Aller au contenu principal

Des aquarelles de cépages sauvées de l’oubli

Rassemblées dans un livre, des aquarelles de cépages sur vélin témoignent des prémices de l'ampélographie au début du XIXe siècle. Elles résonnent avec les préoccupations d’aujourd’hui.

Une sélection de tirages photos des planches originales a été exposée à Paris en fin d’été 2022. L'Académie d'agriculture envisage de faire tourner cette expositions dans des régions viticoles.
Une sélection de tirages photos des planches originales a été exposée à Paris en fin d’été 2022. L'Académie d'agriculture envisage de faire tourner cette expositions dans des régions viticoles.
© Les raisins de Pierre-Joseph Redouté-Editions Paulsen

C’est l’histoire de quatre-vingt-trois aquarelles de cépages retrouvées en 2019 dans la cave du siège de l’Académie d’agriculture de France, à Paris. Elles ont été réalisées entre 1806 et 1811 par de talentueux illustrateurs botanistes, dont le célèbre Pierre-Joseph Redouté (1759-1840). L’Académie d’agriculture de France fait découvrir ce formidable patrimoine avec le livre Les raisins de Pierre-Joseph Redouté : Des aquarelles pour l’avenir de la vigne, publié aux éditions Paulsen.

Au-delà de leur intérêt ampélographique, les planches fascinent par leur esthétique. Les aquarelles ont été réalisées sur vélin, un type de support noble, qui par sa blancheur et sa finesse de grain permettait une précision remarquable.

Recenser les cépages pour identifier les meilleurs

« Jean-Antoine Chaptal, alors ministre de l’Intérieur du Consulat, a demandé aux 120 préfets de région d’envoyer des boutures de cépages cultivés sur leurs territoires respectifs. Le matériel végétal reçu a été planté à Paris, dans l’actuel jardin du Luxembourg, pour que les illustrateurs botanistes puissent les dessiner », retrace Constant Lecœur, secrétaire perpétuel de l’Académie d’agriculture de France.

Le ministre se désolait d’une production abondante mais peu qualitative. Une évolution due selon lui à « la pratique d’une aveugle routine », et à la préférence accordée « aux cépages les plus abondants en sucs grossiers sur ceux qui produisent les vins de meilleure qualité ». La connaissance des cépages apparaissait indispensable à l’essor qualitatif des vins français.

Un travail inachevé mais visionnaire

L’ampélographe Jean-Michel Boursiquot s’est livré, planche après planche, à une véritable enquête d’identification, confirmant ou infirmant les noms des cépages écrits sur les vélins. On retrouve ainsi l’aramon appelé ugne ou le chardonnay sous le nom de pineau blanc.

 

Si certains cépages représentés sont parvenus jusqu'à nous avec le même nom, bien d'autres sont inconnus ou ont disparu.
Si certains cépages représentés sont parvenus jusqu'à nous avec le même nom, bien d'autres sont inconnus ou ont disparu.
© Les raisins de Pierre-Joseph Redouté-Editions Paulsen

 

Mais dans près de la moitié des cas, le cépage est inconnu ou a disparu ! Le jericho du Cher ou le négron des Alpes-Maritimes sont ainsi perdus pour la cause de la diversité. La science botanique de l’époque, entre synonymes confusants et étiquetages approximatifs, n’a pas été à la hauteur de la précision graphique des peintres. Le travail de nomenclature a été abandonné. Mais ces planches témoignent de la prise de conscience de l’importance des cépages. En épilogue d’un passionnant texte sur les tribulations de la pépinière de cépages du jardin du Luxembourg, l’écrivain Marc Médevielle souligne l’ironie de l’histoire : Chaptal est resté attaché au procédé de chaptalisation alors qu’il a œuvré pour « redorer le blason des vins français ». Un raccourci que ce livre contribue à déjouer.

Paru en novembre 2021, Les Raisins de Pierre-Joseph Redouté a reçu le prix 2022 de l’organisation internationale de la vigne et du vin (OIV). Il est édité aux éditions Paulsen (256 pages, 42 euros).
Paru en novembre 2021, Les Raisins de Pierre-Joseph Redouté a reçu le prix 2022 de l’organisation internationale de la vigne et du vin (OIV). Il est édité aux éditions Paulsen (256 pages, 42 euros).
© Les raisins de Pierre-Joseph Redouté-Editions Paulsen

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Salons de matériel viticole 2022 : les 7 innovations les plus marquantes
Sival, Agrovina, Viti-Vini, Sima, Vinitech… Nous avons couvert de nombreux salons viticoles durant l’année 2022, et y avons…
Bahco, Arvipo et Mage proposent des sécateurs électriques avec une batterie intégrée dans le manche.
Sécateurs électriques viticoles : le sans-fil se taille une place dans les vignes
Le Vitilab a testé pour nous trois sécateurs électriques sans fil du marché. Ces outils ont tous donné satisfaction mais visent…
Les 10 nouveautés équipements viticoles qu'il fallait découvrir au Sival 2023
Le Sival 2023 réserve son lot de nouveautés. Petite sélection concernant le monde viticole.  
Selon les données de l'Axema, Fendt a immatriculé le plus grand nombre de tracteurs spécialisés en 2022, rétrogradant New Holland à la seconde place. Kubota reprend sa place de troisième à Same.
Immatriculations des tracteurs spécialisés 2022 - Fendt retrouve la première place
Les statistiques officielles relatives aux immatriculations de tracteurs en 2022 viennent d’être publiées par l’Axema, l’union…
Romain Henrion, consultant viticole, apprécie le rapport qualité/prix des sécateurs sans fil.
Les sécateurs électriques sans fil se déploient dans les vignes
Les premiers sécateurs sans fil commencent à se faire une place dans les vignes. Leurs utilisateurs plébiscitent le très bon…
Christophe Lardière, responsable des propriétés de Jean-Luc Thunevin, à Saint-Émilion, en Gironde, a confectionné une petite fourche pour planter ses 1 000 complants tous les printemps.
Astuce | « J’ai bricolé une fourche pour complanter les ceps de vigne », Christophe Lardière, responsable des propriétés chez Jean-Luc Thunevin
Christophe Lardière, responsable des propriétés chez Jean-Luc Thunevin à Saint-Émilion, en Gironde, a confectionné une petite…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole