Aller au contenu principal

Le jambon de Bayonne mise sur l’export

Le consortiuom du jambon de Bayone espère exporter 8 000 à 9 000 jambons aux Etats-Unis l'année prochaine. © D. Poilvet
Le consortiuom du jambon de Bayone espère exporter 8 000 à 9 000 jambons aux Etats-Unis l'année prochaine.
© D. Poilvet

En complément du marché français qui constitue son principal débouché, le jambon de Bayonne est aujourd’hui présent dans plusieurs pays du nord de l’Europe, mais aussi aux États-Unis et au Japon. " Nous sommes résolument engagés dans l’exportation, notamment aux États-Unis ", soulignait Pierre Harambat, le président du consortium du jambon de Bayonne, à l’occasion des fêtes de Bayonne en juillet dernier. " Nos investissements sont en train de porter leurs fruits. C’est un travail de longue haleine que nous allons poursuivre. Nous espérons renouveler l’an prochain notre programme d’investissement, cofinancé par l’Europe, pour trois ans. " Si elle progresse, l’activité reste encore marginale Outre-Atlantique : " C’est 5 000 jambons, soit 0,5  % de la production, mais en croissance de 40  %, avance le directeur Pierre-Yves Alifat. On espère exporter 8 000 à 9 000 jambons l’année prochaine ". Le même travail est conduit au Japon, en partenariat avec la Fict (Fédération française des industriels charcutiers traiteurs).

Un plan de compétitivité pour être en phase avec le marché

Le consortium ne néglige pas pour autant le marché national. Avec un objectif : gagner en compétitivité, notamment par rapport à la concurrence espagnole. " On a mis en place au mois de mai un plan de compétitivité avec tous les acteurs de la filière pour être plus en phase avec le marché ", rapporte Pierre Harambat. " Tout le monde a mis la main à la pâte ". Et à la poche. " Les producteurs ont accepté une diminution de leur incitation éleveurs, les abatteurs/découpeurs ont accepté une révision de leur prestation parage/découpe et le Consortium a accepté une réduction de ses cotisations. " Mis bout à bout, cet effort financier a permis une réduction de 15 centimes d’euro le kilo de jambon frais. " Ça nous a permis de réduire de moitié l’écart avec nos concurrents espagnols ", assure le président.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

La nouvelle maternité liberté réalisée par Gildas Hamel à Trégomeur, dans les Côtes-d'Armor, est constituée de 36 grandes cases dans une salle unique pour une conduite en cinq bandes. © D. Poilvet
Une maternité grand espace pour des truies en liberté
A Trégomeur dans les Côtes d'Armor, Gildas Hamet a investi dans une maternité équipée de 36 cases liberté pour son élevage de 250…
Pierre Cloarec dans la zone de courettes de son nouvel engraissement. «Je tenais à ce que les porcs aient un accès à l'extérieur.»  © A. Puybasset
Un bâtiment bien-être avec courettes extérieures pour l’engraissement des porcs
Pierre Cloarec a investi dans un engraissement alternatif de 672 places, avec lumière naturelle et courette extérieure. Son…
L'export devrait stimuler la production dans les bassins de production américain. © Chayakorn/stock.adobe.com
La production de porcs dans le monde va augmenter en 2021
La production mondiale de porcs devrait rebondir en 2021 par rapport à 2020. Mais la reprise ne permettra pas de retrouver les…
Frédéric Bloyet, le chef d’élevage de la Huettière (2e en partant de la droite) avec Charline Bardoul, Thibault Juton et Quentin Boisrame. « Une bonne productivité des truies est le résultat d’un travail d’équipe. » © D. Poilvet
Une productivité élevée des truies grâce à l’organisation du travail dans une maternité collective
À la SCEA de la Huettière, chaque bande en maternité est sous la responsabilité de l’un des trois techniciens d’élevage de l’…
La recherche de l'origine du foyer d'infection doit mobiliser les chasseurs pour rechercher d'éventuels sangliers morts de PPA.
Peste porcine : un plan d’intervention sanitaire d’urgence testé en Bretagne
Alors que le risque PPA demeure aux portes de l’Hexagone, l’administration teste depuis plusieurs mois l’efficacité d’un plan d’…
l'abattoir JPS à Josselin (Côtes d'Armor) est une filiale du groupe Mousquetaires dont fait partie Intermarché. © Les mousquetaires
L’activité des abattoirs de porcs JPS et Jean Floc’h en Bretagne a progressé de plus de 1 % en 2020
Les deux groupes d'abattage privés arrivent en deuxième et troisième position dans le classement des plus importants abatteurs…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)