Aller au contenu principal

Hénaff vise 100 % d’approvisionnement sous signe de qualité d’ici 2030

Hénaff veut se fournir à 100% en local d'ici 2030. © Henaff
Hénaff veut se fournir à 100% en local d'ici 2030.
© Henaff

L’entreprise Jean Hénaff a annoncé vouloir s’approvisionner à 100 % en viande sous signe de qualité d’ici 2030 (contre 26 % aujourd’hui). Un objectif inscrit dans sa stratégie Be Good 2030, axée sur le développement durable. Ce plan comporte cinq axes, dont la bientraitance animale et la protection de l’environnement. Parmi les mesures phares, Hénaff s’engage à valoriser 100 % de ses déchets et à se fournir à 100 % en local. Le leader des pâtés et rillettes vise une certification Lucie ISO 26000 (responsabilité sociétale) avant la fin 2019. Hénaff a créé une « communauté de progrès » avec le groupement de producteurs Evel’Up. Elle compte une douzaine d’éleveurs volontaires qui se sont fixés des objectifs plus ambitieux (truies en maternité en liberté, arrêt de la castration et de la caudectomie des porcelets, alimentation sans OGM et « issus de terres sans pesticides », etc.). Hénaff a réalisé en 2018 un chiffre d’affaires de 45,5 millions d’euros (+ 9 %), tiré par de récentes acquisitions : GlobeXplore en 2017 (algues alimentaires) et Kervern en 2018 (charcuterie artisanale bio). Chahuté sur son marché historique, le groupe a abandonné certaines activités déficitaires (pâtés MDD et saucisson sec).

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Mathieu Cazals, éleveur dans l’Aveyron. « Le Spotmix est un système performant qui permet d’alimenter la totalité de l’atelier à partir de la Faf et de travailler en bouillie pour le postsevrage. » © B. Griffoul
« Jeune installé, Mathieu Cazals estime que son exploitation est viable avec la seule production porcine »
Mathieu Cazals s’est installé sur l’exploitation familiale après treize ans de salariat en élevage. Il passe de 80 à 140 truies…
Arrêt de la castration à vif : la pression monte
L’association d’éleveurs « pour le bien-être animal et la non castration » reste mobilisée au sujet de l’arrêté interdisant…
Michel et Bruno Hamon, Gaec Coat-Bihan. « Le lavage révèle la dextérité de celui qui le programme. » © D. Poilvet
Lavage en élevage de porc : « Le robot fait le travail le plus pénible »
Les associés du Gaec Coat Bihan à Plédéliac, dans les Côtes-d’Armor, utilisent deux robots de lavage pour laver toutes les salles…
52 % des éleveurs pensent économiser entre 10 et 20 euros par tonne d’aliment. © C. Drique
La fabrication des aliments à la ferme toujours motivante pour les éleveurs de porcs
Économiser sur le coût alimentaire est la première motivation des éleveurs qui fabriquent leurs aliments à la ferme, selon une…
Le nombre d’Enterococcus et de coliformes totaux dans la soupe peut être un indicateur d’une soupe de mauvaise qualité microbiologique et à risque de diarrhées néonatales. © D. Poilvet
Un lien entre l’hygiène de la soupe des truies et les diarrhées néonatales
Une étude de Porc. spective montre que le risque d’avoir des diarrhées néonatales augmente lorsque le dénombrement d’entérocoques…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)