Aller au contenu principal

Rallye FAF Evel’up
Une installation structurée autour d’une fabrique d'aliment à la ferme simplifiée

La fabrique d’aliment créée par Anthony Damany, installé avec son père Claude en 2015, permet d’alimenter les porcs charcutiers avec des céréales associées à un complémentaire.

Anthony et Claude Damany. « L’installation demande très peu de main-d’œuvre, y compris lors des récoltes. » © D. Poilvet
Anthony et Claude Damany. « L’installation demande très peu de main-d’œuvre, y compris lors des récoltes. »
© D. Poilvet

À la tête d’un atelier de 400 truies naisseur engraisseur à Langoat, dans les Côtes-d’Armor, Claude et Anthony Damany avaient le choix, lors de l’installation de ce dernier en 2015, entre une FAF complète pour alimenter tous les animaux de l’élevage, et une FAF simplifiée destinée uniquement aux porcs charcutiers. « Nous sommes finalement partis sur le projet le moins onéreux, tout en surdimensionnant les capacités de stockage des céréales de 50 % en prévision d’une augmentation de la taille de l’élevage », expliquait Anthony Damany, lors d’un rallye FAF organisé par son groupement Evel’up. Pour un objectif de 3 400 tonnes d’aliment fabriquées avec deux complémentaires (nourrain-croissance et finition-superfinition), les éleveurs ont investi dans trois silos tour identiques de 1 700 m3 chacun. Le maïs est stocké dans deux silos. Le troisième est utilisé pour le blé. L’investissement de 750 000 euros au total comprend également une fosse de réception couverte, deux broyeurs et deux cuves de présoupe pour chacune des céréales. "La présoupe facilite le transfert de la matière première sur une distance importante ", justifie l’éleveur. Un avantage appréciable, puisque la machine à soupe de l’élevage se situe à 70 mètres de distance, de l’autre côté d’une route communale. « La canalisation enterrée a un diamètre de 75 mm. Il n’y a jamais eu de problème particulier ou de colmatage. » Il faut cependant veiller à bien diluer la céréale dans la présoupe : 2,5 litres d’eau par kilo de maïs, et 4,5 litres d’eau par kilo de blé. Les taux d’incorporation des complémentaires dans les aliments varient entre 22 % pour le superfinition et 27 % pour le nourrain. L’éleveur contractualise lui-même du tourteau de soja qu’il fait ensuite livrer au fabricant d’aliment qui l’incorpore dans le complémentaire au taux souhaité par l’éleveur. « Cela me permet de figer mon prix d’aliment et d’anticiper mes coûts de production, sans avoir à investir dans une FAF complète », justifie Anthony Damanin.

cout fab p 30 269

Près de 40 000 euros de gain par an sur les sept premières années

Evel’up calcul un coût de fabrication de 31,5 euros par tonne (€/t) d’aliment sur les sept premières années. Ce coût inclut la main-d’œuvre et l’ensemble des charges de fonctionnement. Il descendra à 19,50 €/t après sept ans, quand le matériel sera amorti, et 6,60 €/t après les 15 ans d’amortissement des bâtiments et du stockage, hors nouveaux investissements. « Sur la période novembre 2017-octobre 2018, le prix de revient de l’aliment charcutier fabriqué à l’élevage Damanu est de 211 €/t en moyenne, frais de fabrication inclus, soit 11,60 €/t de moins que l‘aliment du commerce », indique Thierry Lahaye, technicien FAF Evel’up. Pour 3 400 tonnes fabriquées chaque année, il calcule un gain net pour les éleveurs de 39 440 euros par an sur les sept premières années.

essai p 30 269

Anthony n’envisage pas pour l’instant de passer à une FAF complète, même si elle peut lui faire gagner encore quelques euros par tonne. « L’installation actuelle demande très peu de main-d’œuvre, y compris lors des récoltes. Elle est simple à gérer. Par ailleurs, nous n’autoproduisons pas toutes nos céréales et devons acheter la production de 110 hectares au voisinage. » Et investir dans des terres pour mieux couvrir ses besoins est difficile dans cette région de Bretagne où le prix de l’hectare de SAU est élevé à cause de l’importante production de légumes de plein champ.

 

Lire aussi :

Une FAF très simple pour 1700 places d'engraissement

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Romain Louzaouen s’est préparé très tôt à son installation. « Il faut du temps pour mûrir son projet, conforter ses décisions, échanger avec les cédants. Il me paraissait important de les impliquer dans le projet. » © A. Puybasset
Jeune installé en porc : « On vise l’autonomie et la qualité de vie »
Romain Louzaouen est installé depuis 2019 avec son frère David dans le Finistère. La reprise d’une ferme voisine a permis d’…
© M.Courades
L’arrêt de la castration à vif des porcelets au cœur des débats de la Fédération Nationale Porcine
La Fédération nationale porcine (FNP) a réaffirmé son souhait que le mâle entier devienne la référence du cadran lors de son…
L'alimentation multiphase est difficile à mettre en oeuvre avec des systèmes de distribution de soupe à eau poussante ou avec recyclage, majoritaires en France. © D. Poilvet
Trois solutions pour faire du multiphase en soupe en élevage de porcs
Les Chambres d’agriculture de Bretagne et l’Ifip ont décrypté les propositions des fabricants de machines à soupe pour pouvoir…
Arnaud Brielles, avec Mathieu Soulabaille (Asserva). «Par rapport à l’ancien post-sevrage, le gain d’indice de consommation me fait fait gagner 4 500 euros de coût alimentaire par bande de 1 100 porcelets, soit 45 000 euros par an.» © D. Poilvet
Une alimentation de précision pour les porcelets
Arnaud Brielles a investi dans l’alimentateur Optimat d’Asserva pour distribuer un aliment humidifié aux porcelets logés dans son…
L’enjeu pour raisonner les élevages de demain est de répondre à la fois aux attentes de la société, et à celles des éleveurs en termes de qualité de travail et de niveau de rémunération. © D. Poilvet
L’incidence environnementale des élevages doit être évaluée globalement
L’Ifip pilote un nouveau programme de recherche dont l’objectif est d’évaluer globalement les incidences environnementales de…
Didier Gaudré, Ifip-Institut du porc © Ifip
Des tanins pour réduire les odeurs sexuelles des carcasses de porc

Selon une étude d’un groupe de chercheurs tchèques et slovaques, l’incorporation de 2 % d’extraits de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)