Aller au contenu principal
E-mailPrintFont SizeFacebookTwitter

MESSAGE ABONNES IMPORTANT

Afin d'être sûr de recevoir nos futures publications quelle que soit l’évolution de la situation sanitaire, activez votre compte numérique au plus vite en complétant vos informations.

J’active mon compte numérique

Trois questions à Marie-Laurence Grannec, responsable de l’équipe porc des chambres d’agriculture de Bretagne.
« Une recherche avant tout axée sur la performance en élevage »

Les chambres d’agriculture de Bretagne maintiennent un axe de recherche fort sur les performances technico-économiques. Mais les sujets intègrent également les enjeux sociétaux.

Marie-Laurence Grannec, responsable de l’équipe porc des chambres d’agriculture de Bretagne."La station de Crécom va s'équiper progressivement de matériel connecté."
© Chambres d'agriculture de Bretagne

Quel est le bilan de l’année écoulée pour la R & D des chambres d’agriculture de Bretagne ?

Marie-Laurence Grannec - "L’équipe porc a piloté ou participé à une cinquantaine d’études en 2018. Au-delà de l’ensemble des références produites, nous pouvons ici lister quelques exemples de valorisations qui en sont issues. Un guide FAF a été publié pour éclairer les éleveurs en réflexion sur ce sujet. Les expérimentations sur l’abreuvement des porcs nourris en soupe ont contribué à la rédaction de fiches conseils pour mieux répondre aux exigences réglementaires. Les résultats de l’étude Aireleveur dédiée à la réduction du risque respiratoire en élevage ont été valorisés via la rédaction d’une plaquette et d’une chaîne Youtube."

Quels sont les axes de recherche pour l’année en cours ?

M-L.G.- "Nos sujets de recherche visent d’abord l’amélioration de la performance technico-économique des exploitations. Ils doivent aussi intégrer les enjeux sociétaux. Nous continuerons les essais sur l’ajustement des niveaux d’acides aminés pour optimiser les performances et la réduction des rejets, la réduction des émissions de particules, l’optimisation des laveurs d’air ou encore les nouvelles voies de production ou de récupération d’énergie (méthanisation passive, lisiothermie…). Les travaux sur l’arrêt de la caudectomie vont se poursuivre. Une réflexion est engagée sur l’évolution des bâtiments de post-sevrage engraissement. Enfin, une étude sur l’identification des freins et facteurs de réussite de l’arrêt de l’utilisation d’antibiotiques va commencer."

Comment se réorganisent les outils d’expérimentation avec la fermeture de la station expérimentale de Guernévez ?

M-L.G. - "La station de Crécom devient la seule station expérimentale porcine des chambres d’agriculture de Bretagne. Les essais sur la conduite, notamment alimentaire, vont se poursuivre. Mais nous avons également prévu d’y tester des équipements et du matériel, en particulier dans une optique de déploiement de nouvelles technologies. Les porcs sont désormais identifiés individuellement par des boucles électroniques. La station va s’équiper progressivement de matériel connecté (bascules, systèmes d’alimentation, compteurs d’eau, pompe doseuse…). L’installation de logiciels de supervision du chauffage, de la ventilation et de l’énergie, et l’enregistrement en continu des consommations permettront également d’acquérir des références. Enfin, nous avons prévu de remplacer la moitié des places de maternités par des cases liberté et de construire un bâtiment de post-sevrage engraissement innovant."

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

« A Shangaï, la vie reprend son cours habituel », témoigne Martial Sardin, responsable du bureau chinois de l'Institut français du porc
Face à l’épidémie mondiale de coronavirus, l'espoir vient de Chine. Martial Sardin, responsable du bureau chinois de l’institut…
Jan Peter Van Ferneij, Ifip-Institut du porc © D. Poilvet
Le Covid-19 pourrait accélérer la démondialisation

Après des années d’intensification du commerce international, la mondialisation est entrée dans le…

Répartition des abattages de porcs en Bretagne par groupe en 2019 © Chambre d'agriculture de ...
La concentration des abattages de porcs bretons se poursuit
Selon les données Uniporc Ouest analysées par la Chambre d’agriculture de Bretagne, la part de Cooperl dans les abattages de la…
Christophe Battas (à droite), et Jean-Charles Cantin, éleveur à Maroué. « L'identification RFID des porcelets permet de gérer un historique de traitement par animal, en totale conformité avec la réglementation. » © D. Poilvet
Cooperl veut élaborer une carte Vitale électronique pour chaque porc
Avec l’utilisation des boucles RFID pour identifier chaque animal, Cooperl a pour ambition de mettre en place un véritable carnet…
[Coronavirus] L’appli de téléconsultation vétérinaire Linkyvet gratuite pendant un mois
Pendant la crise du Covid-19, la solution française de téléconsultation vétérinaire Lynkyvet met à disposition gratuitement la…
Covid-19 : organiser le travail en élevage de porcs en période d’épidémie
Même en période d’épidémie, l’activité d’élevage doit se poursuivre. L’organisation du travail doit toutefois être adaptée pour…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)