Aller au contenu principal

La Chine veut réduire sa dépendance au porc US

La Chine veut réduire sa dépendance au porc US
© Pixabay

Un article publié par deux économistes chinois décrit l’évolution les relations politiques et commerciales fluctuantes entre la Chine et les États-Unis ces 40 dernières années. Le dernier conflit en date a débuté en 2018. Cette guerre commerciale sino-américaine avait entraîné un repli massif des importations chinoises en provenance des États-Unis, ainsi qu’une imposition de droits de douane élevés. Finalement, après 18 mois de conflits, les deux parties sont parvenues à trouver une entente temporaire en 2020, aboutissant à la signature de la première phase d’un accord commercial entre les deux pays.

L’auteur prévoit une hausse des échanges commerciaux sur la période 2020-2025, en particulier en 2021 et 2022, puisque la Chine était tenue d’après l’accord d’importer davantage de produits du porc américains au cours des deux années consécutives à la signature. Ensuite, le commerce se contractera puis diminuera. En effet, l’approvisionnement en produits américains a permis de réduire la tension entre offre et demande et stimulé le développement du secteur de la viande en Chine. L’année 2022 devrait constituer un tournant : pour protéger ses propres intérêts, la Chine cherche à diversifier ses importations et réduire son degré de dépendance vis-à-vis des États-Unis. Les États-Unis, cependant, souhaiteront limiter la montée en puissance de la Chine, ce qui pourrait faire réapparaître les tensions et affecter les échanges mondiaux agricoles.

Avis : Elisa Husson, Ifip-Institut du porc

De mauvais augure pour les Européens

© Ifip

« Malgré la signature d’un accord en 2020, les tensions se sont récemment ravivées entre la Chine et les États-Unis autour de la question de Taïwan. Ces conflits impactent les marchés agricoles internationaux, compte tenu de l’importance de ces deux pays dans le monde. En 2018 et 2019, alors que la crise entre les deux puissances était au plus fort, les exportateurs européens et brésiliens ont largement profité de l’instauration de droits de douane à l’import prohibitifs pour les Américains, de l’ordre de 25 % en moyenne selon les produits. Cependant, la Chine montre d’ores et déjà une volonté de réduction de sa dépendance aux importations. Elle a décidé en début d’année de relever ces droits de douane pour l’ensemble des fournisseurs. Ils passeront de 8 à 12 %. Ceci n’est pas de bon augure pour les exportateurs européens, alors même que la demande chinoise montre depuis plusieurs mois des signes d’affaiblissement. »

Côté biblio

Sino-US agricultural trade in the past 40 years : Retrospect and prospects on the signing of the first phase Sino-US economic and trade agreement. Cheng, E., & Luo, Y. (2021).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Evel’Up en baisse incite ses éleveurs de porcs à investir
Le groupement d'éleveurs de porcs Evel’Up a enregistré une production en baisse de 3 % à 3,6 millions de porcs. Ce qui ne l’…
Cooperl a bien résisté en 2021
Malgré une conjoncture défavorable, la coopérative lamballaise a réalisé un résultat nettement positif en 2021. Elle s’inquiète…
Avec un bâtiment semi-ouvert, le bien-être animal est considéré comme amélioré mais la réduction des émissions de gaz à effet de serre est plus délicate que dans un bâtiment fermé.
Deux visions possibles pour l’engraissement de porcs de demain
Deux concepts très différents ont été imaginés pour concevoir un engraissement de demain permettant de concilier environnement et…
François Pot, président du MPB, a mis en avant l'esprit pionnier des créateurs du marché du porc breton, dont  le finistérien Jean Moal, président de 1981 à 1992.
Marché du Porc Breton, 50 ans et toujours indispensable
Malgré les critiques et la baisse du nombre de porcs signalées chaque semaine, le marché du porc breton s'avère toujours…
La marge des GMS sur le jambon cuit augmente continuellement
La marge des GMS sur le jambon cuit augmente continuellement

 

Selon les données de l’observatoire de la formation des prix des marges (…

Coup de chaleur : 4 points de vigilance pour limiter le stress thermique des porcs
Anticiper le risque de stress thermique à l’approche de la saison estivale doit être un prérequis d’une bonne conduite d’élevage…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)