Aller au contenu principal

Porélia réaffirme ses valeurs

Morgane Rannou, présidente de Porélia
Morgane Rannou, présidente de Porélia
© D. Poilvet

Dans un communiqué envoyé à la presse suite à l’assemblée générale de Porélia le 3 juin dernier, sa présidente, Morgane Rannou, s’interroge sur la volonté des groupements amont (non engagés dans une filière verticale) de travailler ensemble au travers des outils collectifs.

« Où est le collectif quand le MPB peine à remplir le catalogue, quand des OP signent des accords en grande pompe avec la grande distribution et les abattoirs sous prétexte de mettre à l’abri quelques éleveurs, quand le Cochon de Bretagne, seule marque de producteurs, n’est pas soutenu, ou quand certaines OP refusent de mutualiser les moyens permettant de vendre au mieux tous les animaux, ou encore dans la négociation du mâle entier » ? La présidente de Porélia estime que les producteurs sont face à deux options : « le collectif ou la contractualisation ». Elle constate que « beaucoup de filières autour de nous ont opté pour cette dernière et l’on voit ce que ça donne : affiliation quasi définitive à un industriel, peu ou pas de pouvoir de décision et encore moins de revenu. Le porc ne doit pas devenir comme le lait ». Porélia rappelle la ligne conductrice qui prévaut pour tous ses adhérents : « un modèle basé sur l’entreprise familiale naisseur-engraisseur cohérent, revalorisant ses céréales ou celle de ses voisins ; travailler sur la marge aux 100 kilos de carcasse ; une présence forte au MPB, avec plus de 50 % de notre production, pour rester maître de nos quais et de nos silos ».

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

François Valy, président de la FNP
La Fédération nationale porcine met la pression sur la grande distribution
La fédération nationale porcine (FNP) estime que l’aval et les GMS doivent payer les hausses de prix. Elle milite également pour…
Les truies sont rapidement mises en liberté après l’insémination : elles disposent alors de 2,25m² par animal comme en gestante.
Vers une réduction de la contention dans les verrateries des élevages de porcs
En verraterie, il est possible d’améliorer le bien-être animal et le bilan environnemental en associant la mise en liberté des…
Les surfaces d'oléagineux devraient augmenter en France.
Un plan protéines ambitieux à l’horizon 2028
Le plan protéines présenté fin 2021 par le gouvernement vise à réduire la dépendance de la France aux importations de protéines…
Johannes Scharl. Il sèvre 28 porcelets/truie/an en moyenne et vise les 30.
« Avec les courettes extérieures, je suis prêt pour les dix ans à venir », explique cet éleveur allemand
Johannes Scharl, naisseur à Eichstätt (Bavière), a anticipé la demande sur le bien-être animal. Il estime avoir sécurisé l’avenir…
Depuis juillet 2020, 5 830 sites d'élevages ont été audités avec l'application Pig connect, soit 40% des sites d'élevage professionnels.
Prévention de la fièvre porcine africaine : bilan positif des audits Pig connect
L’audit Pig connect permet de qualifier le niveau de biosécurité des élevages et le respect des obligations de l’arrêté…
Le tourteau de soja reste difficile à déloger des formules d'aliment porc, grâce à ces caractéristiques nutritionnelles intéressantes et son prix compétitif.
Le soja reste toujours incontournable dans les formules des aliments porcs
Dans le contexte de flambée du coût des matières premières et de pénurie pour certaines, le tourteau de soja (hors non OGM)…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)