Aller au contenu principal

« La formulation basse protéine est payante sur l’autonomie protéique et le coût alimentaire de mes porcs charcutiers »

Pour éviter le gaspillage de protéines, Jean-Lou Le Gall formule au plus près des besoins de ses porcs en engraissement, alimentés en soupe en multiphase. Avec à la clé une économie importante sur le coût alimentaire.

La part du tourteaux de tournesol passe de 5% dans l'aliment nourrain à 7,2% dans l'aliment de finition.  © JEAN NANTEUIL
La part du tourteaux de tournesol passe de 5% dans l'aliment nourrain à 7,2% dans l'aliment de finition.
© JEAN NANTEUIL

Depuis plusieurs années, la SARL Le Gall a mis en place une formulation basse protéine pour les aliments des porcs en engraissement distribués en soupe. « L’objectif recherché est d’améliorer l’efficacité protéique et surtout de réduire le gaspillage de protéines en apportant un aliment répondant au plus près des besoins des animaux en croissance », a témoigné Jean-Lou Le Gall, lors du forum R & D organisé par le groupement Evel’up.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

L'UGPVB demande un plan Covid 19 pour les éleveurs de porcs
L'UGPVB demande la mise en place d'un plan de soutien pour le secteur porcin, à la hauteur des moyens mis en oeuvre dans les…
L'affaiblissement des flux à l'export devrait se poursuivre dans les prochains mois.
Le repli du prix du porc va persister
Le recul du cours du porc se poursuivra cet hiver, dans un contexte de prix élevés des matières premières et des énergies et des…
Mickaël et Isabelle Belloeil, éleveurs dans les Côtes-d'Armor. «Après avoir été multiplicateurs pendant 20 ans, nous voulions nous orienter vers un débouché qui amène une plus-value tout en valorisant le bon statut sanitaire de l’élevage.»
Une maternité liberté pour répondre aux attentes sociétales
Isabelle et Mickaël Belloeil se sont équipés d’une maternité dotée de cases mise bas bien-être. Engagés dans la démarche…
Le biogaz est produit dans le digesteur et post-digesteur de 1 050 m3 chacun.
Une nouvelle organisation de l'exploitation porcine avec la méthanisation
Une unité de méthanisation, ce n’est pas juste un atelier qui s’ajoute sur la ferme. Chez Damien et Jordan Pruvot installés à…
Les éleveurs de porcs mobilisés à St Brieuc pour demander de l’aide aux pouvoirs publics

De nombreux éleveurs de porcs et des salariés des entreprises de la filière se sont retrouvés ce jeudi 20 janvier en fin de…

Rémi Cambon avec  sa compagne, Béatrice Rouquier. «J’ai toujours voulu m’installer, élever des cochons. Mais quand mon père travaillait, il n’y avait pas de place pour deux.»
« C’est un plaisir de travailler pour soi quand on s'installe en production porcine»
Rémi Cambon a réalisé son rêve. Il a attendu 10 ans pour reprendre et développer l’élevage de ses parents à Junhiac, dans le sud…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)