Aller au contenu principal

Porc Armor Évolution investit dans les créneaux de valorisation

Le groupement développe les partenariats commerciaux et veut produire ce que le marché demande, en répondant notamment à de nouvelles exigences sur le bien-être animal.

Jérôme Orvain, vice-président, André Bloc'h, directeur, Philippe Lecornué, président et David Louzaouen, vice-président souhaitent que le groupement soit le moteur pour être présent au rendez-vous des consommateurs. © E. Le Corre
Jérôme Orvain, vice-président, André Bloc'h, directeur, Philippe Lecornué, président et David Louzaouen, vice-président souhaitent que le groupement soit le moteur pour être présent au rendez-vous des consommateurs.
© E. Le Corre

Troisième groupement porcin français avec 577 adhérents répartis sur le Grand Ouest, 10 % de parts de marché et un chiffre d’affaires de 250 millions d’euros, Porc Armor Évolution confirme sa stratégie d’investir des créneaux de valorisation. Sur 1,88 million de porcs charcutiers commercialisés, 56 % sont vendus en filière. "Le marché se développe vers le bien-être animal et la visitabilité des élevages. Au lieu de combattre ces idées, on les accompagne sans toutefois tout accepter", résume Philippe Lecornué, président du groupement et éleveur dans la Sarthe. Un chiffre : sur 1 640 places de "maternité liberté" montées en France, "nous représentons le quart" (468 places).

Le groupement renforce ses services qualité et projet

"C’est au groupement de mettre cela en œuvre et d’être le moteur pour être présent au rendez-vous du consommateur", partage Jérôme Orvain, vice-président et éleveur dans le Sud Manche. Ainsi chez Porc Armor Évolution, les services qualité et projet du groupement ont été renforcés afin d’accompagner les adhérents sur les démarches de bien-être et de visitabilité. Cette dernière notion, aussi inscrite dans les cahiers des charges consiste "en une exploitation propre, bien tenue et accueillante", précise Philippe Lecornué. Parmi les cahiers des charges cités, la filière Préférence de Herta ou celui de Kermené (E. Leclerc) qui a lancé en janvier 2019 une nouvelle filière nommée Collectif niveau 2, pour laquelle il est requis des équipements libérant les truies en maternité, des bâtiments avec de la lumière naturelle et des objets manipulables (voir Réussir Porc février-mars 2019, page 6).

Installations en hausse en 2019

Parallèlement, les installations progressent : fin mars, le volume annuel moyen des installations était déjà atteint, avec neuf réalisations. Outre une offre plus importante d’élevages à reprendre, le groupement propose des perspectives qui attirent les jeunes entrepreneurs, selon ses représentants. "Ils arrivent avec des projets et souhaitent répondre aux attentes sociétales. Ils ont une ouverture d’esprit, on les sent à l’aise dans leur projet." D’ici trois ans, un tiers des élevages existants seront à céder. Le groupement a fait de l’installation-transmission une priorité pour garder une production dynamique.


 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

David Garoche, Yohan Beuve, et Arnaud Garoche, trois des quatre associés de l'EARL de la Cour. « Les équipements installés font partie du cahier des charges «collectif niveau 2 » proposé par Kermené. » © D. Poilvet
Un bâtiment d'engraissement bien-être en synergie avec la méthanisation
À l’EARL de la Cour, le nouveau bâtiment d’engraissement de 1 900 places est équipé d’un système de distribution de paille et d’…
Les élevages de grande dimension et aux mesures de biosécurité très strictes se développement en Chine pour sécuriser la production. © P.Gréau
La production porcine chinoise se restructure à marche forcée
La Chine reconstitue son cheptel porcin dans des élevages de grande dimension, conformément au plan engagé par le gouvernement.…
Les jeunes qui découvrent la production porcine lors d’un stage constituent un vivier intéressant de futurs salariés.  © D. Poilvet
Bien accueillir les jeunes salariés en élevage de porcs
Lorsque des jeunes découvrent la filière porcine à l’occasion d’un stage, l’aspect humain est essentiel pour leur donner envie de…
Benoît Julhes. « La complémentarité porcins/bovins se conçoit aussi à l’échelle du territoire. Sans la production porcine, qui représente 40 à 60 % de l’activité, aucun des trois abattoirs du Cantal ne survivrait. » © B. Griffoul
« Deux ateliers porc et bovin dans le Cantal pour être ensemble tout en étant indépendants »
Si la production porcine a permis à Benoît Julhes de s’installer, la complémentarité avec les bovins a donné à l’exploitation une…
Les porcelets de 24 portées se mélangent dans le couloir d'accès aux cases de maternité © D. Poilvet
« La prévalence des arthrites a fortement baissé en post-sevrage grâce à la sociabilisation précoce des porcelets»
À l’EARL Les Grands vergers, la sociabilisation des porcelets a permis de franchir une nouvelle étape dans la productivité de l’…
Floriane, salariée en maternité à l'EARL du Domaine, apprécie l'ergonimie du chariot de soins © P. Trucheau
Un chariot de soins maison pour les porcelets à moins de 100 euros
Pour faciliter le travail et pour protéger ses salariés des troubles musculo-squelettiques (TMS), Olivier Cresteaux, chef d’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)