Aller au contenu principal

La hausse des cours difficile à répercuter

Les acteurs de la filière viande déplorent la réticence de la grande distribution à augmenter les prix des produits porcins dans leurs rayons.

Les contrats passés avec la distribution ont été signés sur la base de prix historiquement bas.
© D. Poilvet

Dans un communiqué de presse du 19 avril, le comité régional porcin demande à la grande distribution d’accepter la répercussion à la hausse des prix des produits du porc, en frais, mais aussi et surtout transformés, pour accompagner l’évolution de la conjoncture internationale. "Le temps est compté", souligne Philippe Bizien, son président. "En cohérence avec l’esprit des États Généraux de l’Alimentation, la distribution doit agir très vite et avec ampleur." Une situation d’autant plus difficile à accepter pour les éleveurs français que le cours affiché à Plérin a encore pris du retard par rapport aux cotations allemandes et espagnoles. Dans un communiqué daté du 10 avril, la Fédération nationale porcine dénonçait cet état de fait, et exigeait que "les abatteurs français réévaluent leurs positions d’achat à la hausse".

Ces revendications légitimes faisaient suite à un communiqué publié par les entreprises de charcuterie de la Fict (1) qui soulignent que les contrats passés avec la distribution ont été signés sur la base de prix de découpes de porcs historiquement bas. "L’impact de cette hausse brutale sur les comptes des transformateurs représente un grand danger pour leur survie économique", souligne la fédération. En réponse à ces revendications, les enseignes de la fédération du commerce et de la distribution, ont déclaré le 16 avril vouloir "rapidement prendre contact, dans le respect du droit de la concurrence, avec leurs fournisseurs de produits porcins et de charcuterie, afin de prendre en compte la hausse des cours".

(1) Fédération française des industriels charcutiers traiteurs et transformateurs de viande.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les animaux produits par Laurent Dartois, l’éleveur, sont destinés à une commercialisation haut de gamme supérieure au label rouge dont la distribution se fera dans les rayons boucherie frais de l’enseigne Intermarché.
« Un élevage de porcs entre le conventionnel et le bio »
Le cahier des charges de la SA Ker Angel est unique dans son genre. Pour le concrétiser, Laurent Dartois, l’éleveur, et le…
Cooperl veut se désengager du dispositif collectif de gestion de l'équarissage pour valoriser à terme les co-produits issus des animaux trouvés morts.
Le collectif de la filière porcine française en danger
L’actualité de ces derniers mois démontre les tensions grandissantes dans la filière. Les dossiers de la fin de la castration à…
Le système de préchauffage testé à Crécom a permis d’améliorer les paramètres d’ambiance (gaz et particules), mesurés par des capteurs installés dans les post-sevrages © Chambres d'agriculture de ...
Le préchauffage de l’air entrant améliore l’ambiance dans les post-sevrages des élevages de porcs
Le système de préchauffage de l’air entrant Biomim proposé par la société Calopor réduit la présence de gaz et de poussières dans…
Les ministres de l’UE prudents sur l’interdiction des cages dans les élevages
Les ministres de l’UE prudents sur l’interdiction des cages dans les élevages

Sur le principe, tous les États membres, ou presque, souscrivent au renforcement des règles de l’UE en matière de bien-…

Une fois dans l’auge, l’aliment absorbe rapidement l’eau. Cela donne une forme de bouillie vite consommée par les porcelets. © D. Poilvet
Spécial SPACE : Quoi de neuf en nutrition porcine?
Beaucoup de nouveautés nutritionnelles seront présentées au Space pour répondre aux besoins de démédication et à l’arrêt de l’…
© A. Puybasset
Les Trinottières testent des solutions pour améliorer l’efficacité alimentaire
La Chambre d’agriculture des Pays de la Loire évalue l’impact des programmes alimentaires et des équipements sur l’efficacité…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)