Aller au contenu principal
Font Size

Les Happig Hour pour aller au-devant des consommateurs

Quel meilleur endroit qu’une terrasse de bar en plein centre-ville, à l’heure de l’apéro du soir, pour aller à la rencontre des citadins ? C’est sur ce concept original et innovant qu’Adrien Simon, jeune éleveur en Ille-et-Vilaine (voir aussi page xx), a mobilisé amis et collègues pour communiquer positivement sur le métier d’éleveur de porcs. Le rendez-vous était fixé à 18 heures au bar Le comptoir à Fougères, une petite ville dynamique au nord de Rennes. Accompagné de huit éleveurs et de cinq personnes travaillant dans la filière (technicien, vétérinaire, employés de groupement ou de fabricant d’aliment), ils ont proposé aux consommateurs cinq défis leur permettant de mieux connaître la production : test à l’aveugle de produits de charcuterie, identification de matières premières utilisées dans l’alimentation des porcs, questions générales sur l’élevage et la filière… le tout dans une ambiance conviviale. À chaque bonne réponse, un coup de tampon sur une fiche devait leur permettre, au final, de gagner une planche de produits de charcuterie. Autant dire que, comme à L’École des fans, tout le monde a gagné !

Le concept Happig Hour est proposé par le comité régional porcin de Bretagne à tous les éleveurs intéressés. Il met à disposition un kit de communication et un guide pour les aider dans l’organisation. Un concours du meilleur Happig Hour sera organisé au prochain Space.

Retrouvez Happig Hour sur Facebook "Changeons de regard" ou "Éleveurs de porcs bretons "
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les auges d’alimentation sont réparties en quatre rangées sur le gisoir plein surélevé pour avoir un accès suffisant pour chaque porc.  © D. Poilvet
Un bâtiment bovin transformé en engraissement
Jean-François Osmond a rénové une ancienne stabulation laitière de 3 000 m2 pour en faire un engraissement de 700…
Dix groupements de l'Ouest s'engagent pour l'arrêt de la castration des porcelets

Dans un courrier adressé à leurs éleveurs en date du 23 juin, dix organisations de producteurs (1) de porc du Grand Ouest s'…

L’arrêt de la castration à vif, prochain défi de l’interprofession Inaporc.
Castration sous anesthésie, immunocastration ou élevage de mâles entiers ? Suite à l’annonce de Didier Guillaume d’interdire la…
Les références de prix allemands sont basées sur des poids de carcasse chaude, ce qui induit une erreur de 2,5% si on les compare avec les prix français basés sur les poids froids. © D. Poilvet
Le prix payé aux éleveurs de porcs français est bien déconnecté de celui pratiqué dans les autres pays de l’UE
La fédération nationale porcine démontre que le prix payé aux éleveurs français est très en retrait des prix pratiqués en Espagne…
À l’entrée de l’élevage, une signalétique oriente les visiteurs vers les différents points d’entrée de l’élevage. Un parking à voiture a été aménagé en zone publique. © T. Marchal
Les entrées des élevages de porcs doivent être protégées pour assurer une biosécurité efficace
Thierry Marchal a mis en place des mesures de bon sens pour gérer correctement les points de passage entre la zone d’élevage et l…
La bétaillère doit être systématiquement nettoyée et désinfectée après chaque transport. © D. Poilvet
Des règles strictes pour le transport des porcs par les éleveurs
L’administration a fixé des règles de biosécurité concernant le transport de porcs réalisé par les éleveurs, qui représente un…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 8,50€ TTC/mois
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)