Aller au contenu principal
Font Size

GIRONDE
Bordeaux entre contestation et action

La création d’un nouveau collectif contestataire révèle les difficultés auxquelles le vignoble est confronté. Des solutions commencent à se mettre en place, notamment grâce au plan Bordeaux.

LES SYNDICATS ET INSTITUTIONS TRADITIONNELLES s’attèlent
à mettre en œuvre le plan bordeaux
avec de multiples projets.
LES SYNDICATS ET INSTITUTIONS TRADITIONNELLES s’attèlent
à mettre en œuvre le plan bordeaux
avec de multiples projets.
© P. Cronenberger

Le Comité d’action des vignerons de Bordeaux (CAVB), dont le nom n’est pas sans rappeler la lutte viticole du Midi, vient de voir le jour. C’est le troisième du genre à fleurir en Gironde après la création du Collectif 33 présidé par Renaud Jean et le Collectif inter-appellations présidé par Daniel Fénelon. Un point commun à ces trois collectifs dont la représentativité est assez floue: tous pensent que le plan Bordeaux, lancé il y a peu par l’interprofession, ne changera rien à la situation économique. Ce à quoi, Roland Ferredj, directeur du Comité interprofessionnel des vins de bordeaux (CIVB) répond : “ Le plan bordeaux représente un an de travail et la mobilisation de nombreux acteurs comme la chambre d’agriculture de Gironde, les JA, la FNSEA… Il résulte d’un travail approfondi et l’audition de centaine d’acteurs. Ses effets seront sentis dans le temps. L’année 2009 a été marquée par un retrait de commercialisation de 1,2million d’hl. C’est un véritable accident industriel, le vignoble a été étrillé par la crise. Il a besoin de solidarité, or celleci s’est exprimée au niveau national à l’égard des secteurs bancaire et automobile. Le secteur viticole n’a pas bénéficié de ce soutien ”. L’expression de la contestation est donc, selon lui, celle du désarroi des producteurs. “ Les revendications autonomes s’expriment. À la sortie nous dialoguons, y compris avec ces collectifs. ”

Les CVO contestées

Une majorité de vignerons qui ont rejoint le CAVB, appartenait auparavant au collectif inter-appellations. Le CABV, qui se veut apolitique, s’est constitué sur le même constat que son grand frère: celui de la mauvaise valorisation des bordeaux génériques. “ Ces derniers sont achetés à 700 euros le tonneau par le négoce, c’est-àdire moins cher que du bergerac ”, déplore Dominique Técher à la tête du CAVB et membre de la Confédération Paysanne. La volonté de son collectif est d’aller plus loin dans l’action et notamment de remettre en question le versement des cotisations volontaires obligatoires (CVO). Cette remise en cause des CVO s’appuie sur une interrogation: celle du retour pour les viticulteurs de leur contribution. “ Le CIVB brasse un budget d’environ 30 millions d’euros financé par des CVO dont le montant total est financé à 75% par les viticulteurs ”, explique Dominique Técher. Mais, pour lui, le poids politique de la production dans les décisions prises au sein du CIVB n’est pas le miroir parfait de sa contribution économique. En filigrane de son questionnement, le CAVB veut aussi réfléchir à ce que pourrait être une nouvelle forme de gouvernance de la filière. “ Cette institution a failli. Or, cela devrait fonctionner comme au football : l’entraîneur, dont l’équipe a perdu, est remercié. ” Les deux autres collectifs sont, de leur côté, passés à l’action, politique mais surtout économique. Daniel Fénelon, président du collectif inter-appellations s’occupe d’une SAS créée en juin 2010 qui regroupe 11 viticulteurs pour commercialiser collectivement du vin auprès de la grande distribution.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L’aide à l'acquisition de pulvés performants est ouverte
Dans le cadre des objectifs de réduction des phytos et de l'application des ZNT, le gouvernement avait annoncé un…
[VIDEO] L'Orbis sert aussi bien pour le travail du sol superficiel que pour le roulage des couverts en vigne

L'association Arbre et Paysage en Champagne a organisé fin juin une journée de démonstration du nouvel outil du fabricant Roll…

Pour l'Axema, l'arrêt du glyphosate nécessiterait 5 ans de transition minimum
Une étude d'Axema conclut qu'il faudrait au minimum 5 ans pour assurer la transition du désherbage chimique sous le rang vers la…
Les baies du sauvignac sont irrégulières, sphériques avec une peau épaisse vert jaune devenant parfois rose à maturité, voire ambrée et tachetée de roux au soleil. © Vignobles Ducourt
Sauvignac, la nouvelle variété résistante autorisée en raisin de cuve
Le sauvignac, variété autorisée en France depuis mars dernier, présente une très bonne résistance à l’oïdium et une bonne…
L'antimétabolite 7dSH, produit par une cyanobactérie, inhibe tout comme le glyphosate la voie de synthèse du shikimate. Et ainsi la croissance de ces semis. © Brilisauer, K., Rapp, J., ...
La 7dSh pourrait être une future molécule pour herbicides de biocontrôle
Qu’est ce que la 7dSh ? La 7-deoxy-sedoheptulose, ou 7dSh, est une…
 © Clovis Michon
Un lavabo dans l'utilitaire pour se laver les mains
Salarié dans les travaux publics, Clovis Michon a installé dans sa fourgonnette un système pour se laver les mains.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8.50€/mois
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole