Aller au contenu principal

Evel’up est en ordre de marche

Les dirigeants et responsables professionnels d'Evel'up. "Notre engagement pris lors de la fusion en 2018 a été tenu."
© A. Puybasset

« Evel’up est désormais en rythme de croisière, prête à accompagner les éleveurs pour relever les challenges à venir, dans un contexte international qui nous ouvre de nouvelles perspectives », a affiché son président Guillaume Roué, lors d’une conférence de presse qui s’est tenue en amont de l’assemblée générale du 7 juin. Issue il y a tout juste un an de la fusion de Prestor et d’Aveltis, la portant au rang de 2e groupement de porcs (quatre millions de têtes commercialisées, soit 20 % de la production nationale), la coopérative regroupe aujourd’hui 1 000 adhérents, avec des profils d’élevage très diversifiés, et compte 160 salariés. « Notre coopérative reste une structure légère sans outils aval ni amont, ce qui nous donne une liberté de parole et un conseil indépendant vis-à-vis de nos adhérents », poursuit Philippe Bizien, président délégué. La coopérative a réaffirmé ses axes stratégiques : la défense d’un prix public au sein du MPB (Evel’up représentant 48 % des apports), complétée par une ouverture sur les marchés étrangers lorsque cela est nécessaire pour obtenir le meilleur prix du porc ; un conseil tourné vers la pluralité des modèles de production en développant une approche multidisciplinaire autour des projets (santé, bâtiment, technique…). La coopérative s’est également dotée d’un service de recherche et développement, avec pour objectif de tester en élevage des solutions permettant d’améliorer le coût de production tout en répondant aux attentes sociétales. Si la production sous cahier des charges Porc français reste très majoritaire au sein d’Evel’up, la part de la segmentation a progressivement augmenté jusqu’à 15 %. « L’objectif est d’atteindre 25 % à 30 % de montée en gamme, en phase avec le plan de filière national », rappelle Guillaume Roué. Plusieurs schémas de commercialisation adossés à des cahiers des charges différenciants sont proposés aux éleveurs, tels que les contrats passés avec JPA-Intermarché, Herta, Kermené ou encore Hénaff.

Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Romain Louzaouen s’est préparé très tôt à son installation. « Il faut du temps pour mûrir son projet, conforter ses décisions, échanger avec les cédants. Il me paraissait important de les impliquer dans le projet. » © A. Puybasset
Jeune installé en porc : « On vise l’autonomie et la qualité de vie »
Romain Louzaouen est installé depuis 2019 avec son frère David dans le Finistère. La reprise d’une ferme voisine a permis d’…
© M.Courades
L’arrêt de la castration à vif des porcelets au cœur des débats de la Fédération Nationale Porcine
La Fédération nationale porcine (FNP) a réaffirmé son souhait que le mâle entier devienne la référence du cadran lors de son…
L'alimentation multiphase est difficile à mettre en oeuvre avec des systèmes de distribution de soupe à eau poussante ou avec recyclage, majoritaires en France. © D. Poilvet
Trois solutions pour faire du multiphase en soupe en élevage de porcs
Les Chambres d’agriculture de Bretagne et l’Ifip ont décrypté les propositions des fabricants de machines à soupe pour pouvoir…
Arnaud Brielles, avec Mathieu Soulabaille (Asserva). «Par rapport à l’ancien post-sevrage, le gain d’indice de consommation me fait fait gagner 4 500 euros de coût alimentaire par bande de 1 100 porcelets, soit 45 000 euros par an.» © D. Poilvet
Une alimentation de précision pour les porcelets
Arnaud Brielles a investi dans l’alimentateur Optimat d’Asserva pour distribuer un aliment humidifié aux porcelets logés dans son…
L’enjeu pour raisonner les élevages de demain est de répondre à la fois aux attentes de la société, et à celles des éleveurs en termes de qualité de travail et de niveau de rémunération. © D. Poilvet
L’incidence environnementale des élevages doit être évaluée globalement
L’Ifip pilote un nouveau programme de recherche dont l’objectif est d’évaluer globalement les incidences environnementales de…
Didier Gaudré, Ifip-Institut du porc © Ifip
Des tanins pour réduire les odeurs sexuelles des carcasses de porc

Selon une étude d’un groupe de chercheurs tchèques et slovaques, l’incorporation de 2 % d’extraits de…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)