Aller au contenu principal

Valens, le nouveau verrat équilibré d’Axiom

La firme génétique met sur le marché un nouveau verrat dont l’objectif est de répondre aux exigences des producteurs français. Quatre critères ont particulièrement été sélectionnés.

Le verrat Valens proposé par Axiom est une lignée synthétique à dominante Piétrain NN. Il a été spécifiquement conçu pour répondre à la demande d’une majorité d’éleveurs français. « Nous avons voulu créer un verrat qui réponde de manière équilibrée à quatre exigences essentielles du marché national, » explique Guillaume Naveau, le directeur d’Axiom : « la croissance, le TMP, l’indice de consommation et la vigueur des porcelets ». Pour cela, la particularité du verrat Valens est d’être issu d’une sélection sur chacun de ces quatre critères, « et pas d’une sélection uniquement basée sur la valeur génétique globale ».

Thierry Pécheul, responsable développement France chez Axiom, précise que le Valens est améliorateur sur chacun de ces quatre critères. « Par rapport aux autres verrats présents lors de notre dernier test des terminaux, la moyenne du TMP des issus de Valens placés en CIA est améliorée de 0.5 point », souligne-t-il. Axiom annonce des valeurs de lard dorsal inférieures à 6,3 mm et une profondeur de muscle de plus de 70,6 mm sur les verrats. Le Valens bénéficie aussi du travail mis en place dans les stations de sélection sur l’indice de consommation, avec notamment une alimentation individuelle dans toutes les stations d’Axiom. « Avec une moyenne inférieure à 2.09, il améliore l’indice de ses issus de 0.08 point par rapport aux autres verrats ». Belles performances de croissance annoncées également, avec un GMQ supérieur à 1 100 grammes par jour, soit une amélioration de +24 grammes pour les issus. « Le profil génétique NN (absence de l’allèle de sensibilité à l’halothane) du Valens confère également aux porcelets qu’il produit une bonne vigueur et l’absence de défauts, qui permettent de baisser le taux de pertes en maternité », complète Thierry Pécheul.

Adapté pour produire des mâles entiers

Axiom souligne l’intérêt de ce verrat pour une production de mâle entier. « Grâce à sa croissance rapide et sa faible teneur en gras, ses issus présentent un risque très limité de carcasse malodorante », souligne Guillaume Lenoir, responsable génétique Axiom. « De plus, nous mettons en place un contrôle du taux d’œstradiol, un prédicteur de l’androsténone, des verrats à 100 kg. Les animaux qui présentent des taux trop élevés ne sont pas sélectionnés pour la reproduction ». Les verrats sont produits à la station Axiom de Bizy dans le Loir et Cher et chez Pascal et Christine Josse, sélectionneurs à Augan dans le Morbihan. Les doses sont déjà disponibles dans les CIA d’Yxia et de Gènes Diffusion.

Des performances évaluées par un test des terminaux

Axiom réalise en interne un test des verrats terminaux permettant de positionner et comparer chaque verrat Axiom par rapport à leurs niveaux de performances, notamment sur l’indice de consommation, la croissance, le TMP et la vigueur. Le dernier s’est déroulé de novembre 2017 à mars 2019. Tous les porcelets provenaient du même site de naissage, composé d’une maternité vétuste afin d’exprimer la différence entre des animaux vigoureux ou non à la naissance. Les truies provenaient d’une même génétique femelle. Les porcelets (un peu plus de 2 300) ont été ensuite engraissés sur un site unique équipé d’alimentateurs. Les tests ont été menés en demi-bande avec témoins, en comparant 12 types génétiques, dont 6 verrats Axiom. Chaque animal a été contrôlé individuellement. La rentabilité est un critère synthétique de l’ensemble des quatre critères.

Les plus lus

éleveur de porcs dans la Sarthe
« Mon atelier porcin d'engraissement est en synergie avec mes cultures »
Gérant et associé d’une maternité collective, Sébastien Renvoisé a en parallèle investi dans un atelier d’engraissement, raisonné…
François Denoual : «Avec la nouvelle maternité, je compte améliorer le nombre de sevrés par truie et gagner en confort de travail.»
« J'optimise mon temps de travail avec le nouveau naissage de mon élevage de porcs»

À la tête d’un élevage de 174 truies et sa suite, François Denoual a investi dans un bâtiment regroupant la maternité et la…

« Avec la directive IED, le rouleau compresseur anti-élevages familiaux est en marche »

Dans une note cosignée par la plupart des interprofessions régionales porcines et avicoles, l’UGPVB (Union des groupements de…

Les porcelets sont mélangés en groupes de trois à quatre portées.
« La sociabilisation des porcelets en maternité m’apporte beaucoup d’avantages »

Depuis deux ans, Ségolène sociabilise ses porcelets en maternité. Elle y voit de nombreux avantages sur ses conditions de…

Les journées s’articulent généralement autour d’une visite d’élevage chez l’un des membres du groupe.
Les éleveurs de porcs réfléchissent en groupe pour anticiper les évolutions des élevages
Les Chambres d’agriculture de Bretagne animent cinq groupes d’éleveurs de porcs répartis sur toute la région. Les thématiques…
Qui est la coopérative française dans le top 10 européen des coopératives européennes. 
Qui est la coopérative porcine française dans le top 10 européen des coopératives européennes. 

Une seule coopérative agricole française, détenant une activité en porc, est présente dans le top 10 des coopératives…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)