Aller au contenu principal

Deux méthodes pour produire ses cochettes à la ferme

Le croisement alternatif et la multiplication à la ferme à partir d’un noyau de truies grand-parentales sont les deux techniques d’autorenouvellement les plus utilisées. Avantages et inconvénients de chacune d’elles.  

Deux méthodes pour produire ses cochettes à la ferme
© D. Poilvet

Le croisement alternatif est la méthode d’autorenouvellement la plus fréquemment utilisée en élevage.

 

 

 

Les éleveurs produisent leurs cochettes à partir des meilleures truies de leur troupeau.

Ces truies sont inséminées alternativement avec de la semence de deux types génétiques de verrats de race pure (Large-White et Landrace en général). L’intérêt principal de cette méthode est sa simplicité et son coût peu élevé. Elle renforce la biosécurité externe de l’élevage puisqu’il n’y a pas d’introduction d’animaux. Selon le schéma génétique avec lequel l’éleveur travaille, il peut avoir accès au catalogue des meilleurs verrats de CIA, au même titre qu’un multiplicateur. Ses inconvénients sont essentiellement d’ordre génétiques. Après quelques années, le troupeau de truies ainsi que les issus peuvent devenir hétérogènes sur les aspects morphologiques (gabarits, épaisseur de lard), les comportements (agressivité) ou les caractéristiques de reproduction (durée et/ou qualité des chaleurs, prolificité…). Par ailleurs, la valeur génétique du troupeau risque de se détériorer par rapport au schéma, puisque le progrès génétique est apporté uniquement par le verrat. La perte de performance sur les truies est aussi liée à la baisse de l’effet hétérosis qui est maximum pour des croisements à parité entre les deux races pures constituant la cochette F1.

L’autorenouvellement réalisé à partir d’un noyau de truies grand-parentales (GP) de race pure est plus complexe à mettre en œuvre.

 

 

 

Mais elle permet d’accéder intégralement au progrès du schéma génétique, puisque l’apport de sang neuf se fait à la fois par la lignée mâle et la lignée femelle. Des truies de race pure présentes sur l’élevage composent un noyau de truies grand-parentales. Elles sont inséminées avec de la semence de verrat d’un autre type génétique (par exemple, Landrace pour des truies Large-White). Elles peuvent aussi être produites sur l’élevage, avec de la semence de même type génétique, ce qui renforce la biosécurité externe. S’agissant d’un croisement à parité de deux races pures, l’effet hétérosis est maximum. L’entrée d’animaux se limite au renouvellement du noyau de truies GP. L’autoproduction de ces truies GP permet même d’éviter tout apport extérieur d’animaux. Mais cette technique demande une grande rigueur dans la conduite sanitaire. L’élevage doit être équipé de deux quarantaines distinctes, une pour les cochettes produites et une pour les cochettes GP. Le suivi généalogique de chaque reproductrice doit être également rigoureux pour éviter la consanguinité.

Les plus lus

Cyril et Marina Montier, et Vincent Lenoir. « Nous proposons à nos clients des viandes et des charcuteries en direct de notre coopérative. »
Un nouveau magasin Coop chez vous dans les Côtes-d’Armor
La ferme du Moulin Tizon à Penguily, dans les Côtes-d’Armor, est le 17e magasin Coop chez vous, une démarche de vente…
Christian Maisonneuve est éleveur de porcs à Bouchamps-lès-Craon en Mayenne « J’ai choisi la biofiltration pour mon élevage de porcs et je ne le regrette pas ! »
« J’ai choisi la biofiltration pour mon élevage de porcs et je ne le regrette pas ! »
Christian Maisonneuve est éleveur de porcs à Bouchamps-lès-Craon en Mayenne. En 2021, il a fait le choix de mettre en place un…
Un biofiltre bien optimisé permet de réduire plus de 50% des émissions d’ammoniac.
La biofiltration pour réduire les émissions d'ammoniac et les odeurs des bâtiments porcins
La biofiltration est un système de traitement de l’air en sortie de ventilation qui permet de réduire les émissions d’ammoniac et…
Avec un prix de l'énergie multiplié par cinq pour l’électricité et par près de deux pour le gaz en deux ans, la pression est maximale chez les abatteurs et les transformateurs.
Flambée de l'énergie : L’industrie de la viande porcine est sur le gril
La flambée du prix de l’énergie inquiète l’aval de la filière qui réclame la mise en place d’un bouclier tarifaire. En attendant…
Mathieu Edy (à gauche), avec Anthony Leblanc, responsable de la maternité, et Maxime Edy. «En achetant un lot de cochettes croisées par an, nous n'avons pas à gérer un noyau de race pure.»
"J'assure le renouvellement de mon troupeau de truies grâce à un noyau de cochettes F1"
À l’EARL Edy naissage, trente cochettes croisées Large-White x Landrace sont introduites dans l’élevage une fois par an.…
Forte baisse des résultats des élevages de porcs en 2021 à l’international
Forte baisse des résultats des élevages de porcs en 2021 à l’international
En 2021, les résultats des éleveurs de porc ont baissé dans la très large majorité des principaux pays producteurs du monde…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)