Aller au contenu principal

Une maternité liberté pour répondre aux attentes sociétales

Isabelle et Mickaël Belloeil se sont équipés d’une maternité dotée de cases mise bas bien-être. Engagés dans la démarche Collectif 2 de Leclerc/Kermené, ils bénéficient d’une contractualisation sur plus de la moitié des porcs.

Mickaël et Isabelle Belloeil, éleveurs dans les Côtes-d'Armor. «Après avoir été multiplicateurs pendant 20 ans, nous voulions nous orienter vers un débouché qui amène une plus-value tout en valorisant le bon statut sanitaire de l’élevage.»
Mickaël et Isabelle Belloeil, éleveurs dans les Côtes-d'Armor. «Après avoir été multiplicateurs pendant 20 ans, nous voulions nous orienter vers un débouché qui amène une plus-value tout en valorisant le bon statut sanitaire de l’élevage.»
© A. Puybasset

À la tête d’un élevage de 185 truies et leur suite à Saint-Mayeux dans les Côtes-d’Armor, Isabelle et Mickaël Belloeil ont investi dans une maternité de deux salles de 23 cases mise bas liberté. Le bâtiment neuf, sous concept Isotek d’I-Tek, a été construit dans le prolongement du bloc verraterie-gestante. Ce dernier a été également restructuré pour permettre le passage en verraterie liberté, avec une libération des truies en fin de semaine d’insémination. Les anciennes salles de maternité ont été transformées en places de gestantes en Dac, d’infirmerie et de quarantaine.

Pour les éleveurs, ces évolutions se traduisent à la fois par un changement de type de production et de commercialisation. « Après avoir été multiplicateurs pendant 20 ans jusqu’en 2019, nous voulions nous orienter vers un débouché qui amène une plus-value. Après une phase de commercialisation en porc standard, notre groupement Porc Armor Évolution nous a proposé de nous engager dans la démarche Collectif de niveau 2 de l’abattoir Kermené. Grâce à la rigueur sanitaire imposée par la multiplication, nous produisions depuis plusieurs années des porcs sans antibiotique depuis la naissance.

 

 
La distribution de l’air dans les salles se fait par les poteaux Exatop (entrée indépendante pour chaque salle). © A. Puybasset
Nos cases mise bas étant au bout du rouleau, nous avions en tête depuis longtemps de passer aux cases liberté pour répondre aux attentes sociétales. Nous souhaitions aussi passer à une alimentation automatique des truies allaitantes. Avec la nouvelle maternité, on regroupe tout le naissage en un seul bloc, plus fonctionnel. »

 

58 % des porcs sous contrats

Les éleveurs bénéficient d’un contrat sur trois ans dont le prix est indexé sur le coût alimentaire. La part des porcs contractualisables dépend des aménagements mis en place en faveur du bien-être animal (voir ci-contre). Chez Isabelle et Mickaël Belloeil, elle est fixée à 58 % : 25 % pour la verraterie liberté, auxquels s’ajoutent 25 % pour les cases mise bas liberté et 8 % pour l’accès à la lumière naturelle sur une partie des bâtiments dont la maternité. En revanche, ils n’ont pas opté pour l’accès à l’air libre en engraissement qui pèse pour 25 %. « On ne décide pas d’investir dans des bâtiments pour accéder à la démarche Collectif 2, avertit Mickaël Ollivier, commercial du groupement. Cela doit correspondre à des pratiques d’élevage déjà en place et à un état d’esprit de l’éleveur. »

 

 
Le bâtiment est équipé d’une ventilation centralisée. © A. Puybasset
Pour Mickaël Belloeil, « cette contractualisation apporte une sécurité financière ». L’éleveur peut choisir chaque année d’atteindre ou pas le plafond de porcs contractualisables auquel il a accès. Au prix du contrat, s’ajoute une plus-value liée au cahier des charges sans antibiotique dès la naissance et sans OGM. Elle est également appliquée aux porcs non contractualisés et vendus au prix du MPB.

 

Les éleveurs entreront officiellement dans la démarche dès l’audit final réalisé par l’abattoir. Les enlèvements dans les élevages Collectif niveau 2 ont toujours lieu sur un jour fixe, « ce qui facilite par ailleurs l’organisation du travail », apprécient les éleveurs.

Un taux de contractualisation selon quatre critères

Lancée en 2019 par le distributeur E. Leclerc, la filière Collectif niveau 2 est une démarche de progrès en faveur du bien-être animal. Elle permet à l’éleveur de contractualiser tout ou partie de sa production de porcs charcutiers en fonction de quatre items mis en place dans l’élevage, chacun donnant accès à 25 % de porcs contractualisables :

1. verraterie liberté avec libération des truies au plus tard six jours après insémination (25 %)

2. maternité liberté (25 %)

3. lumière naturelle à tous les stades physiologiques (25 %)

4. accès à l’air libre des porcs en engraissement (25 %)

Le socle de base de cette démarche repose sur le cahier des charges Le Porc français. Le niveau 1 comprend une alimentation sans OGM, l’accès à des matériaux manipulables à tous les stades et l’élevage sans antibiotique à partir de 42 jours.

L’éleveur se voit attribuer trois niveaux de plus-value, selon qu’il intègre un cahier des charges porcs sans antibiotique à 0, 21 jours ou 42 jours.

Deux salles de 23 cases Matek de I-Tek

Concernant les choix d’équipements de la nouvelle maternité, les éleveurs ont opté pour un bâtiment Isotek avec des entrées d’air par poteaux Exatop du fabricant I-Tek.

 

 
Les cases Matek d'I-Tek de 2,5 mètres de large sur 2,6 (ou 2,7) mètres de long sont équipées d’une niche à porcelets avec lampe chauffante. © A. Puybasset
« Nous apprécions l’effet climatisant du bâtiment, sa clarté et sa facilité à laver grâce à ses panneaux en PVC. Les conditions de travail sont agréables », justifient Mickaël et Isabelle Belloeil, déjà équipés de ce concept pour leur bâtiment de post-sevrage et engraissement construit en 2017. Les deux salles, avec un local technique mitoyen, comprennent chacune 23 cases Matek de quatre rangées. Les cloisons basses offrent une bonne visibilité et facilitent le passage d’hommes entre cases.

 

Accessible des couloirs, se trouve la niche à porcelets avec capot relevable, chauffée par une lampe régulable manuellement. « La niche facilite la gestion bi-climat de la salle (21 °C en ambiance pour favoriser la consommation des truies et 28 °C au niveau des porcelets) », explique Claude Cochet d’I-Tek.

Les truies seront libérées après les soins, et au plus tard 7 jours après la mise bas, conformément au cahier des charges.

Les truies peuvent recevoir deux aliments péri-mise bas ou allaitant (une seule chaîne). La distribution est gérée par un doseur volumétrique individuel (équipements Asserva). Seuls les alimentateurs à sec ont été récupérés de l’ancienne maternité.

Le coût du bâtiment tout compris s’élève à 8 000 euros par place.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Guillaume Loirat (à gauche) et Olivier Jaunet. «Il est important de réaliser régulièrement des analyses des co-produits afin de réajuster les formules.»
Fabrique à la ferme : "Nous avons mis en place deux stratégies pour maîtriser notre coût alimentaire"
Les deux associés du Gaec La Blanche ont agi sur deux aspects pour maîtriser leur coût alimentaire : l'efficacité alimentaire et…
Pour accéder au plan d'aide porcin, faites vite!
Les modalités de mise en œuvre du deuxième volet du Plan de de Sauvegarde de la filière porcine ont été validées. La procédure de…
Les filières sans antibiotiques, un levier de valorisation et de progrèsen production porcine
Les filières sans antibiotiques, un levier de valorisation et de progrès en production porcine
En 2020, environ 15 % des porcs étaient produits en filière sans antibiotiques. Le marché est désormais considéré comme mature.
Bien-être du porc : Des réponses pratiques sur l’apport de matériaux manipulables
La Foire aux Questions sur le bien-être animal vient d'être mise à jour. Ce document vise à apporter des réponses pratiques aux…
Alimentation animale : La guerre en Ukraine déstabilise le marché des grains
Depuis le début de la guerre entre la Russie et l’Ukraine, le 24 février, le marché des grains est désorganisé alors qu’…
Les petits porcelets naissent avec peu de réserves énergétiques et sont très sensibles au froid.
Quelles sont les trois principales causes de mortinatalité des porcelets
Déterminer la cause de mortinatalité des porcelets aide à mieux cibler les leviers correctifs à mettre en place. Une étude du…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)