Aller au contenu principal

[Covid-19] Un groupe WhatsApp pour s’entraider entre viticulteurs voisins

Les initiatives se multiplient pour faire face aux conséquences en chaîne de l'épidémie de Covid-19. Pour mieux appréhender les problèmes qui risquent de désorganiser les travaux viticoles, Pierre Cazeneuve, propriétaire du château Paloumey, vient de lancer un groupe WhatsApp avec des voisins viticulteurs.

Pierre Cazeneuve, propriétaire du Château Paloumey
Propriétaire du château Paloumey à Ludon-Médoc, Pierre Cazeneuve a formé un groupe Whatsapp avec des voisins viticulteurs afin de s'échanger des conseils, informations et services face aux problèmes engendrés par la crise du coronavirus sur les travaux viticoles.
© Miko Boudot

Avec deux personnes de l'équipe en confinement pour suspicion d'infection, l'activité de production viticole au château Paloumey, à Ludon-Médoc (Gironde), subit déjà l’impact de la crise sanitaire du Covid-19. Mais Pierre Cazeneuve, son propriétaire, craint surtout les effets « retard » qui pourraient, selon lui, survenir dès mi-avril, avec le démarrage de la campagne végétative. « La vigne n’attendra pas », martèle-t-il.

Un groupe virtuel pour s'entraider réellement

Face à la durée prévisible de la crise, Pierre Cazeneuve a décidé de lancer un groupe WhatsApp avec une quinzaine de voisins viticulteurs pour échanger et imaginer si besoin des solutions de mutualisation en cours de campagne.  « Pas davantage sinon on ne lit plus rien », souligne-t-il. Le groupe servira d'abord à échanger sur la préparation du matériel. Le but étant que chacun pense à vérifier le maximum de points pour limiter le risque de casse de matériel en cours de campagne. Ensuite, ce groupe virtuel servira aussi à imaginer des solutions d'entraide « ultra locale » au cas où le besoin s'en ferait sentir en cours de campagne.  « Quelle que soit la taille de l'exploitation, on est tous vulnérables vis à vis de cette crise, autant tenter de s'entraider si cela est possible », estime Pierre Cazeneuve.

L'anticipation plus que jamais prioritaire

Il constate que les travaux hivernaux se finiront un peu plus tard que prévu, mais s’inquiète surtout pour la suite. « Il faut être encore plus vigilant que d'habitude. Bio ou pas, pendant une campagne végétative, il faut toujours être en capacité d'anticiper pour être réactif vis à vis de la météo que ce soit pour le travail du sol ou pour les traitements. C'est encore plus vrai cette année. Il faut chercher à s'adapter dans un contexte très incertain. Avec la crise sanitaire, le risque d'absence d'un tractoriste est plus élevé, et pour ce qui est du matériel, il faut plus que jamais le préparer avec un très grand soin. »

Encore plus qu’à l’accoutumée, il mise donc sur la préparation minutieuse de tout le matériel de l'exploitation. Mais impact de la crise sanitaire oblige, tout se passe plus lentement que d'habitude car les concessionnaires et les garagistes sont aussi touchés, soit parce que certains de leurs salariés sont confinés, soit à cause de retards de livraison de pièces. Sans faire de surstocks, certaines pièces d'usure seront commandées par anticipation. Pour celles qui viendront à manquer, le groupe WhatsApp permettra peut être de trouver des solutions.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Les vendeurs de phyto ne peuvent officiellement plus vous conseiller depuis le 1er janvier
Désormais la loi interdit aux fournisseurs de produits phytosanitaires de jouer le rôle de conseil tel qu'il existait jusqu'à…
L'utilisation de filets d'ombrage pourrait être un levier à moyen terme pour s'adapter à la hausse des températures et le changement du profil des vins. © CA 84
Cinq pratiques viticoles pleines d’avenir
Autres temps, autres mœurs. Le changement du climat et l’avènement de l’agroécologie vont faire évoluer petit à petit le…
Robert Plageoles, vigneron au domaine éponyme, a fait référencer les pieds de vigne sauvage de la forêt de Grésigne afin de les protéger des arrachages intempestifs. © J. Gravé
La vigne sauvage, un potentiel en tant que porte-greffe à explorer
Dans le Tarn, Robert Plageoles, du domaine Plageoles, se passionne pour la vigne sauvage, ou Vitis sylvestris. Persuadé que son…
Flavescence dorée : la réglementation évolue
Début 2021, un nouvel arrêté de lutte contre la flavescence dorée et son agent vecteur devrait être publié. Des discussions sont…
Les turricules témoignent de la présence de vers de terre, et donc d'une partie de l'activité biologique. © C. Gloria
À la reconquête de la fertilité biologique des sols viticoles
Anciennement perçu comme un simple réservoir, le sol et son fonctionnement reviennent petit à petit au centre des préoccupations.
Cédric Moussé ne manque pas d'expliquer sa démarche lorsqu'il reçoit des clients au caveau. © J.-C. Gutner
Limiter son empreinte carbone à la vigne et au chai
Vigneron à Cuisles, dans la Marne, Cédric Moussé a intégré dans sa stratégie d’entreprise la modération de l’impact de sa…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole