Aller au contenu principal

Stabilité du prix des aliments entre 2015 et 2017

Le coût matière des aliments d’engraissement a peu évolué en trois ans. Le contexte est favorable à la réduction de leur taux de protéines.

Le tourteau de soja n'est incorporé qu'à 2% en moyenne dans les formules d'engraissement.
© P. Le Douarin

Le coût de revient matières premières des aliments porcs à l’engrais s’établit à 174 €/t en 2017. Il tient compte d’une consommation de 35 % d’aliment croissance et de 65 % d’aliment finition. Ce coût est intermédiaire entre ceux relevés en 2016 et 2015 (respectivement 168 et 188 €/t). Sa légère augmentation observée depuis 2016 s’explique par une hausse de l’ordre de 10 €/t du prix des céréales et des coproduits de céréales. À l’opposé, les tourteaux ont baissé de l’ordre de 10 €/t pour les sources métropolitaines voire de 30 €/t pour les produits d’importation. Mais, dans le même temps, le prix de la lysine de synthèse augmentait de 6 %.

La composition des aliments est marquée par la présence importante d’orge (22 %) aux dépens du blé dont le taux d’incorporation diminue de 58 à 49 % entre 2016 et 2017. Le son de blé représente 3 % des aliments. L’apport protéique est assuré par différents tourteaux. La part de tourteau de soja apparaît limitée comme les années précédentes et s’établit en moyenne à 2 %. La part de tourteau de colza atteint 5 %. Le tournesol décortiqué d’importation est incorporé à hauteur de 4 % et le tourteau de tournesol non décortiqué est limité à 1 %.

14,6 % de MAT en croissance

Les formules présentent des teneurs en protéines réduites, avec 14,6 % en croissance et 13,4 % en finition soit des valeurs équivalentes à celles observées en 2016. Le contexte est resté favorable à la réduction du taux de protéines des aliments. Rappelons que les teneurs maximales à respecter sont de 16 % en croissance et de 15 % en finition. Les teneurs en phosphore sont de 4,6 g/kg en croissance et de 4,3 g/kg en finition également équivalentes à celles de 2016, avec dans ce cas encore des valeurs assez éloignées des teneurs maximales fixées à 4,7 g/kg en croissance et 4,5 g/kg en finition.

La note de conjoncture Ifip établit des compositions d’aliment pour porc à l’engrais à partir de relevé mensuel de prix de matières premières rendues en Ille-et-Vilaine. Huit formules porc croissance et finition sont calculées avec des contraintes en énergie nette et en acides aminés digestibles variées permettant de balayer différents cas de figure. Cet article propose une rétrospective de l’année 2017 et compare les résultats aux années 2015 et 2016.

didier.gaudre@ifip.asso.fr

Les plus lus

Christian Maisonneuve est éleveur de porcs à Bouchamps-lès-Craon en Mayenne « J’ai choisi la biofiltration pour mon élevage de porcs et je ne le regrette pas ! »
« J’ai choisi la biofiltration pour mon élevage de porcs et je ne le regrette pas ! »
Christian Maisonneuve est éleveur de porcs à Bouchamps-lès-Craon en Mayenne. En 2021, il a fait le choix de mettre en place un…
Un biofiltre bien optimisé permet de réduire plus de 50% des émissions d’ammoniac.
La biofiltration pour réduire les émissions d'ammoniac et les odeurs des bâtiments porcins
La biofiltration est un système de traitement de l’air en sortie de ventilation qui permet de réduire les émissions d’ammoniac et…
Avec un prix de l'énergie multiplié par cinq pour l’électricité et par près de deux pour le gaz en deux ans, la pression est maximale chez les abatteurs et les transformateurs.
Flambée de l'énergie : L’industrie de la viande porcine est sur le gril
La flambée du prix de l’énergie inquiète l’aval de la filière qui réclame la mise en place d’un bouclier tarifaire. En attendant…
Forte baisse des résultats des élevages de porcs en 2021 à l’international
Forte baisse des résultats des élevages de porcs en 2021 à l’international
En 2021, les résultats des éleveurs de porc ont baissé dans la très large majorité des principaux pays producteurs du monde…
Mathieu Edy (à gauche), avec Anthony Leblanc, responsable de la maternité, et Maxime Edy. «En achetant un lot de cochettes croisées par an, nous n'avons pas à gérer un noyau de race pure.»
"J'assure le renouvellement de mon troupeau de truies grâce à un noyau de cochettes F1"
À l’EARL Edy naissage, trente cochettes croisées Large-White x Landrace sont introduites dans l’élevage une fois par an.…
Porcelets sous la lumière
Prix de l’électricité : les éleveurs de porcs exclus du bouclier à 280 euros s’alarment
La fédération nationale porcine demande à ce que tous les élevages de moins de 10 salariés puissent bénéficier du tarif plafonné.
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)