Aller au contenu principal

L’AOP Porc Grand Ouest en ordre de marche

Le ministre de l’Agriculture a profité de sa venue au Space pour signer l’arrêté de reconnaissance de l’AOP Porc Grand Ouest. Un signal fort des pouvoirs publics qui encouragent cette forme d’organisation collective pour mieux valoriser la production des éleveurs. L’AOP Porc Grand Ouest regroupe dix organisations de producteurs de l’Ouest de la France, mettant en marché 11,5 millions de porcs par an.
Le ministre de l’Agriculture a profité de sa venue au Space pour signer l’arrêté de reconnaissance de l’AOP Porc Grand Ouest. Un signal fort des pouvoirs publics qui encouragent cette forme d’organisation collective pour mieux valoriser la production des éleveurs. L’AOP Porc Grand Ouest regroupe dix organisations de producteurs de l’Ouest de la France, mettant en marché 11,5 millions de porcs par an.
© D.Poilvet

Officiellement reconnue par le ministre de l’Agriculture au Space, l’association des organisations de producteurs de porcs du Grand Ouest regroupe dix groupements qui mettent en marché 11,5 millions de porcs par an, « soit 75 % des porcs de la zone concernée », souligne Philippe Bizien, le président du Comité régional porcin de Bretagne. La feuille de route est connue et ambitieuse : « assurer un prix rémunérateur et obtenir à terme des programmes opérationnels permettant à la production de se moderniser ». Les quatre premiers chantiers ont été présentés : définition des règles communes pour la production de mâles entiers, répondre aux demandes de production de porcs sous certification environnementale, élaboration d’un plan d’action collectif pour réduire les émissions de gaz à effet de serre, et lancement d’un appel d’offres pour la fourniture d’électricité.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Jonathan Aubry, du Gaec Porcs Joly a investi dans une cellule à blé de 414 tonnes et a construit un local soupe en tôle et bardage isolés.
La Faf partielle évolue au rythme de l’élevage Porcs Joly
Jeune installé sur l’exploitation familiale, Jonathan Aubry a réinvesti dans la Faf simplifiée destinée à l’alimentation des…
Evel’Up en baisse incite ses éleveurs de porcs à investir
Le groupement d'éleveurs de porcs Evel’Up a enregistré une production en baisse de 3 % à 3,6 millions de porcs. Ce qui ne l’…
Cooperl a bien résisté en 2021
Malgré une conjoncture défavorable, la coopérative lamballaise a réalisé un résultat nettement positif en 2021. Elle s’inquiète…
Guillaume Le Hir s’est équipé d’un silo tour pour stocker jusqu’à 850 tonnes de maïs humide.
Une Faf simplifiée pour les porcs en engraissement qui optimise le temps de travail
En investissant dans un silo tour et dans une présoupe, Guillaume Le Hir a diminué le temps de travail…
Avec un bâtiment semi-ouvert, le bien-être animal est considéré comme amélioré mais la réduction des émissions de gaz à effet de serre est plus délicate que dans un bâtiment fermé.
Deux visions possibles pour l’engraissement de porcs de demain
Deux concepts très différents ont été imaginés pour concevoir un engraissement de demain permettant de concilier environnement et…
François Pot, président du MPB, a mis en avant l'esprit pionnier des créateurs du marché du porc breton, dont  le finistérien Jean Moal, président de 1981 à 1992.
Marché du Porc Breton, 50 ans et toujours indispensable
Malgré les critiques et la baisse du nombre de porcs signalées chaque semaine, le marché du porc breton s'avère toujours…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)