Aller au contenu principal

Le jambon de Bayonne mise sur l’export

Le consortiuom du jambon de Bayone espère exporter 8 000 à 9 000 jambons aux Etats-Unis l'année prochaine. © D. Poilvet
Le consortiuom du jambon de Bayone espère exporter 8 000 à 9 000 jambons aux Etats-Unis l'année prochaine.
© D. Poilvet

En complément du marché français qui constitue son principal débouché, le jambon de Bayonne est aujourd’hui présent dans plusieurs pays du nord de l’Europe, mais aussi aux États-Unis et au Japon. " Nous sommes résolument engagés dans l’exportation, notamment aux États-Unis ", soulignait Pierre Harambat, le président du consortium du jambon de Bayonne, à l’occasion des fêtes de Bayonne en juillet dernier. " Nos investissements sont en train de porter leurs fruits. C’est un travail de longue haleine que nous allons poursuivre. Nous espérons renouveler l’an prochain notre programme d’investissement, cofinancé par l’Europe, pour trois ans. " Si elle progresse, l’activité reste encore marginale Outre-Atlantique : " C’est 5 000 jambons, soit 0,5  % de la production, mais en croissance de 40  %, avance le directeur Pierre-Yves Alifat. On espère exporter 8 000 à 9 000 jambons l’année prochaine ". Le même travail est conduit au Japon, en partenariat avec la Fict (Fédération française des industriels charcutiers traiteurs).

Un plan de compétitivité pour être en phase avec le marché

Le consortium ne néglige pas pour autant le marché national. Avec un objectif : gagner en compétitivité, notamment par rapport à la concurrence espagnole. " On a mis en place au mois de mai un plan de compétitivité avec tous les acteurs de la filière pour être plus en phase avec le marché ", rapporte Pierre Harambat. " Tout le monde a mis la main à la pâte ". Et à la poche. " Les producteurs ont accepté une diminution de leur incitation éleveurs, les abatteurs/découpeurs ont accepté une révision de leur prestation parage/découpe et le Consortium a accepté une réduction de ses cotisations. " Mis bout à bout, cet effort financier a permis une réduction de 15 centimes d’euro le kilo de jambon frais. " Ça nous a permis de réduire de moitié l’écart avec nos concurrents espagnols ", assure le président.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Romain Louzaouen s’est préparé très tôt à son installation. « Il faut du temps pour mûrir son projet, conforter ses décisions, échanger avec les cédants. Il me paraissait important de les impliquer dans le projet. » © A. Puybasset
Jeune installé en porc : « On vise l’autonomie et la qualité de vie »
Romain Louzaouen est installé depuis 2019 avec son frère David dans le Finistère. La reprise d’une ferme voisine a permis d’…
© M.Courades
L’arrêt de la castration à vif des porcelets au cœur des débats de la Fédération Nationale Porcine
La Fédération nationale porcine (FNP) a réaffirmé son souhait que le mâle entier devienne la référence du cadran lors de son…
Arnaud Brielles, avec Mathieu Soulabaille (Asserva). «Par rapport à l’ancien post-sevrage, le gain d’indice de consommation me fait fait gagner 4 500 euros de coût alimentaire par bande de 1 100 porcelets, soit 45 000 euros par an.» © D. Poilvet
Une alimentation de précision pour les porcelets
Arnaud Brielles a investi dans l’alimentateur Optimat d’Asserva pour distribuer un aliment humidifié aux porcelets logés dans son…
L'alimentation multiphase est difficile à mettre en oeuvre avec des systèmes de distribution de soupe à eau poussante ou avec recyclage, majoritaires en France. © D. Poilvet
Trois solutions pour faire du multiphase en soupe en élevage de porcs
Les Chambres d’agriculture de Bretagne et l’Ifip ont décrypté les propositions des fabricants de machines à soupe pour pouvoir…
L’enjeu pour raisonner les élevages de demain est de répondre à la fois aux attentes de la société, et à celles des éleveurs en termes de qualité de travail et de niveau de rémunération. © D. Poilvet
L’incidence environnementale des élevages doit être évaluée globalement
L’Ifip pilote un nouveau programme de recherche dont l’objectif est d’évaluer globalement les incidences environnementales de…
Didier Gaudré, Ifip-Institut du porc © Ifip
Des tanins pour réduire les odeurs sexuelles des carcasses de porc

Selon une étude d’un groupe de chercheurs tchèques et slovaques, l’incorporation de 2 % d’extraits de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)