Aller au contenu principal

Un bâtiment bovin transformé en engraissement

Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700 places sur paille.

À la tête d’un élevage de 140 truies naisseur-engraisseur partiel à Saint Louet sur Vire dans la Manche, il manquait à Jean-François Osmond 700 places d’engraissement pour engraisser tous ses porcs. L’acquisition d’un nouveau site d’élevage lui a permis de combler cette lacune. En parallèle, il s’est lancé dans la production de porcs Label rouge Opale. Dans une ancienne stabulation de vaches laitières, il a construit 14 cases de 50 porcs sur paille. Chaque porc dispose d’une surface de 1,20 m2. Les cases sont constituées d’une aire paillée et d’un gisoir surélevé en pente, où se trouvent les auges pour une alimentation à la soupe. Les porcs disposent chacun de 33 cm de longueur d’auge. « L’alimentation liquide est indispensable, pour maîtriser à la fois la qualité de la carcasse par un rationnement en fin d’engraissement, et pour valoriser du maïs humide et du lactosérum issu de deux laiteries voisines », explique l’éleveur. « Même en label rouge, les transformateurs sont attentifs au TMP ». Le lactosérum permet aussi de labelliser les carcasses pour la production de saucisses de Morteau et de Montbéliard, dans l’Est de la France (voir Réussir Porc novembre 2015 page 36). « Un tel bâtiment ne peut se rentabiliser que par des démarches de qualité qui apportent de la plus-value à la production », estime Bertrand Chaumier, responsable du service bâtiment du groupement Agrial. Car malgré une charpente, une couverture conservée et une part importante d’autoconstruction, le coût de la rénovation (460 euros la place) se rapproche de celui d’un bâtiment neuf sur caillebotis intégral. Il inclut cependant la machine à soupe, et la cuve de stockage du lactosérum. « Nous avons choisi de rénover ce bâtiment car le logement des porcs sur paille répond aux nouvelles attentes sociétales. Il donne aussi une image positive à la production. C’est un investissement sur du long terme ». La production de label rouge Opale pour l’IGP Morteau apporte une plus-value de 15,5 c€/kg aux producteurs, en plus de la plus-value technique. Une partie du prix de base est déterminée à partir du prix de revient du porc. « Cette part stable de la rémunération des carcasses permet de sécuriser le prix de vente et les débouchés », conclut Jean-Luc Chéreau, président du groupement Agrial.

D.P.

Fournisseurs

Machine à soupe : Asserva
Filet brise-vent : Fouquet
Aménagements intérieurs : Fournier

Chiffres clés

Le groupement porc d’Agrial (2019)

380 adhérents
221 naisseurs-engraisseurs
129 post-sevreurs-engraisseurs
30 naisseurs
784 170 porcs charcutiers
12 041 reproducteurs
141 666 porcelets
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Arnaud Collette. « Mon objectif est d’optimiser les installations existantes et de gagner en autonomie, pas d’augmenter en taille. »
« Je construis un projet équilibré autour du porc »
Arnaud Collette s’est installé en 2017 avec ses parents sur la ferme familiale à Merdrignac, dans les Côtes d’Armor. Avec la…
Guillaume Loirat (à gauche) et Olivier Jaunet. «Il est important de réaliser régulièrement des analyses des co-produits afin de réajuster les formules.»
Fabrique à la ferme : "Nous avons mis en place deux stratégies pour maîtriser notre coût alimentaire"
Les deux associés du Gaec La Blanche ont agi sur deux aspects pour maîtriser leur coût alimentaire : l'efficacité alimentaire et…
Pierre et Romain (à droite) Le Foll. «Les truies sur paille donnent une bonne image de la production, tout en permettant des performances de haut niveau.»
« Nous voulons donner une bonne image de notre métier d'éleveurs de porcs»
Pierre et Romain Le Foll se sont installés le 1er janvier 2021 à la tête de l’élevage familial de 150 truies naisseur-engraisseur…
Bien-être du porc : Des réponses pratiques sur l’apport de matériaux manipulables
La Foire aux Questions sur le bien-être animal vient d'être mise à jour. Ce document vise à apporter des réponses pratiques aux…
Alimentation animale : La guerre en Ukraine déstabilise le marché des grains
Depuis le début de la guerre entre la Russie et l’Ukraine, le 24 février, le marché des grains est désorganisé alors qu’…
L'exposition des truies aux antibiotiques a diminué de 62% depuis 2013.
Forte baisse de l’usage d’antibiotiques en dix ans dans les élevages de porcs
De 2010 à 2019 la filière porcine a réduit de 67 % l’exposition des animaux aux antibiotiques, selon la 4e édition du panel…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)