) ou encore le distributeur Euralis, la jeune entreprise a mis en place quatre essais dans le Bordelais et en région Paca, sur des parcelles allant jusqu’au demi-hectare. « Nous sommes passés avec notre prototype tous les dix jours de façon systématique, à partir du stade 5-6 feuilles étalées jusqu’à début août », explique Yves Matton, dirigeant de la firme. À l’heure du bilan, le témoin non traité présentait en moyenne une fréquence d’attaque de mildiou de 96 %, avec une intensité de 75 %, alors que la modalité ayant reçu le traitement aux UV montrait une fréquence de 70 %, avec 45 % d’intensité seulement.

L’espoir de diviser l’IFT par deux sans prendre de risque

En parallèle, les expérimentateurs ont testé une stratégie couplée avec des doses de produits phytosanitaires réduites. Pour cela, ils ont suivi un programme basé sur du cuivre en début et fin de saison, et un encadrement de la floraison avec des produits pénétrant de synthèse, le tout à demi-dose et précédé d’un traitement aux UV. « Dans ce cas-là le résultat est similaire à un programme phytosanitaire classique en pleine dose », se réjouit Yves Matton. En effet, la fréquence d’attaque du mildiou n’était plus que de 5 %, et l’intensité de 2 %. « En revanche nous n’avons pas réussi à voir s’il y avait un effet sur l’oïdium, car le pathogène ne s’est pas installé sur la parcelle d’essai », regrette le directeur. Cette saison a d’autre part permis de valider la rusticité de l’appareil et la longévité des ampoules. À l’avenir, l’UVBoosting devrait être testé dans le cadre de programmes raisonnés ou alternatifs (basé sur des produits de biocontrôle par exemple), mais ne sera pas envisagé comme une solution seule. « La stimulation a des limites », concède Yves Matton. Pour Stéphanie Peyrot, responsable innovation vigne et vin chez Euralis, cette technique représente une solution alternative crédible, qui mérite d’être étudiée. "Nos observations sont très positives, assure-t-elle. Non seulement les résultats sont encourageants, mais en plus elle est simple d’utilisation et n’a visiblement pas d’effet négatif sur le feuillage et la vigueur. Nous allons poursuivre les travaux à une plus grande échelle."

La commercialisation est attendue pour la campagne 2020

La jeune entreprise de son côté travaille déjà sur la prochaine étape, celle de l’industrialisation du processus. L’objectif est d’avoir un outil finalisé et adaptable sur un tracteur pour la campagne qui vient. « Nous allons réaliser une saison de tests supplémentaire, sur d’autres régions de France, pour engranger davantage de résultats », précise le directeur. Bien que le dispositif n’ait pas besoin d’autorisation de mise sur le marché (AMM), un agrément BPE (Bonnes pratiques d’expérimentation) est également envisagé, pour certifier sa validité aux futurs clients. La commercialisation quant à elle devrait débuter à la fin de l’année prochaine ou début 2020, à un tarif qui n’est pas encore connu. « L’objectif est que l’investissement soit rapidement rentabilisé par l’économie de produits phytosanitaires, afin que l’appareil soit accessible à une majorité de viticulteurs », assure Yves Matton, qui estime le seuil de rentabilité autour de 10 ha.

comprendre

Le principe de la stimulation par les UV consiste à délivrer à la vigne un stress dans un temps très court (moins d’une seconde), assez intense pour induire une réponse correcte, mais trop fugace pour être délétère. Cette exposition entraîne une activation des métabolismes secondaires et des défenses naturelles de la plante, avec une réponse en 48 heures et un effet systémique durant sept à dix jours.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Gel : 28 % à 32 % de pertes de récolte pour la viticulture française en 2021, d’après les premières estimations
Réunie le 21 avril en conseil spécialisé de FranceAgriMer, la profession viticole a estimé que le gel du mois d’avril pourrait…
Le feuilleton concernant les conditions d'emploi du glyphosate continue. Pour l'heure, il sera restreint à 450 g/ha/an sans limitation de surface sous le rang. © X. Delbecque
Glyphosate : la règle des 20 % de la surface supprimée en vigne

En octobre dernier, l’Anses donnait les…

Les barrettes en matière plastique se montrent moins sensibles à la casse que certaines versions métalliques sur le long terme. © J.-M. Leclercq
Relevage des vignes : s’équiper pour gagner en efficacité
Le relevage manuel reste une opération longue, récurrente et fastidieuse. Heureusement, les solutions techniques évoluent pour…
Le Zéowine est issu d'un compostage de zéolite avec des sous produits de la filière, dans une démarche d'économie circulaire. © Twitter/Life Zeowine project
Associer zéolite et compost pour diminuer le stress hydrique
À l’occasion du congrès Enoforum, en février dernier, des chercheurs italiens ont présenté leurs résultats concernant l’…
20 millions d'euros alloués aux préfets pour aider les exploitations sinistrées par le gel
Un fonds d’urgence doté de 20 millions d’euros est mis à disposition des préfets de département. Il s’inscrit dans le cadre du…
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt dans l'Entre-deux-mer, a réduit ses IFT de 30% en dix ans en actionnant plusieurs leviers. © J.Gravé
IFT: « Je suis sorti de l’état d’esprit où il fallait surprotéger la vigne »
Philippe Ducourt, responsable des vignobles Ducourt, a rejoint le réseau ferme Dephy-Est Gironde en 2012. Il a depuis réduit ses…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole