Aller au contenu principal

9 conseils pour bien préparer une e-dégustation

Face à la raréfaction des salons professionnels de vin en réel, la dégustation en ligne risque bien d’être incontournable en 2021. Voici les conseils pratiques de trois professionnelles en communication du vin pour optimiser ce moment de contact commercial.

Face à l'impossibilité de salons en réel dans un temps proche, les dégustations à distance deviennent un nouvel outil de communication et de commercialisation. En termes d'organisation pratique, elles requierent quelques réglages de plus par rapport à une dégustation réelle..
© Adobe Stock / alfa27

« Favoriser l’interaction, le lien humain »

Aurélie Soubiran, agence Aurélie Soubiran
© Jonathan Beltram

Pour Aurélie Soubiran, fondatrice de l'agence éponyme de conseil, communication digitale et presse et événementiel, il s’agit de transformer ce moment qui n’est pas forcément naturel, ni pour le vigneron, ni pour ses interlocuteurs, en un vrai moment d’échange.

 

  • Inciter à déguster les vins au préalable

« Lorsque les participants ont reçu des documents et des échantillons en amont de la dégustation, c’est bien de les inciter à les découvrir avant, afin qu’ils préparent eux aussi la dégustation. S'ils ont dégusté avant, ils auront davantage de questions, ils seront d'autant plus participatifs. »

  • Vérifier le cadrage

« Veiller à ne pas être trop près de l’écran. Le gros plan ne met pas en appétence pour déguster et favorise moins l'échange. Faites un test pour voir ce que les interlocuteurs vont voir. Avec un plan un peu moins serré, on peut avoir le verre et la bouteille dans le plan. Pour l'emplacement, que l’on soit dans le caveau, ou assis sur un canapé devant une table basse, ça fonctionne. Si l’on est debout, il faut d’autant plus vérifier le cadrage. Et bien sûr, il convient de contrôler la lumière, et de veiller à avoir tous les éléments à portée de main : documents, verres, bouteilles... »

  • Encourager la participation

« Dès le début, pensez à donner la feuille de route, le déroulé de la séance aux participants. Le timing est beaucoup plus important en distanciel qu’en présentiel. Il faut donc préparer beaucoup plus. Demandez aussi aux participants d’être en caméra visible, pour que ça ne soit pas trop académique, qu’on reste dans le lien humain, qu’il y ait de l’interaction. Invitez-les à participer.  »

 

« Maximiser la qualité du son »

Anaïs Laborde, dirigeante d'Alo-Viti
© Etienne Ramousse

Pour Anaïs Laborde, dirigeante d’Alo-Viti, entreprise de conseil aux domaines viticoles, la préparation est encore plus cruciale pour un événement numérique qu’en présentiel, aussi bien sur les aspects techniques que quant au contenu.

 

 

  • Tester le son

« La première chose c’est le son. Il faut vraiment maximiser la qualité du son, ne pas hésiter à faire des tests. Un mauvais son c’est très désagréable pour les interlocuteurs. Investir dans un casque ou un micro-cravate, ça vaut le coup pour éviter les bruits périphériques. Avec une cinquantaine d’euros on peut trouver du matériel adéquat. »

  • Bien penser à l’emplacement

« Que l’on s’installe sur un fond neutre ou dans la cave, peu importe. Le tout est de montrer qu’on s’est organisé, qu’on attend le live.  Je conseille de bien se positionner face à la caméra, de veiller à trouver une position confortable pour être dynamique et avoir de l’aisance. L’idéal est de se mettre presque debout, comme quand on fait déguster dans un salon. »

  • Avoir ses documents sous la main

« S’assurer d’avoir sous la main les tarifs France et export, les volumes disponibles ainsi que les fiches techniques en anglais et français. Il faut être prêt à envoyer ces éléments dès la fin de la dégustation. A noter qu'une fiche technique doit être brève, plus visuelle que rédactionnelle. Le commentaire des vins doit être incisif, direct. Ce n’est pas là où l’on raconte l’histoire du domaine.Veillez aussi à bien préparer les bouteilles pour que les clients voient bien l’habillage en vrai s’ils n’ont eu que des échantillons. »

 

« Donner du rythme »

Margot Ducancel, créatrice de l'agence d'événementiel autour du vin Rouge aux Lèvres
© Rouge aux lèvres

Pour Margot Ducancel, créatrice de l'entreprise d'événementiel autour du vin Rouge aux lèvres et influenceuse, il est important de veiller au dynamisme des e-dégustations pour une implication maximum des participants. 

 

 

  • Contrôler l'image

« C’est très important d’avoir une belle image. C’est bien de placer la source de lumière devant soi. Et de faire un test d’éclairage pour veiller à ce que l’image soit nette. Les images qui pixelisent ou trop sombres c’est à éviter. Bien vérifier le cadrage, et aussi le son ».

  • Thématiser la dégustation

« C’est bien de donner un thème à la dégustation : autour d’un millésime ou d’un terroir, avec des infos qui ne sont pas divulguées sur la fiches techniques mais qui délivrent des « secrets » sur les cuvées présentées ou sont plus personnelles. S'il y a des documents, des photos ou une vidéo qui peuvent être montrés, il ne faut pas hésiter à partager son écran. Je conseille de ne pas dépasser 6 vins pour rester dans un format rythmé. »

  • Susciter les questions

« Dès le début, ne pas hésiter à inciter les interlocuteurs à poser des questions. Faire parler les gens, ça les valorise. Et même, éventuellement, s'organiser pour avoir quelqu’un qui se charge de répondre aux questions qui sont posées en live, via le module question/réponse. »

 

En conclusion, les trois spécialistes rappellent l’importance de l’après e-dégustation. Comme sur un salon, le suivi est essentiel : relance en donnant les fiches techniques, les tarifs, les volumes, des visuels, des réponses ou des compléments de réponses.  

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

Des nouvelles règles pour les emplois viticoles au 1er avril 2021
La viticulture comme l’ensemble des secteurs agricoles doit appliquer la nouvelle convention collective nationale agricole (CCNA…
À l'avenir, le désherbage à l'aide de glyphosate ne pourra intervenir qu'une fois par an et ce sur 20 % de la surface. © X. Delbecque
Usage du glyphosate en viticulture : ce qui va changer
Pour la campagne 2021 la grande majorité des produits à base de glyphosate sera utilisable comme à l’accoutumée. Ce sera ensuite…
Olivier Lecomte, vigneron au Château de Passavant dans le Maine-et-Loire estime que le gros avantage des roues Kress est sa vitesse de travail, autour de 8km/h : " ça dépote" dit-il. © J.GRAVE
« Les doigts Kress, pour des jeunes vignes c’est parfait »
Dans le Maine-et-Loire, Olivier Lecomte, vigneron au Château de Passavant, dispose de tout un arsenal d’outils de travail du sol…
 © J. Grave
La HVE revoit ses IFT de référence à la baisse
Fin janvier la Commission nationale de la certification environnementale a annoncé une modification des IFT de référence pour le…
 © X. Delbecque
Des brosses intercep, pour un coup de propre rapide du rang de vigne
Les outils à brosses métalliques réalisent un faible travail du sol, mais ils se montrent intéressants lorsque les sols sont…
[Contenu partenaire] Le désherbage mixte, solution abordable et efficace pour sortir du glyphosate
Les pressions réglementaires comme sociétales imposent de trouver des alternatives au désherbage à base de glyphosate. Parmi les…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole