Aller au contenu principal

Un plan protéines ambitieux à l’horizon 2028

Le plan protéines présenté fin 2021 par le gouvernement vise à réduire la dépendance de la France aux importations de protéines végétales.

Les surfaces d'oléagineux devraient augmenter en France.
Les surfaces d'oléagineux devraient augmenter en France.
© Gabriel Omnès

Soutien à la recherche et développement, accompagnement des investissements matériels chez les producteurs de grandes cultures et les éleveurs, structuration des filières de protéines végétales… Le plan protéine dévoilé par le gouvernement fin 2021 ne manque pas d’ambitions. Doté d’un budget de 100 millions d’euros, il répond aux enjeux de souveraineté exacerbés depuis le début du conflit entre l’Ukraine et la Russie.

Cette guerre a démontré que la dépendance vis-à-vis des pays tiers peut coûter très cher à la France et à ses éleveurs. C’est aussi un défi environnemental, afin de réduire notamment les importations de soja responsable de la déforestation au Brésil et de favoriser la biodiversité des campagnes françaises.

400 000 hectares de légumineuses en plus

Plus précisément, le plan prévoit un accroissement de l’autonomie en protéines de la France (hors prairies) de 10 points.

 

 

 

Les surfaces d’oléagineux devraient atteindre, d’ici à 2028, 2,13 millions d’hectares. Les objectifs sont déjà quasiment atteints pour le colza et le tournesol (respectivement 1,34 et 0,69 millions d’hectares). Ce n’est pas le cas du soja, qui plafonne (160 000 ha en 2021, pour un objectif de 300 000 ha dans 6 ans).

 

 

 

Les surfaces en légumineuses (pois et féveroles essentiellement) devraient progresser de 40 % (+ 400 000 hectares). L’ambition est d’augmenter les tonnages d’oléagineux de 1,4 million de tonnes et de protéagineux de 0,8 million de tonnes. Les acteurs du monde des productions végétales jugent ce nouveau plan plutôt convaincant. Cependant, les échecs répétés des plans antérieurs peuvent laisser sceptique. Les progressions de tonnage envisagées seront loin de couvrir l’intégralité des importations de tourteau de soja (3 millions de tonnes en 2021). Difficile aussi de savoir si les céréaliers délaisseront facilement une partie de leurs surfaces consacrées aux céréales, dont les prix atteignent aujourd’hui des sommets, pour des productions plus délicates à maîtriser, aux rendements parfois aléatoires.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

François Valy, président de la FNP
La Fédération nationale porcine met la pression sur la grande distribution
La fédération nationale porcine (FNP) estime que l’aval et les GMS doivent payer les hausses de prix. Elle milite également pour…
Les truies sont rapidement mises en liberté après l’insémination : elles disposent alors de 2,25m² par animal comme en gestante.
Vers une réduction de la contention dans les verrateries des élevages de porcs
En verraterie, il est possible d’améliorer le bien-être animal et le bilan environnemental en associant la mise en liberté des…
Les surfaces d'oléagineux devraient augmenter en France.
Un plan protéines ambitieux à l’horizon 2028
Le plan protéines présenté fin 2021 par le gouvernement vise à réduire la dépendance de la France aux importations de protéines…
Johannes Scharl. Il sèvre 28 porcelets/truie/an en moyenne et vise les 30.
« Avec les courettes extérieures, je suis prêt pour les dix ans à venir », explique cet éleveur allemand
Johannes Scharl, naisseur à Eichstätt (Bavière), a anticipé la demande sur le bien-être animal. Il estime avoir sécurisé l’avenir…
Depuis juillet 2020, 5 830 sites d'élevages ont été audités avec l'application Pig connect, soit 40% des sites d'élevage professionnels.
Prévention de la fièvre porcine africaine : bilan positif des audits Pig connect
L’audit Pig connect permet de qualifier le niveau de biosécurité des élevages et le respect des obligations de l’arrêté…
Le tourteau de soja reste difficile à déloger des formules d'aliment porc, grâce à ces caractéristiques nutritionnelles intéressantes et son prix compétitif.
Le soja reste toujours incontournable dans les formules des aliments porcs
Dans le contexte de flambée du coût des matières premières et de pénurie pour certaines, le tourteau de soja (hors non OGM)…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)