Aller au contenu principal

Welfarm dénonce le refus de Bigard d’accepter les porcs mâles entiers

© welfarm

Dans une lettre ouverte adressée à Jean-Paul Bigard, l’association welfariste Welfarm déplore le refus du groupe d’abattage du même nom d’accepter l’élevage de porcs mâles entiers en alternative à l’arrêt de la castration. « Les marques et distributeurs que nous avons rencontrés sont, dans leur majorité, favorables aux alternatives à la castration physique des porcelets », affirme Welfarm. « Ils veulent augmenter la part de porcs non castrés dans leurs approvisionnements. Ils considèrent que c’est la solution d’avenir ». Pourtant, malgré ce positionnement, les distributeurs « n’ont pas toujours la marge de manœuvre suffisante pour agir. Au cœur du problème, ce sont les mêmes noms qui reviennent : certains abatteurs réunis au sein du syndicat Culture Viande, et plus particulièrement Bigard », déplore l'association. Welfarm cite certains transformateurs et distributeurs qu'ils ont rencontrés: "Si Bigard ne veut pas, on ne peut pas",« Bigard a du mal à croire les arguments [en faveur du mâle entier], ils restent campés sur leur position… », « Je n’ai jamais vu une position aussi butée reposant sur aussi peu d’arguments. Ils [Bigard] sont posés là comme une moule sur un rocher, ils sont sûrs d’eux sur tout ».

Welfarm souligne que ce positionnement risque d’entraver les engagements publics de salaisonniers comme Fleury-Michon et Herta d’augmenter leurs approvisionnements en viandes issues de porcs mâles entiers.  « Herta a dû renoncer au mâle entier dans sa démarche « Engagé et Bon » en raison de la pression exercée par son fournisseur Socopa (groupe Bigard) », affirme l’association. « Fleury Michon ambitionne notamment d’atteindre 100% de mâle entier sur sa filière propre, qui représente une quarantaine d’éleveurs en partenariat avec le groupe Avril. Mais le rachat des abattoirs du groupe Avril par le groupe Bigard pourrait bien remettre en cause cette démarche de progrès… »

L’association rappelle que les consommateurs sont également favorables à l’immunocastration, lorsque les informations sont mises à leur disposition (1). Elle souligne aussi que la Fédération française des industriels charcutiers traiteurs (FICT) soutient la solution du mâle vacciné pour les productions en salaisons sèches.

(1) L’acceptabilité de l’immunocastration par les consommateurs, sous réserve d’une explication du procédé, a été révélée en 2020 par une étude menée par le réseau de chercheurs européens Ipema auprès de 4 300 consommateurs.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Arnaud Collette. « Mon objectif est d’optimiser les installations existantes et de gagner en autonomie, pas d’augmenter en taille. »
« Je construis un projet équilibré autour du porc »
Arnaud Collette s’est installé en 2017 avec ses parents sur la ferme familiale à Merdrignac, dans les Côtes d’Armor. Avec la…
Guillaume Loirat (à gauche) et Olivier Jaunet. «Il est important de réaliser régulièrement des analyses des co-produits afin de réajuster les formules.»
Fabrique à la ferme : "Nous avons mis en place deux stratégies pour maîtriser notre coût alimentaire"
Les deux associés du Gaec La Blanche ont agi sur deux aspects pour maîtriser leur coût alimentaire : l'efficacité alimentaire et…
Pierre et Romain (à droite) Le Foll. «Les truies sur paille donnent une bonne image de la production, tout en permettant des performances de haut niveau.»
« Nous voulons donner une bonne image de notre métier d'éleveurs de porcs»
Pierre et Romain Le Foll se sont installés le 1er janvier 2021 à la tête de l’élevage familial de 150 truies naisseur-engraisseur…
Bien-être du porc : Des réponses pratiques sur l’apport de matériaux manipulables
La Foire aux Questions sur le bien-être animal vient d'être mise à jour. Ce document vise à apporter des réponses pratiques aux…
Alimentation animale : La guerre en Ukraine déstabilise le marché des grains
Depuis le début de la guerre entre la Russie et l’Ukraine, le 24 février, le marché des grains est désorganisé alors qu’…
L'exposition des truies aux antibiotiques a diminué de 62% depuis 2013.
Forte baisse de l’usage d’antibiotiques en dix ans dans les élevages de porcs
De 2010 à 2019 la filière porcine a réduit de 67 % l’exposition des animaux aux antibiotiques, selon la 4e édition du panel…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)