Aller au contenu principal

L'UGPVB appelle à résister pour préparer l’avenir

Malgré la conjoncture difficile, l’Union des groupements producteurs de l’Ouest se veut résolument optimiste. Son président Michel Bloc’h souligne l’importance des démarches collectives.

De gauche à droite : Philippe Bizien, vice-président de la section porc de l'UGPVB, Michel Bloc'h, président, Jacques Crolais, directeur, et Jean-Luc Chereau, président de l'AOP Grand Ouest.
De gauche à droite : Philippe Bizien, vice-président de la section porc de l'UGPVB, Michel Bloc'h, président, Jacques Crolais, directeur, et Jean-Luc Chereau, président de l'AOP Grand Ouest.
© D. Poilvet

« Résistons pour nous préparer à des jours meilleurs. Nous sommes convaincus qu’il y a un très bel avenir pour l’élevage porcin à l’Ouest. Dans les années à venir, les cochons libres vaudront de l’or ! » C’est par ces mots que Michel Bloc’h, le président de l’UGPVB, a donné un ton résolument offensif à son rapport d’orientation lors de l’assemblée générale le 4 décembre dernier à Saint-Quay-Portrieux, dans les Côtes-d’Armor. Résister, c’est tout d’abord mettre encore plus en avant le porc français. L’Union se félicite que l’interprofession « ait décidé d’accroître les moyens de promotion du LPF ». Des tensions se font jour cependant concernant la gouvernance d’Inaporc (voir ci-dessous), liées notamment au flou persistant concernant le positionnement des abatteurs sur l’arrêt de la castration à vif. Michel Bloc’h souligne que « rien n’a abouti à ce jour sur la valorisation des mâles castrés ». Et d’ajouter que « sur le dossier castration, depuis plusieurs mois, l’interprofession avance pour servir l’aval sans écouter. Nous en prenons acte et informerons les éleveurs ».

Incertitude également concernant la loi dite de protection de la rémunération des agriculteurs promulguée le mois dernier par le ministre de l’Agriculture. « Il n’est pas question de se laisser enfermer dans une approche Egalim de circonstance, qui serait, au final, une contractualisation massive, sans permettre demain la juste valorisation de la baisse de l’offre. Il y a des choses à faire avec la loi Egalim 2, mais pas n’importe quoi. »

Éloge des productions organisées

Michel Bloc’h est bien sûr revenu sur la création de l’AOP Porc Grand Ouest. « Le meilleur échelon pour défendre les intérêts des éleveurs, ce sont les organisations de producteurs et associations d’organisations de producteurs. » L’association est au cœur des négociations en cours avec l’aval sur le surcoût lié à la castration. « C’est aussi le meilleur échelon pour mettre en œuvre des programmes collectifs s’inscrivant dans la Pac, via des programmes opérationnels. » Une affirmation confirmée par Brigitte Misonne, de la direction générale de l’agriculture à la Commission européenne.  « Les aides de l’UE sont majoritairement couplées à la surface. Cependant, les États membres peuvent réserver des enveloppes dédiées aux actions menées par les organisations de producteurs », a-t-elle précisé. Elles peuvent mobiliser jusqu’à 3 % du budget des aides directes. « À vous de convaincre vos autorités publiques de réserver une part du budget pour des interventions sectorielles, qui seront mieux adaptées aux productions hors sol. »

Malaise à Inaporc

L’UGPVB met la pression sur le nouveau président d’Inaporc, Thierry Meyer, issu du collège abattoirs-découpe de l’interprofession et par ailleurs directeur de la filière porc du groupe Bigard. « L’avenir d’Inaporc dépendra de sa gouvernance », prévient Michel Bloc’h. « J’exprime un doute par rapport aux orientations travaillées en séminaire [qui s’est tenu en septembre dernier] avec toutes les familles [composant l’interprofession]. » Il cite les propos d’Inaporc lors d’une conférence de presse, « Nous n’acceptons pas que l’interprofession affiche publiquement que les éleveurs sont prêts à castrer sous anesthésie grâce aux formations Inaporc, alors même que rien n’a abouti à ce jour sur la valorisation des animaux castrés, et que le conseil d’administration s’était prononcé en faveur d’une communication centrée sur le porc français. »

Un nouveau projet pour aller à la rencontre des urbains

Jamais à court d’idées, le collège communication de l’UGPVB présidé par David Riou et animé par Émilie Charpentier prévoit en 2022 de créer un challenge culinaire itinérant, associant des animations et la promotion du porc français. Ce concept appelé « Miam tour » se déroulera dans huit villes bretonnes de mai à août prochain, avec une finale à Rennes en septembre.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

L'UGPVB demande un plan Covid 19 pour les éleveurs de porcs
L'UGPVB demande la mise en place d'un plan de soutien pour le secteur porcin, à la hauteur des moyens mis en oeuvre dans les…
L'affaiblissement des flux à l'export devrait se poursuivre dans les prochains mois.
Le repli du prix du porc va persister
Le recul du cours du porc se poursuivra cet hiver, dans un contexte de prix élevés des matières premières et des énergies et des…
Le biogaz est produit dans le digesteur et post-digesteur de 1 050 m3 chacun.
Une nouvelle organisation de l'exploitation porcine avec la méthanisation
Une unité de méthanisation, ce n’est pas juste un atelier qui s’ajoute sur la ferme. Chez Damien et Jordan Pruvot installés à…
Les éleveurs de porcs mobilisés à St Brieuc pour demander de l’aide aux pouvoirs publics

De nombreux éleveurs de porcs et des salariés des entreprises de la filière se sont retrouvés ce jeudi 20 janvier en fin de…

Rémi Cambon avec  sa compagne, Béatrice Rouquier. «J’ai toujours voulu m’installer, élever des cochons. Mais quand mon père travaillait, il n’y avait pas de place pour deux.»
« C’est un plaisir de travailler pour soi quand on s'installe en production porcine»
Rémi Cambon a réalisé son rêve. Il a attendu 10 ans pour reprendre et développer l’élevage de ses parents à Junhiac, dans le sud…
Des aliments différents pour les mâles entiers ?
Des aliments différents pour les porcs mâles entiers ?

Une récente étude réalisée par des chercheurs espagnols a mis en évidence que les aliments pour les porcs mâles entiers…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)