Aller au contenu principal

Quels matériaux manipulables pour les truies ?

Une taille adaptée et l’accessibilité des matériaux d’enrichissement mis à disposition des truies sont les deux éléments clés pour faciliter l’expression de leur comportement d’investigation. La composition des matériaux doit permettre leur destruction ou une déformation.

Matériau manipulable porc ifip
La pieuvre composée de deux tasseaux de bois fixés au sol par des chaînes est bien adaptée à l'expression des comportements d'investigation des truies.
© Ifip

Quatre objets d’enrichissement ont été testés lors d'une étude comparative de matériaux d’enrichissement mis à disposition des truies, réalisée à la station expérimentale de l’Ifip à Romillé (Ille-et-Vilaine). 

Lire aussi : Des matériaux manipulables par les porcs en quantité et de qualité

Deux objets se sont révélés particulièrement adaptés à l’expression des comportements d’investigation de truies logées dans une verraterie bloquée : une pieuvre composée de deux tasseaux de bois de chêne fixés au sol par des chaînes et placée entre deux truies à l’avant de la cage, et un objet composé de tubes en caoutchouc naturel (Easyfix) positionné à hauteur de groin entre deux auges. « La pieuvre possède deux propriétés importantes pour faciliter l’expression des comportements d’exploration », analyse Alexandre Poissonnet, ingénieur à l’Ifip. « Elle est en matière déformable et destructible et elle est au sol, ce qui la rend plus facile d’accès, même en position allongée. » 

Lire aussi : Des matériaux manipulables en bois d’acacia pour les porcs en engraissement

Alexandre Poissonnet fait cependant remarquer que sa position ne facilite pas sa surveillance et son renouvellement par l’éleveur. L’Easyfix est également très utilisé par les truies. « Mais, à la différence de la pieuvre, certains comportements de mordillement de l’objet ressemblaient au comportement stéréotypique de mâchage des tubulaires », met en garde l’ingénieur. 

 

 

 

Alexandre Poissonnet, Ifip
Alexandre Poissonnet, Ifip "Une truie mâche deux fois plus longtemps un tasseau en pin sylvestre des essences dures " © D. Poilvet

Les deux autres objets testés ont été moins sollicités par les truies : un cylindre en matière organique coulissant sur un tubulaire horizontal entre deux truies, et un tasseau de bois de chêne coulissant autour du tubulaire situé au-dessus de l’auge. « La dureté et l’épaisseur important du cylindre ne facilitent pas sa saisie dans la gueule de la truie et sa dégradation, ce qui est préférable pour être manipulé. De plus, il peut partir vers l’arrière et devenir difficilement accessible », analyse Alexandre Poissonnet. Quant au tasseau de chêne fixé à l’avant de la cage, ses dimensions importantes (10 x 10 cm) nécessaires pour pouvoir y passer le tubulaire de la cage limitent sa préhension.

Un bois tendre pour les truies gestantes

Un second essai réalisé dans un grand groupe dynamique de 72 truies gestantes démontre également l’intérêt d’objets « déformables » : un tasseau en pin sylvestre fixé au sol par une chaîne est significativement plus utilisé que d’autres essences plus dures (chêne, érable ou hêtre). « Une truie mâche deux fois plus longtemps un tasseau en pin sylvestre et va répéter ce comportement deux fois plus souvent qu’avec les essences dures », constate Alexandre Poissonnet. Cependant, la forte sollicitation de ce bois tendre entraîne un renouvellement très fréquent et donc une augmentation du budget consacré aux objets manipulables.

Les plus lus

Guillaume et Clément Trubert  : "Notre projet s'inscrit dans une démarche globale d'autonomie, en matière de commercialisation de nos cochons, de places d'engraissement, ...
« La vente directe a créé de l’emploi sur notre exploitation porcine de 140 truies »

Guillaume et Clément Trubert ont repris l’élevage familial en développant l’activité de vente directe avec l’objectif de…

« Je cherche à optimiser toutes mes ressources pour mon élevage naisseur engraisseur de 145 truies»

Boris Mousset s’est installé en 2015 sur l’exploitation familiale de 145 truies naisseur-engraisseur. L’acquisition de…

Avec l'extension du site, comprenant la zone d'attente des porcs vifs ainsi que le dispositif d'étourdissement au CO2, l'abattoir Cooperl Viande a continué de produire ...
Cooperl Viande investit 15 millions d'euros dans son abattoir de Montfort-sur-Meu

Les travaux de modernisation de l’outil d’abattage de Cooperl Viande visent à améliorer la qualité de carcasse, l’…

Les élevages de moins de 150 truies sont souvent insérés dans des exploitations mixtes.
Les élevages de moins de 150 truies détiennent une truie sur six en France

Malgré l’augmentation constante de la taille des exploitations, les élevages de moins de 150 truies détiennent encore 16…

« La sonde d'insémination Easy & Clean évite le nettoyage des vulves des truies»

À la tête d’un élevage de sélection de 250 truies, Olivier Bouchonneau utilise depuis juillet 2023 les sondes Easy &…

quarantaine cochette
Trois leviers pour optimiser la carrière des cochettes

L'analyse des chiffres de la station expérimentale de Cooperl et de la base de données Pass cheptel démontre que la durée de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)