Aller au contenu principal

Une campagne de communication pour attirer vers les métiers du vivant

C’est parti. Ce premier juillet marque le début de la campagne #EntrepreneursDuVivant orchestrée par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation et le ministère de la Pêche. Objectif : faire découvrir la diversité des métiers du vivant et les formations qui permettent d’y accéder. L’opération de communication doit répondre au « défi de recrutement » de ces secteurs de l’agriculture, de l’agroalimentaire, de la forêt de la pêche et de l’aquaculture.

© entrepreneursduvivant.gouv.fr

#EntrepreneursDuVivant, c’est le nom de la campagne de communication lancée ce 1er juillet par le ministère de l’Agriculture et de l’Alimentation ainsi que le ministère de la Pêche. La campagne est financée sur les crédits du Plan de Relance. Elle est destinée à relever le « défi de recrutement » dans les secteurs de l’agriculture, l’agroalimentaire, la forêt, la pêche et l’aquaculture. C’est une « question de souveraineté » a souligné Julien Denormandie, ministre de l’Agriculture lors de la conférence de presse qu’il a tenu ce jeudi aux côtés d’Annick Girardin, ministre de la Mer.

Des formations et de l'emploi

« Il y a en permanence 60 000 offres d’emploi à pourvoir » assure Julien Denormandie. Raison pour laquelle le gouvernement souhaite investir dans le « capital humain ». Pour le ministre, il s’agit de « métiers qui font profondément sens » et qui bénéficient d’une « très forte employabilité ».

La campagne est orientée également vers la formation. « L’orientation des élèves vers ces métiers est un vrai défi » observe encore le ministre mais les quelque 150 formations proposées donnent « l’assurance de trouver un emploi après ».

Une grande diversité de métiers innovants

La campagne se veut très opérationnelle. En mode similaire à ce qui a été fait auparavant pour recruter vers les métiers de l’armée, les images accompagnées des messages « renseignez-vous »,  « rejoignez-les » visent à montrer toute la diversité des carrières offertes par les métiers du vivant. Julien Denormandie veut communiquer ce message d’une « pluralité absolument fabuleuse » aux élèves mais aussi aux parents qui participent aux choix d’orientation des jeunes. Il veut les convaincre que les métiers du vivant sont d’une « actualité incroyable » qui ont pris le train de l’innovation. Et d’évoquer le numérique, le data ou encore l’intelligence artificielle et la robotique qui accompagnent l’évolution de ce secteur. L’innovation a également permis de réduire la pénibilité. « Les conditions de travail se sont améliorées », assure le ministre « et je vous invite à monter aujourd’hui dans une moissonneuse batteuse ». Des machines agricoles très modernes qui n’ont rien à voir avec les engins d’il y a 25 ans. Reste la question de la rémunération, qui demeure un frein à l’orientation vers ces métiers. Le ministre assure qu’en la matière, « beaucoup de progrès » ont été réalisés. Selon lui, la Loi EGAlim2 actée récemment va dans ce sens et « ce gouvernement ne lâchera rien pour que ces métiers puissent être rémunérés à leur juste valeur » promet-il.

Trois supports pour une campagne

Le mot « entrepreneurs », testé aux côtés des dénominations « force » et « métiers » est celui qui a été retenu pour être le fil conducteur. Un message « au plus près de la réalité » car « ce sont des métiers d’entrepreneurs » observe Julien Denormandie.

La campagne sera diffusée sur les écrans de télévision avec deux vidéos de 30 secondes et une version 1 minute disponible en streaming. Elle sera aussi présente sous forme de visuels dans les magazines et en affichage public. Elle démarre aujourd’hui pour trois semaines et reprendra en fin d’été.

La campagne est aussi présente sur les réseaux sociaux et sur la plateforme entrepreneursduvivant.gouv.fr où une page d’aiguillage permet, à partir du moteur de recherche, un renvoi vers les sites dédiés.

 

Les plus lus

Ce qui va changer pour les agriculteurs à partir du 1er janvier 2022
Alors que la fin de l’année 2021 approche à grands pas, tour d’horizon des nouvelles dispositions sociales et nouveaux règlements…
Des néoruraux perdent face à un éleveur bio dans les Yvelines
L’éditrice Odile Jacob et d’autres habitant d’Adainville défendus par Corinne Lepage viennent de voir leur recours contre l’…
salon de l'agriculture
Le salon de l’agriculture 2022 se tiendra, les premières contraintes se dessinent
Gouvernement, organisateurs et agriculteurs ont affiché cette semaine leur forte volonté de voir se tenir le salon de l’…
feuille de cannabis
CBD : que dit l’arrêté du 30 décembre sur la récolte de fleur et de feuille de chanvre
Le gouvernement vient d’autoriser la culture des fleurs et des feuilles de chanvre en France mais avec de nombreuses conditions…
Salon de l'agriculture
« Il faut essayer de tenir le salon de l’agriculture 2022 coûte que coûte »
Réuni hier en conseil d’administration, le Ceneca reste sur sa position de maintenir le salon de l’agriculture 2022 aux dates…
Andréa Catherine : « Je veux montrer qu’une agricultrice sait faire autant qu’un homme »
A 23 ans, Andréa Catherine ne doute plus : elle sera agricultrice. Actuellement salariée dans une exploitation, elle a prévu de…
Publicité