Aller au contenu principal

Les larves de mouches riches en protéines

 © DR
© DR

Les farines issues de larves de mouches domestiques ou de mouches soldats noirs contiennent respectivement, 53 et 43 % de protéines pour une teneur en lysine de 38 et 25 grammes par kilo. Ces teneurs, mesurées par une équipe de chercheurs chinois, sont supérieures ou proches de celles du tourteau de soja. Les teneurs en acides aminés essentiels autres que la lysine, présentent un profil protéique bien adapté au porc (selon la notion de « protéine idéale »). Par exemple, le rapport thréonine sur lysine est légèrement supérieur à 60 % pour un objectif de l’aliment de 65 %. Un déficit en cystéine est cependant observé puisque le rapport méthionine + cystéine sur lysine atteint seulement 38 ou 48 % selon le type de farine, alors que le rapport recommandé est de 60 %. À signaler que les teneurs en matières grasses de ces farines d’insectes sont très élevées avec respectivement, 23 et 35 % pour la farine issue de mouche domestique et celle issue de la mouche soldat noir. Dans le cas de la mouche domestique, les coefficients de digestibilité iléale avoisinent 90 % pour la majorité des acides aminés essentiels, soit une valeur proche de celle observée avec le tourteau de soja. Pour la mouche soldat noir, ils atteignent seulement 80 % ; cette digestibilité reste élevée mais plus proche des valeurs observées pour les céréales.

Côté biblio

Amino acid digestibility in housefly and black soldier fly prepupae by growing pigs. Tan et al., Animal Feed Science and Technology (2020)

Avis d’expert : Didier Gaudré, Ifip-Institut du porc

Une utilisation improbable à court terme

Didier Gaudré, Ifip-Institut du porc © Ifip

Les résultats de cette étude révèlent que l’on peut s’attendre à une très bonne digestibilité des acides aminés des farines d’insectes par le porc. Un kilo de ces matières premières pourrait remplacer la même quantité de tourteau de soja dans les aliments porcins. Cependant, dans cette étude, les larves de mouches ont été obtenues à partir d’un substrat composé de fientes de volailles. Ces conditions ne sont évidemment pas autorisées dans l’Union européenne et il est difficile d’imaginer qu’elles puissent le devenir très prochainement. En effet, les insectes produits dans l’UE pour l’alimentation animale sont en général élevés sur des substrats composés de matières premières utilisables dans l’alimentation des animaux (coproduits de céréales par exemple). Dans ces conditions, on peut s’interroger sur l’intérêt de passer par l’intermédiaire de l’insecte pour nourrir des porcs. Si les insectes étaient nourris à partir de déchets non utilisables par les porcs et néanmoins autorisés à cet usage, on pourrait alors envisager les choses autrement. Mais cela suppose une évolution forte, autant qu’improbable, de la réglementation.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

[VIDEO] L’épidémie de fièvre porcine africaine hors de contrôle en Allemagne
Au 15 octobre, l’Allemagne dénombrait 67 cas de fièvre porcine africaine (FPA). La maladie, qui n’a touché que les sangliers…
L'amende infligée par l'Autorité de la concurrence pourrait fragiliser la santé financière de l'entreprise. © D. Poilvet
2019, un bon cru pour Cooperl
La coopérative lamballaise a dégagé un résultat nettement positif en 2019. Cependant, la sanction prononcée par l’Autorité de la…
Une maternité avec truies en cases mise bas liberté axée sur le confort de travail
L’EARL de Kervennan concilie bien-être animal, confort de travail et économie d’énergie avec sa nouvelle maternité liberté et son…
Les essais sur des porcelets avec queue entière confirment l'apparition précoce du phénomène de morsures.  © M. Ory
Maîtriser la caudophagie par une approche globale du bien-être du porc
Six ans d’essais menés par Cooperl sur des porcs élevés avec la queue entière démontrent que la maîtrise de la caudophagie…
Les experts de l’Ifip et des chambres d’agriculture de Bretagne et des Pays de la Loire apporteront un éclairage aux éleveurs sur la stratégie à adopter en matière de bâtiments porcins pour répondre aux nouvelles attentes sociétales. © D. Poilvet
Répondre aux nouveaux enjeux par des bâtiments porcins innovants
« Comment les bâtiments porcins répondront-ils aux enjeux de demain ? » Tel est le thème des journées Tech Porc organisées les 17…
Laurent et Mathieu Lemée ont fusionné deux exploitations pour monter un élevage de 250 truies naisseur engraisseur. © D. Poilvet
« Deux sites porcins réunis pour pérenniser l’élevage »
Mathieu Lemée s’est installé avec son père à Tennie dans la Sarthe le 1er septembre 2019, avec un projet de création d’un atelier…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)