Aller au contenu principal

[VIDEO] À la station Crécom, les queues entières des porcs élevés sur paille ne présentent pas de morsures.

Les queues des porcs élevés sur litière à la station expérimentale de Crécom ne sont désormais plus coupées. Grâce à une bonne maîtrise des principaux facteurs de risque, il y a très peu de caudophagie.

87 % sans atteinte sur la queue, un seul porc victime d’une caudophagie importante… Dans un essai réalisé à la station porcine de la chambre régionale d’agriculture de Bretagne de Crécom, dans les Côtes-d’Armor, la majorité des 528 porcelets issus de trois bandes successives ont gardé leur queue non coupée intacte jusqu’à l’abattage. Ces animaux ont été élevés dans l’élevage « litière » de la station, du sevrage jusqu’à la vente. Plusieurs facteurs de risque de morsures ont été pris en compte dans cette étude pour favoriser l’élevage des porcs à queue longue.

La génétique étant un facteur de risque de caudophagie, au travers du comportement qu’expriment des animaux, la moitié des truies ont été inséminées avec de la semence piétrain, l’autre moitié avec de la semence duroc. Un effet statistique apparaît, les porcs duroc étant moins atteints de griffures (82,7 % de note « 0 », 17 % de note « 1 », absence de note 2) que les piétrain (76 % de note 0, 23 % de note 1, trois porcs soit 1,2 % avec la note « 2 » liée à la présence de plaie à la queue). La différence est également significative en fin d’engraissement. 91 % des porcs duroc ont la note « 0 » (contre 84 % des piétrain), 8 % la note 1 (15 % des piétrain). Ce résultat pourrait être lié au comportement des animaux. Des observations ont eu lieu au début de l’étude dans le but de caractériser l’activité des animaux dans les salles, sans obtenir de résultat tranché. D’autres méthodes d’évaluation seraient à utiliser pour caractériser plus finement le comportement et le tempérament des animaux.

Un contraste avec les résultats sur caillebotis

L’élevage sur litière donne aux porcs un substrat lui offrant la possibilité d’exprimer son comportement de fouissage. La surface importante des cases litière (0,8 m² de surface paillée par porc en post-sevrage, 1,4 m² en engraissement dans des cases de 44 et 63 m² respectivement) permet aux animaux de s’échapper et de s’isoler en cas de morsures. Les résultats obtenus dans l’essai avec des porcs sur litière contrastent avec ceux observés à la station de Guernévez pour des porcs logés sur caillebotis. Les essais de Guernévez se sont soldés par un nombre important de porcs victimes de caudophagie, majoritairement en post-sevrage. Le raccourcissement plus ou moins important de la queue atteignait près de 90 % des porcs. En fin de post-sevrage, seulement 49 % des porcs sur caillebotis avaient la note « 0 », contre 79 % dans l’essai sur litière. La caudophagie de post-sevrage était suivie d’une cicatrisation, de sorte que 81 % des porcs obtenaient une note « 0 » en fin d’engraissement, mais pour la plupart sur des queues raccourcies.

Pas de réallotement au passage en engraissement

Pour obtenir une hiérarchie stable du sevrage à l’abattage, les groupes sont constitués à l’entrée en post-sevrage par le mélange de portées entières au sein d’une même génétique. Il n’y a pas eu d’allotement sur le sexe ou le poids, le but visé étant d’obtenir des lots de porcs qui se connaissent, et de garder ces mêmes lots en engraissement sans, mélange. Par ailleurs, le fait que les animaux étaient élevés sur litière en post-sevrage, puis en engraissement, explique probablement les très bons résultats obtenus à Crécom sur l’arrêt de la caudectomie. À l’entrée en post-sevrage, 83 % des porcelets ne présentaient aucune lésion à la queue, et 17 % de petites griffures ne pouvant être reliées à de la caudophagie en maternité. En fin de post-sevrage, 79 % des porcs avaient la note « 0 », et 20 % la note « 1 » liée aux griffures.

Suite aux bons résultats de cet essai, les queues des porcs élevés sur litière ne sont désormais plus coupées à la station de Crécom. Un suivi plus simple des animaux est réalisé dans le but de quantifier les cas de caudophagie qui pourraient se produire à l’avenir. L’arrêt de la coupe des queues pose plus de problèmes aux animaux logés sur caillebotis. Les essais démarrent dans ce type de salle à Crécom, où plusieurs des facteurs de risque vont être considérés, dont l’enrichissement du milieu et les mélanges de portées. Le haut niveau sanitaire de la station devrait également favoriser la gestion des porcs à queue non coupée.

État des queues des porcs en sortie de post-sevrage et en fin d’engraissement

 
Source : chambre d’agriculture de Bretagne.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les animaux produits par Laurent Dartois, l’éleveur, sont destinés à une commercialisation haut de gamme supérieure au label rouge dont la distribution se fera dans les rayons boucherie frais de l’enseigne Intermarché.
« Un élevage de porcs entre le conventionnel et le bio »
Le cahier des charges de la SA Ker Angel est unique dans son genre. Pour le concrétiser, Laurent Dartois, l’éleveur, et le…
Cooperl veut se désengager du dispositif collectif de gestion de l'équarissage pour valoriser à terme les co-produits issus des animaux trouvés morts.
Le collectif de la filière porcine française en danger
L’actualité de ces derniers mois démontre les tensions grandissantes dans la filière. Les dossiers de la fin de la castration à…
Les éleveurs ont construit une fosse de réception en béton d’une capacité de 15 tonnes. Les céréales sont reprises par une vis de diamètre 160 mm puis par un élévateur à godets qui les envoie vers les trois cellules de stockage.
"Nous baissons le prix de nos aliments porcs grâce à notre fabrique à la ferme"
Philippe et Guillaume Vasseur fabriquent les 800 tonnes d’aliments annuels nécessaires pour leur atelier de multiplication de 130…
Chaque rangée est composée de 11 cases libertés Pro Dromi Basic de Vereijken, de 2,7 mètres de long sur 2,42 mètres de large, soit une surface totale par case de 6,5 m2.
Une maternité pour truies en liberté à coûts maîtrisés
Dans la Manche, le Gaec de Kerezenn a agrandi son élevage de 145 à 180 truies et investi dans une maternité de 44 places,…
Les ministres de l’UE prudents sur l’interdiction des cages dans les élevages
Les ministres de l’UE prudents sur l’interdiction des cages dans les élevages

Sur le principe, tous les États membres, ou presque, souscrivent au renforcement des règles de l’UE en matière de bien-…

Une fois dans l’auge, l’aliment absorbe rapidement l’eau. Cela donne une forme de bouillie vite consommée par les porcelets. © D. Poilvet
Spécial SPACE : Quoi de neuf en nutrition porcine?
Beaucoup de nouveautés nutritionnelles seront présentées au Space pour répondre aux besoins de démédication et à l’arrêt de l’…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)