Aller au contenu principal

Attention aux goûts de souris dans le vin

Avec la baisse des doses de SO2, le goût de souris fait son arrivée dans les chais. Mais qu’est-ce exactement et d’où cela provient-il ? Le point sur cette déviation qui prend de l’ampleur sur le terrain.

Avec la baisse des doses de SO2, le risque d’apparition du goût de souris augmente.
Avec la baisse des doses de SO2, le risque d’apparition du goût de souris augmente.
© P. Cronenberger

Souris, cage à souris ou même pop corn : tels sont les qualificatifs employés par les dégustateurs et œnologues pour décrire le goût de souris, ce défaut rémanent et particulièrement désagréable, qui apparaît en fin de bouche, et revient en rétronasal. Que ce soit en Australie ou en France, les vins présentant des goûts de souris sont de plus en plus nombreux. “ Nous constatons qu’avec la baisse des doses de SO2, le risque d’apparition de ce défaut augmente, et ce, quel que soit le type de vin ”, confirme Laurent Massini, responsable technique microbiologie d’Inter Rhône. Même son de cloche en Australie, où l’Institut australien de recherche du vin (AWRI) reçoit toujours plus d’appels sur le sujet. Vins jeunes, vieux, blancs, rouges, tranquilles, effervescents, en fin de FA ou en élevage ; tous sont concernés par ce défaut.


Formé à partir de lysine et d’ornithine


Mais d’où provient-il ? Le goût de souris est dû à la présence d’une famille de molécules, les tétrahydropyridines, qui se formeraient à partir d’acides aminés (lysine et ornithine), sous l’action de levures de contamination (Brettanomyces) et/ou bactéries (Œnococcus, Lactobacillus).
“ Le processus n’est pas encore bien déterminé, précise Laurent Massini. Nous ne savons par exemple pas à partir de quelle concentration en acides aminés le risque apparaît. De même, nous avons recréé le défaut tant avec un couple Œnococcus-Brettanomyces, qu’avec la levure seule ou la bactérie seule, même si la perception est plus importante lorsque le couple est présent. ” Autre lacune, la méthode ou le produit curatif. “ Nous travaillons sur le sujet, confie le chercheur. Nous avons des pistes de produits pouvant éliminer ce goût, mais nous devons refaire des essais pour pouvoir les confirmer. ” En revanche, au niveau préventif, rien de tel que le SO2 !

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir Vigne

Les plus lus

L'utilisation du traitement à l'eau chaude est renforcée. © J. Grosman
La lutte contre la flavescence dorée redéfinie par un nouvel arrêté
Un arrêté publié au Journal Officiel le 27 avril 2021 définit les méthodes de surveillance et de protection de la vigne contre la…
Un semoir à engrais verts pour chenillette fait maison
Teddy Martin, viticulteur à Janvry dans la Marne, a confectionné un semoir à engrais verts pour sa chenillette, sur la base d’un…
L'entreprise Alatache rend possible le travail du sol sur des parcelles inaccessibles aux machines grâce au treuil. © X. Delbecque
Des solutions pour mécaniser les vignes en fortes pentes
La chambre d’agriculture de l’Ardèche a organisé en avril dernier une journée consacrée aux solutions pour les fortes pentes.…
7 chiffres à retenir sur la viticulture bio en 2020
L’Agence bio a dévoilé son rapport sur le marché du bio à la production et à la consommation en 2020. Le vin fait toujours partie…
Éric Moëc, ingénieur œnologue chez Badet Clément, réserve la bioprotection aux raisins vendangés à la main. Il s'agit des raisins issus d'un domaine que la Maison de négoce possède en propre.  © J. Gravé
La bioprotection, indissociable des itinéraires de vinification sans sulfites ?
Les levures non-Saccharomyces, ou bioprotection, sont presque systématiquement prescrites dans les itinéraires sans sulfites.…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Accédez à tous les articles du site Vigne
Consultez les revues Réussir Vigne au format numérique sur tous les supports
Ne manquez aucune information grâce aux newsletters des filières viticole et vinicole