Aller au contenu principal

En Rhône-Alpes
Soréal entretient une dynamique forte grâce à une filière solidaire

Le groupe Soréal a noué des partenariats forts pour obtenir la valeur ajoutée qui l’aide à maintenir une activité porcine en région Rhône-Alpes.

« Dans une zone à faible densité porcine, les intérêts des différents maillons d’une filière sont encore plus liés qu’ailleurs. » La conviction de Thierry Thenoz, président du groupement de producteurs Sirepp, est partagée par Didier Labrosse, directeur du département porc du fabricant d’aliments Soreal, comme par Christophe Bernigaud, directeur de l’abattoir des Crets, à Bourg-en-Bresse, appartenant au groupe privé Carrel. Ces trois acteurs majeurs de la filière porcine rhônalpine ont trouvé depuis une bonne dizaine d’années l’articulation qui leur convient. En amont, le groupe d’essence coopérative Soreal est activement à la manœuvre comme il l’a prouvé en organisant le 5 juin dernier à Vonnas une journée « ambitions 2030 ». Ce spécialiste de la nutrition animale réalise 44 de ses 100 M€ de chiffre d’affaires en nourrissant, en multipliant, en engraissant et en négociant des porcs. Ses deux usines produisent environ 45 000 tonnes d’aliment porcin.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Romain Louzaouen s’est préparé très tôt à son installation. « Il faut du temps pour mûrir son projet, conforter ses décisions, échanger avec les cédants. Il me paraissait important de les impliquer dans le projet. » © A. Puybasset
Jeune installé en porc : « On vise l’autonomie et la qualité de vie »
Romain Louzaouen est installé depuis 2019 avec son frère David dans le Finistère. La reprise d’une ferme voisine a permis d’…
© M.Courades
L’arrêt de la castration à vif des porcelets au cœur des débats de la Fédération Nationale Porcine
La Fédération nationale porcine (FNP) a réaffirmé son souhait que le mâle entier devienne la référence du cadran lors de son…
L'alimentation multiphase est difficile à mettre en oeuvre avec des systèmes de distribution de soupe à eau poussante ou avec recyclage, majoritaires en France. © D. Poilvet
Trois solutions pour faire du multiphase en soupe en élevage de porcs
Les Chambres d’agriculture de Bretagne et l’Ifip ont décrypté les propositions des fabricants de machines à soupe pour pouvoir…
Arnaud Brielles, avec Mathieu Soulabaille (Asserva). «Par rapport à l’ancien post-sevrage, le gain d’indice de consommation me fait fait gagner 4 500 euros de coût alimentaire par bande de 1 100 porcelets, soit 45 000 euros par an.» © D. Poilvet
Une alimentation de précision pour les porcelets
Arnaud Brielles a investi dans l’alimentateur Optimat d’Asserva pour distribuer un aliment humidifié aux porcelets logés dans son…
L’enjeu pour raisonner les élevages de demain est de répondre à la fois aux attentes de la société, et à celles des éleveurs en termes de qualité de travail et de niveau de rémunération. © D. Poilvet
L’incidence environnementale des élevages doit être évaluée globalement
L’Ifip pilote un nouveau programme de recherche dont l’objectif est d’évaluer globalement les incidences environnementales de…
Didier Gaudré, Ifip-Institut du porc © Ifip
Des tanins pour réduire les odeurs sexuelles des carcasses de porc

Selon une étude d’un groupe de chercheurs tchèques et slovaques, l’incorporation de 2 % d’extraits de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)