Aller au contenu principal
Font Size

Porc Armor Évolution investit dans les créneaux de valorisation

Le groupement développe les partenariats commerciaux et veut produire ce que le marché demande, en répondant notamment à de nouvelles exigences sur le bien-être animal.

Jérôme Orvain, vice-président, André Bloc'h, directeur, Philippe Lecornué, président et David Louzaouen, vice-président souhaitent que le groupement soit le moteur pour être présent au rendez-vous des consommateurs. © E. Le Corre
Jérôme Orvain, vice-président, André Bloc'h, directeur, Philippe Lecornué, président et David Louzaouen, vice-président souhaitent que le groupement soit le moteur pour être présent au rendez-vous des consommateurs.
© E. Le Corre

Troisième groupement porcin français avec 577 adhérents répartis sur le Grand Ouest, 10 % de parts de marché et un chiffre d’affaires de 250 millions d’euros, Porc Armor Évolution confirme sa stratégie d’investir des créneaux de valorisation. Sur 1,88 million de porcs charcutiers commercialisés, 56 % sont vendus en filière. "Le marché se développe vers le bien-être animal et la visitabilité des élevages. Au lieu de combattre ces idées, on les accompagne sans toutefois tout accepter", résume Philippe Lecornué, président du groupement et éleveur dans la Sarthe. Un chiffre : sur 1 640 places de "maternité liberté" montées en France, "nous représentons le quart" (468 places).

Le groupement renforce ses services qualité et projet

"C’est au groupement de mettre cela en œuvre et d’être le moteur pour être présent au rendez-vous du consommateur", partage Jérôme Orvain, vice-président et éleveur dans le Sud Manche. Ainsi chez Porc Armor Évolution, les services qualité et projet du groupement ont été renforcés afin d’accompagner les adhérents sur les démarches de bien-être et de visitabilité. Cette dernière notion, aussi inscrite dans les cahiers des charges consiste "en une exploitation propre, bien tenue et accueillante", précise Philippe Lecornué. Parmi les cahiers des charges cités, la filière Préférence de Herta ou celui de Kermené (E. Leclerc) qui a lancé en janvier 2019 une nouvelle filière nommée Collectif niveau 2, pour laquelle il est requis des équipements libérant les truies en maternité, des bâtiments avec de la lumière naturelle et des objets manipulables (voir Réussir Porc février-mars 2019, page 6).

Installations en hausse en 2019

Parallèlement, les installations progressent : fin mars, le volume annuel moyen des installations était déjà atteint, avec neuf réalisations. Outre une offre plus importante d’élevages à reprendre, le groupement propose des perspectives qui attirent les jeunes entrepreneurs, selon ses représentants. "Ils arrivent avec des projets et souhaitent répondre aux attentes sociétales. Ils ont une ouverture d’esprit, on les sent à l’aise dans leur projet." D’ici trois ans, un tiers des élevages existants seront à céder. Le groupement a fait de l’installation-transmission une priorité pour garder une production dynamique.


 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.
Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la…
Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
À l’entrée de l’élevage, une signalétique oriente les visiteurs vers les différents points d’entrée de l’élevage. Un parking à voiture a été aménagé en zone publique. © T. Marchal
Les entrées des élevages de porcs doivent être protégées pour assurer une biosécurité efficace
Thierry Marchal a mis en place des mesures de bon sens pour gérer correctement les points de passage entre la zone d’élevage et l…
La bétaillère doit être systématiquement nettoyée et désinfectée après chaque transport. © D. Poilvet
Des règles strictes pour le transport des porcs par les éleveurs
L’administration a fixé des règles de biosécurité concernant le transport de porcs réalisé par les éleveurs, qui représente un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)