Aller au contenu principal

Sanders débloque 6 millions d'euros d’aides pour les éleveurs

Philippe Manry, directeur général de Sanders, entouré de ses équipes. « Notre objectif n'est pas d'apporter une aide conjoncturelle mais un soutien structurant aux éleveurs. »
Philippe Manry, directeur général de Sanders, entouré de ses équipes. « Notre objectif n'est pas d'apporter une aide conjoncturelle mais un soutien structurant aux éleveurs. »
© E. Bignon

Sanders a présenté au Space son aide de 6 millions d’euros destiné à soutenir l’économie de l’élevage et à sa décarbonation. Un premier volet vise au soutien à l’installation et à la pérennisation des jeunes installés de moins de cinq ans en productions animales. Les dossiers de création, de reprise, d’extension et de modernisation sont éligibles à une aide directe de 2 000 à 100 000 euros. Le deuxième volet veut conforter la durabilité de tous les élevages dans le sanitaire, la durabilité (sécurisation des silos, audits environnementaux…), les performances zootechniques, la différenciation produits. Sanders s’engage à financer 25 à 75 % de chaque projet (plafonds : 3 000 euros par projet, 15 000 euros par exploitation s’il y a plusieurs projets). Le troisième volet porte sur la prise en charge par l’industriel de l’assurance Sécuripro sur la valeur des aliments supérieur ou égal à 32 % de protéines. Le porc est peu concerné par cette aide. Ce plan est financé par Avril pour le compte de Sanders.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Yannick Jacq. «On ne gère pas plusieurs salariés comme on le fait pour un seul. Il est nécessaire de cerner les besoins de chacun.»
« J’ai appris à mieux connaître mes salariés», se félicite Yannick Jacq, éleveur de porc
Eleveur de porcs, Yannick Jacq a suivi la formation proposée par son groupement Porc Armor Évolution et le Cerfrance Finistère.…
La mortalité moyenne des portées de plus de 16 porcelets dépasse 18 %, contre 11 % pour les portées de 13 à 14 porcelets.
Comment gérer les porcelets surnuméraires
Le nombre de porcelets nés vivants n’a jamais été aussi élevé dans les élevages français. Mais les mener jusqu’au sevrage reste…
Le département du Finistère représente près de la moitié des offres bretonne en production porcine.
Salarié en élevage de porc - Un marché de l’emploi tendu en Bretagne
L’Anefa Bretagne analyse chaque année les offres déposées sur la Bourse de l’emploi www.lagriculture-recrute.org
Le cheptel porcin français en baisse en 2022
Le cheptel porcin français en baisse en 2022

Selon la dernière enquête réalisée au printemps dernier, le cheptel porcin français a…

Consacrer du temps à l'accueil du nouvel arrivant est essentiel. Il est important de montrer à la personne qu'elle est attendue, et de prendre du temps pour lui faire visiter l'élevage.
Recruter un salarié porcin c’est bien, le fidéliser c’est encore mieux !
Lorsqu’on a eu la chance de trouver un candidat compétent pour un poste, il n’est pas question de le perdre ! Pour lui donner…
Mickaël Benoit, président du Sylaporc.
« Le porc label Rouge va mieux répondre aux attentes sociétales »
Mickaël Benoit a été élu président de Sylaporc (Syndicat des Labels porc et charcuteries) le 14 novembre. Il succède à Jean-…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)