Aller au contenu principal

Flambée de l'énergie : L’industrie de la viande porcine est sur le gril

La flambée du prix de l’énergie inquiète l’aval de la filière qui réclame la mise en place d’un bouclier tarifaire. En attendant, ce sont les plus petits opérateurs qui sont menacés à court terme.

Avec un prix de l'énergie multiplié par cinq pour l’électricité et par près de deux pour le gaz en deux ans, la pression est maximale chez les abatteurs et les transformateurs.
Avec un prix de l'énergie multiplié par cinq pour l’électricité et par près de deux pour le gaz en deux ans, la pression est maximale chez les abatteurs et les transformateurs.
© D. Poilvet

Ces dernières semaines, les syndicats professionnels ont alerté le gouvernement et les consommateurs de la situation difficile que rencontrent leurs adhérents sur le front de l’énergie. L’interprofession Inaporc évoquait le 17 novembre une « filière porcine au bord de la rupture » et soulignait le risque d’importations en hausse. Dans un communiqué publié le 17 octobre, la fédération des charcutiers-traiteur (la Fict représente 85 % du secteur avec 300 entreprises adhérentes) pointait du doigt le risque de défaillance des entreprises. Avec un prix multiplié par cinq pour l’électricité et par près de deux pour le gaz en deux ans, la pression est maximale, surtout chez ceux qui « doivent renégocier sur cette fin d’année leur contrat d’énergie pour les trois prochaines années », explique Paul Rouche, directeur de Culture viande, syndicat des industries de la viande — 180 à 200 établissements d’abattage-découpe et de transformation (80 % du secteur, hors Cooperl qui n’adhère pas).

Les grands industriels les plus exposés

Pour les entreprises de charcuterie, le seul surcoût du prix de l’énergie sur l’année 2022 devrait représenter 3,3 % de leur chiffre d’affaires en moyenne, voire près de 8 % pour ceux ayant signé le contrat le plus défavorable, précise la Fict. Une charge difficilement surmontable quand on connaît la marge nette moyenne du secteur de la charcuterie sur les cinq dernières années : entre 1,2 et 2,7 %, toujours selon la Fict. Les industriels demandent la mise en place d’un bouclier tarifaire efficace pour protéger les entreprises. La création d’un guichet d’aides publics annoncée en octobre lors du Salon international de l’alimentation (Sial) à Paris va dans le bon sens, disent les spécialistes du secteur. « Mais en réservant son accès à ceux dont le poste énergie représente plus de 3 % du chiffre d’affaires, c’est-à-dire aux très petites entreprises, il exclut d’emblée les grands industriels », déplore Paul Rouche. Pour Culture viande, ce sont « 10 à 15 % des entreprises du secteur qui pourraient stopper leurs activités ».

Répercussion auprès des clients marginale

 

 
« 10 à 15 % des entreprises du secteur qui pourraient stopper leurs activités »
« 10 à 15 % des entreprises du secteur qui pourraient stopper leurs activités » © Culture viande
Avec une telle progression des charges, les industriels n’ont pas d’autre choix que d’augmenter le prix de vente de leurs produits. Or, « la répercussion des surcoûts de gaz et d’électricité dans les contrats commerciaux avec les clients distributeurs reste aujourd’hui très marginale », souligne la Fict. Dans le même temps, les principaux pays producteurs européens de porcs ont mis en place des boucliers efficaces. « L’Allemagne annonce […] un plafonnement du prix de l’électricité à 130 euros le MWh, l’Espagne et le Portugal à 200 euros alors que plusieurs entreprises françaises (l’ont payé) plus de 500 euros », déplore l’interprofession Inaporc. Ce différentiel de prix dégrade la compétitivité de la filière française et accélère le flux des importations. Sur les sept premiers de l’année, les importations de porcs ont progressé de 6,6 % selon Inaporc, celles de produits de charcuterie de 31 % (dixit la Fict), mettant à mal l’idée de souveraineté alimentaire.

 

Les plus lus

, avec Anita et Sylvain Lohier, avec Christophe Hue, technicien bâtiment Eureden (à gauche). "Ces investissements vont permettre d’augmenter l'autonomie de l'élevage en ...
« Avec notre nouveau bâtiment d’engraissement et son silo tour, nous renforçons l’autonomie de notre élevage de porcs »

Anita et Sylvain Lohier ont investi dans un bâtiment pour engraisser tous les porcelets issus de leur atelier naissage. Une…

Guillaume et Clément Trubert  : "Notre projet s'inscrit dans une démarche globale d'autonomie, en matière de commercialisation de nos cochons, de places d'engraissement, ...
« La vente directe a créé de l’emploi sur notre exploitation porcine de 140 truies »

Guillaume et Clément Trubert ont repris l’élevage familial en développant l’activité de vente directe avec l’objectif de…

Avec l'extension du site, comprenant la zone d'attente des porcs vifs ainsi que le dispositif d'étourdissement au CO2, l'abattoir Cooperl Viande a continué de produire ...
Cooperl Viande investit 15 millions d'euros dans son abattoir de Montfort-sur-Meu

Les travaux de modernisation de l’outil d’abattage de Cooperl Viande visent à améliorer la qualité de carcasse, l’…

Les élevages de moins de 150 truies sont souvent insérés dans des exploitations mixtes.
Les élevages de moins de 150 truies détiennent une truie sur six en France

Malgré l’augmentation constante de la taille des exploitations, les élevages de moins de 150 truies détiennent encore 16…

« La sonde d'insémination Easy & Clean évite le nettoyage des vulves des truies»

À la tête d’un élevage de sélection de 250 truies, Olivier Bouchonneau utilise depuis juillet 2023 les sondes Easy &…

quarantaine cochette
Trois leviers pour optimiser la carrière des cochettes

L'analyse des chiffres de la station expérimentale de Cooperl et de la base de données Pass cheptel démontre que la durée de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)