Aller au contenu principal

Herta lance une nouvelle filière « Engagé et Bon »

À l’occasion de la semaine de l’agriculture Française, Herta a présenté la nouvelle filière « Engagé et Bon » lancée en partenariat avec Porvéo, Socopa et la plateforme blockchain Connecting Food.

Pour Herta, leader français du jambon avec 25% de part de marché, la gamme Engagé et Bon qui regroupe les principales promesses sur le jambon répond aussi à une volonté de simplification de l’offre de jambon.   © Herta
Pour Herta, leader français du jambon avec 25% de part de marché, la gamme Engagé et Bon qui regroupe les principales promesses sur le jambon répond aussi à une volonté de simplification de l’offre de jambon.
© Herta

Depuis avril 2021, Herta propose une nouvelle gamme de jambon « Engagé et Bon » issu de porcs français, élevés sans traitement antibiotique dès la naissance, nourris sans OGM, avec une conservation sans nitrites grâce à des extraits végétaux et un antioxydant et emballé dans une barquette en papier recyclable. Les porcs sont fournis par des éleveurs de Pays de la Loire et Normandie de Porvéo, groupement porc de Terrena, qui bénéficient d’un complément de rémunération. Ils sont abattus sur le site d’Evron de Socopa, en Mayenne. Puis les jambons sont transférés à l’usine Herta d’Illkirch, en Alsace.

 

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Mathieu Cazals, éleveur dans l’Aveyron. « Le Spotmix est un système performant qui permet d’alimenter la totalité de l’atelier à partir de la Faf et de travailler en bouillie pour le postsevrage. » © B. Griffoul
« Jeune installé, Mathieu Cazals estime que son exploitation est viable avec la seule production porcine »
Mathieu Cazals s’est installé sur l’exploitation familiale après treize ans de salariat en élevage. Il passe de 80 à 140 truies…
Arrêt de la castration à vif : la pression monte
L’association d’éleveurs « pour le bien-être animal et la non castration » reste mobilisée au sujet de l’arrêté interdisant…
Michel et Bruno Hamon, Gaec Coat-Bihan. « Le lavage révèle la dextérité de celui qui le programme. » © D. Poilvet
Lavage en élevage de porc : « Le robot fait le travail le plus pénible »
Les associés du Gaec Coat Bihan à Plédéliac, dans les Côtes-d’Armor, utilisent deux robots de lavage pour laver toutes les salles…
Les nez humains doivent sentir les molécules odorantes sur le gras chauffé des carcasses. © UGPVB
Un kit de sélection des futurs nez humains pour détecter les odeurs sexuelles sur les carcasses de porcs en abattoir
Dans l’hypothèse d’un développement de la production de mâles entiers ou immunovaccinés, Armelle Prunier de l’Inrae a mis au…
Le nombre d’Enterococcus et de coliformes totaux dans la soupe peut être un indicateur d’une soupe de mauvaise qualité microbiologique et à risque de diarrhées néonatales. © D. Poilvet
Un lien entre l’hygiène de la soupe des truies et les diarrhées néonatales
Une étude de Porc. spective montre que le risque d’avoir des diarrhées néonatales augmente lorsque le dénombrement d’entérocoques…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)