Aller au contenu principal
Font Size

Nutrition animale
Wisium en ordre de marche

Sylvain Lebas et Éric Schételat, responsables porc de Wisium. © D. Poilvet
Sylvain Lebas et Éric Schételat, responsables porc de Wisium.
© D. Poilvet

Le Space a été l’occasion de présenter officiellement la marque Wisium, issue de la fusion des firmes services Inzo et Prisma, toutes deux filiales du groupe Néovia, racheté en début d’année par l’américain ADM. Avec ce rapprochement, la nouvelle entité renforce son leadership sur le marché français, revendiquant une part de marché de 32 % avec 180 000 tonnes de prémix, soit 5,52 millions de tonnes d’aliment fabriquées sous la technique Wisium. « Leader en prémix porc (30 % de parts du marché français), l’entreprise l’est aussi sur l’aliment porcelet 1er âge (20 000 tonnes et une part de marché de 15 %) », affiche Véronique David, directrice marketing. Les équipes de nutritionnistes ont été réorganisées autour de deux pôles : celui des solutions intégrées (prémix, spécialités zootechniques, minéraux) avec Éric Schételat, à la tête de l’activité porc. Le pôle des solutions différenciées (aliments spécialisés de type premier âge) est dirigé pour le porc par Sylvain Lebas. L’entreprise met également en avant son offre de services à la carte avec plus de 50 prestations (formulation, Recherche et Développement, contrôle de process et qualité, analyses, applications digitales…).

À l’international, la marque Wisium représente aussi l’ensemble de l’activité firmes services de la division Nutrition animale d’ADM, la portant au 4e rang mondial avec l’équivalent de 40 millions de tonnes d’aliment recomposé.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Le capteur est installé sur l'un des pieds du silo à 1 mètre de hauteur environ. © Nanolike
Cooperl connecte les silos d’aliment dans les élevages de porcs
Cooperl propose en partenariat avec la société Nanolike un capteur pour évaluer la quantité d’aliment restant dans les silos d’…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
La case Protek se pose comme le modèle standard du bien-être animal en maternité. © B. Plesse
I-Tek étoffe sa gamme de cases bien-être pour les truies en maternité
I-Tek refond entièrement sa gamme de cases maternité bien-être avec la commercialisation de trois modèles différents.
L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.
Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)