Aller au contenu principal

Des règles strictes pour le transport des porcs par les éleveurs

L’administration a fixé des règles de biosécurité concernant le transport de porcs réalisé par les éleveurs, qui représente un risque de propagation de maladies entre élevages.

La bétaillère doit être systématiquement nettoyée et désinfectée après chaque transport. © D. Poilvet
La bétaillère doit être systématiquement nettoyée et désinfectée après chaque transport.
© D. Poilvet

L’arrêté concernant les règles de sécurité lors du transport des porcs réalisé par les éleveurs souligne que la bétaillère utilisée doit être équipée d’un plancher antidérapant et d’un système qui réduit au minimum les fuites d’urine ou de fèces. Les plans de circulation doivent être respectés, ainsi que les règles d’accès à la zone professionnelle et au quai d’embarquement ou de déchargement des exploitations concernées, du site d’abattage ou de la station de nettoyage-désinfection. Après le transport le véhicule doit être nettoyé et désinfecté. À l’abattoir, le protocole fixé par l’établissement doit être respecté. Hors abattoir, il faut suivre une procédure dont l’efficacité a été préalablement démontrée (par des analyses microbiologiques) ou en appliquant le protocole de l’arrêté ministériel du 29 avril 2019. Des contrôles visuels sont réalisés au minimum après chaque nettoyage et avant chaque désinfection d’un véhicule (absence de souillures sur les surfaces) sur plusieurs points du véhicule. S’ils ne sont pas satisfaisants, des mesures correctives immédiates doivent être appliquées. Chaque contrôle visuel est enregistré (date, lieu, résultats, mesures correctives éventuelles) et conservé dans le véhicule lors du transport suivant. Pour chaque véhicule, la tenue d’un registre conservé trois ans (papier ou support électronique) est obligatoire avec la date et le lieu de départ, l’espèce, le type de catégorie et le nombre d’animaux transportés, la date, l’heure et le lieu de chargement ou de déchargement, ainsi que du dernier nettoyage et désinfection du véhicule. Dans le cas de transferts directs entre deux sites d’exploitation appartenant à la même entité juridique avec un moyen de transport de l’entité juridique, sont seulement obligatoires les dispositions sur la conception des véhicules, sur les conditions de transport en zones réglementées et sur la séparation entre porcins et sangliers. De plus, les conditions de nettoyage et de désinfection après transport doivent être prévues par le détenteur dans les plans de biosécurité respectifs de chacun de ces sites d’exploitation.

Côté web

L’ensemble des obligations prévues par cet arrêté sont présentées dans un document Ifip « Mesures de biosécurité pour le transport des porcs » accessible sur le site biosécurité de l’Ifip 

 

Repères

Protocole de nettoyage des bétaillères hors abattoir (arrêté ministériel du 29 avril 2019)

Prélavage par détrempage des surfaces à l’eau et élimination mécanique des souillures.
Nettoyage à l’eau chaude non recyclée à l’aide d’un produit détergent associé à une action mécanique (brossage, raclage ou jet haute pression), en veillant à respecter la concentration et le temps d’action indiqués sur la fiche technique du détergent utilisé.
Rinçage
Application d’un produit désinfectant autorisé efficace contre les virus, en veillant à respecter la concentration et le temps d’action indiqués sur la fiche technique du désinfectant utilisé.
Séchage sans rinçage préalable.

À retenir

Lors d’un transport d’animaux, il faut :

Utiliser une bétaillère ou une remorque préalablement nettoyée et désinfectée
Avoir une tenue vestimentaire et des bottes spécifiques à cette activité qui ne doivent jamais être utilisées dans la zone d’élevage
Ne pas pénétrer dans l’élevage de réception
Nettoyer et désinfecter la bétaillère avant le retour sur le site d’exploitation
Passer pas le sas sanitaire, changer de tenues, de bottes et se laver les mains avant toute nouvelle entrée dans la zone d’élevage

Les plus lus

éleveur de porcs dans la Sarthe
« Mon atelier porcin d'engraissement est en synergie avec mes cultures »
Gérant et associé d’une maternité collective, Sébastien Renvoisé a en parallèle investi dans un atelier d’engraissement, raisonné…
François Denoual : «Avec la nouvelle maternité, je compte améliorer le nombre de sevrés par truie et gagner en confort de travail.»
« J'optimise mon temps de travail avec le nouveau naissage de mon élevage de porcs»

À la tête d’un élevage de 174 truies et sa suite, François Denoual a investi dans un bâtiment regroupant la maternité et la…

Les porcelets sont mélangés en groupes de trois à quatre portées.
« La sociabilisation des porcelets en maternité m’apporte beaucoup d’avantages »

Depuis deux ans, Ségolène sociabilise ses porcelets en maternité. Elle y voit de nombreux avantages sur ses conditions de…

Les journées s’articulent généralement autour d’une visite d’élevage chez l’un des membres du groupe.
Les éleveurs de porcs réfléchissent en groupe pour anticiper les évolutions des élevages
Les Chambres d’agriculture de Bretagne animent cinq groupes d’éleveurs de porcs répartis sur toute la région. Les thématiques…
Michel Bloc'h, président de l'UGPVB l’élevage a deux défis à relever : l’investissement et le renouvellement des élevages. "
Quels sont les défis à relever pour maintenir l’élevage de porcs en France?
L’assemblée générale de l’Union des groupements de producteurs de viande de Bretagne (UGPVB) a souligné les difficultés que…
La conjoncture économique plus favorable en 2023 encourage les investissements dans les bâtiments d'élevage.
Trésoreries : Une bonne année 2023 en élevage de porc

La hausse du prix du porc en 2023 a permis de renflouer les trésoreries des élevages de porc, mises à mal depuis 2020. L’étude…

Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)