Aller au contenu principal

[Néo-ruraux] Aménagement routier : les engins agricoles ne passent plus

Les moissonneuses-batteuses, les ensileuses ou les tracteurs avec combiné de semis ne peuvent plus circuler dans ce village, pourtant rural. Les agriculteurs et les entrepreneurs de travaux agricoles ont montré leur inquiétude. Moins de 20 km séparent Bourguébus, petite commune du Calvados, de Caen. Pas très loin de la ville et encore un peu à la campagne, c’est sans doute ce qui attire les nouveaux habitants qui arrivent chaque année. La petite cité doit ainsi satisfaire néo-ruraux et professionnels de l’agriculture. Dialogue pas toujours facile. Le projet de nouvelle voirie n’a pas mis d’huile dans les rouages. La situation est même bloquée. Le 4 mars, Monsieur le maire a quitté la réunion. Fin de la concertation.

© Thierry Guillemot / L'Agriculteur normand

Bourguébus, petite commune d’un peu plus de 2000 habitants, située à moins de 20 km de Caen dans le Calvados. Depuis 30 ans, la population du village ne cesse d’augmenter. De 663 en 1990, le nombre d’habitants est passé à 2016 en 2017. Si de nouveaux habitants ont investi les lieux, la commune conserve ses racines rurales. Située en Normandie, on y cultive notamment du lin et le site de teillage Vandecandelaere y est installé.

Retrouvez toutes les photos de cet aménagement routier sur le site de l'Agriculteur Normand

Rurale et périurbaine. La problématique de Bourguébus est celle de nombreuses communes françaises. A la veille des élections, l’aménagement du centre bourg est au cœur des préoccupations et des discussions. La route est à tout le monde ? Peut-être pas.  A Bourguébus, le projet de nouvelle voirie ne permettra pas aux moissonneuses-batteuses, aux tracteurs avec combiné de semis ou aux camions porte-outils de traverser la commune. Pour en discuter, mercredi 4 mars, une réunion de chantier était prévue avec le maire, en présence des entrepreneurs de travaux agricoles et des agriculteurs. Thierry Guillemot, journaliste à l’Agriculteur normand, était aussi sur place, ce qui a fortement déplu à Mr le maire. La réunion a tourné court.

 

A lire aussi : [VIDEO] Si le train est en panne, monte dans la remorque du tracteur !

A Bourguébus, le taux d’accroissement démographique annuel est de 5,8 %. La population agricole, elle, n’augmente pas dans les mêmes proportions. Pour Sébastien François, à la tête de la commune depuis 2014 et candidat à sa réélection, il s’agit pourtant de composer avec tous les habitants pour conjuguer le vivre ensemble au présent.

Lire l’article de Thierry Guillemot dans l’Agriculteur normand « A Bourguébus (14) : même le dialogue ne circule plus »

Les plus lus

« Au nom de la Terre » : pendant le tournage, le robot de traite a continué à tourner
Le temps du tournage du film « Au nom de la Terre », sorti il y a un an, la ferme de la Touche, à Saint-Pierre-sur Orthe en…
Les agriculteurs méthaniseurs en colère contre la baisse annoncée des tarifs
Le nouveau cadre tarifaire de l’énergie issue de la méthanisation « défavoriserait fortement les sites agricoles de petite et…
Bien-être animal : un groupe Facebook s'attaque au RIP pour les animaux d'Hugo Clément
Franck Reynier est l’initiateur du groupe Facebook « Unis pour la ruralité » qui dit « Non au Rip » sur les animaux. Il a accepté…
« Le RIP pour les animaux s’essouffle » observe Jean-Baptiste Moreau, éleveur et député
Jean-Baptiste Moreau est agriculteur dans la Creuse et député. Il se prononce contre le projet de référendum sur les animaux…
Vital Concept sur le Tour de France : certains coureurs « deviendront sans doute agriculteurs »
Patrice Etienne, à la tête de l’entreprise de fourniture agricole Vital-Concept, a décidé de s’engager il y a trois ans dans le…
RIP pour les animaux : la contre-offensive s’organise
Face au RIP pour les animaux, le monde rural a décidé de réagir. Un groupe a été créé sur Facebook et une pétition contre le…
Publicité