Aller au contenu principal

Vers 100 % de soja importé durable pour les élevages français

Les fabricants d’aliment se sont donné pour objectif de s’approvisionner en tourteaux de soja non issus de la déforestation d’ici 2025.

L’idée est de produire en France et d’importer quand c’est nécessaire une alimentation animale 100 % durable, non contributive à la déforestation et ainsi de baisser l’impact carbone.
L’idée est de produire en France et d’importer quand c’est nécessaire une alimentation animale 100 % durable, non contributive à la déforestation et ainsi de baisser l’impact carbone.
© Inra

Les industriels de la nutrition animale française et leurs syndicats (Snia et La Coopération agricole nutrition animale) se sont donné pour objectif, à travers la plateforme collaborative Duralim, d’importer 100 % de tourteau de soja avec des garanties de non-déforestation d’ici 2025.

Lire aussi : Six leviers pour limiter l’impact carbone des élevages de porcs

« L’idée est de produire en France et d’importer quand c’est nécessaire une alimentation animale 100 % durable, non contributive à la déforestation et ainsi de baisser l’impact carbone », explique Vincent Héral, chargé de mission RSE au Snia. Pour cela, les fabricants d’aliments doivent s’approvisionner, pour les origines à risque de déforestation, auprès d’importateurs proposant un soja avec des garanties reconnues compatibles avec les « lignes directrices pour un soja responsable » de la Fefac. Ces lignes directrices constituent un document de référence européen incluant 73 critères de durabilité, et notamment un critère de non-déforestation et de non-conversion d’écosystème pour aller au-delà de la législation des pays producteurs.

1 à 2 cts€/kg de viande de porc

Dans une étude (1) datée de 2019 pour Duralim, le Céréopa évalue à 69 millions d’euros par an le surcoût du tourteau de soja et de l’huile de palme durables et tracés pour l’ensemble des aliments pour animaux fabriqués en France. Dans le contexte de prix des matières premières au moment de l’étude (2018-2019), avec l’hypothèse prise en matière de surcoût à la tonne de soja non déforestant, et à la condition que l’intégralité de l’alimentation animale bascule sur cette exigence, cela induirait une augmentation pour le consommateur d’un peu plus de 1 cts€/kg de viande de porc et 2 cts €/kg de jambon cuit. Le Céréopa souligne que les importations de soja semblent aujourd’hui avoir atteint un minimum incompressible (3,4 millions de tonnes par an, dont plus de la moitié issue du Brésil (2)).  « Si la disponibilité des autres matières protéiques diminue (baisse des surfaces cultivées, hausse de la demande chinoise, raréfaction d’autres sources protéiques sur le marché mondial), la consommation de soja d’importation risque d’augmenter, impactant ainsi à la hausse le surcoût lié à la durabilité », met en garde le rapport.

L’impact carbone des matières premières évalué

Le Snia suit de près les travaux d’évaluation de l’impact environnemental des matières premières pour ses adhérents et travaille à l’enrichissement et au déploiement des outils de calcul de l’impact carbone des matières premières utilisées en formulation. « Chaque lot de matière première arrivant à l’usine peut être caractérisé sur ce critère selon son origine et l’itinéraire technique utilisé pour la produire », explique Vincent Héral. Au même titre que les valeurs nutritionnelles et le prix, la valeur environnementale des matières premières pourrait ainsi devenir à terme la troisième composante des formules. « Si le critère environnemental devient prédominant, il faudra alors s’attendre à valoriser les hausses de coût matière, que le consommateur final ou des filières « bas carbone » pourront rémunérer », conclut-il.

(1) Céréopa, Abcis, Duralim (2019) Étude sur le surcoût d’une alimentation animale française « durable » dans les produits animaux.
(2) Données douanes 2020.

Repères

Le Snia (syndicat national de l’industrie de la nutrition animale) représente les entreprises privées du secteur de la nutrition animale.
La Coopération agricole nutrition animale regroupe 43 groupes coopératifs ayant une activité dans la production française d’aliments pour animaux.
La Fefac est la fédération européenne des fabricants d’aliments composés.
Le Céréopa est le Centre d’étude et de recherche sur l’économie et l’organisation des productions animales.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

François Valy, président de la FNP
La Fédération nationale porcine met la pression sur la grande distribution
La fédération nationale porcine (FNP) estime que l’aval et les GMS doivent payer les hausses de prix. Elle milite également pour…
Les truies sont rapidement mises en liberté après l’insémination : elles disposent alors de 2,25m² par animal comme en gestante.
Vers une réduction de la contention dans les verrateries des élevages de porcs
En verraterie, il est possible d’améliorer le bien-être animal et le bilan environnemental en associant la mise en liberté des…
Le tourteau de soja reste difficile à déloger des formules d'aliment porc, grâce à ces caractéristiques nutritionnelles intéressantes et son prix compétitif.
Le soja reste toujours incontournable dans les formules des aliments porcs
Dans le contexte de flambée du coût des matières premières et de pénurie pour certaines, le tourteau de soja (hors non OGM)…
Les surfaces d'oléagineux devraient augmenter en France.
Un plan protéines ambitieux à l’horizon 2028
Le plan protéines présenté fin 2021 par le gouvernement vise à réduire la dépendance de la France aux importations de protéines…
Depuis juillet 2020, 5 830 sites d'élevages ont été audités avec l'application Pig connect, soit 40% des sites d'élevage professionnels.
Prévention de la fièvre porcine africaine : bilan positif des audits Pig connect
L’audit Pig connect permet de qualifier le niveau de biosécurité des élevages et le respect des obligations de l’arrêté…
Jean-Luc Sevin, vétérinaire Socavet pour Eureden. «La qualité des opérations de nettoyage-désinfection est essentielle.»
Des bactéries positives contre les diarrhées des porcelets en maternité
À l’occasion d’une journée technique organisée par le laboratoire Cobiotex le 5 mai dernier, Jean-Luc Sevin, vétérinaire Socavet…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)