Aller au contenu principal

« Des élevages bio viables, vivables et transmissibles »

Gildas Alleno représente la nouvelle génération d’éleveurs de porcs bio installés depuis trois à quatre ans qui ont contractualisé leur production avec les abattoirs. Mais il ne veut surtout pas opposer son modèle de production à celui des « pionniers ».

Gildas Alleno, éleveur de porcs bio à Lanfains, dans les Côtes d'Armor © Syproporcs
Gildas Alleno, éleveur de porcs bio à Lanfains, dans les Côtes d'Armor
© Syproporcs

Comment peut-on décrire les éleveurs bio tels qu’on peut rencontrer au Gouessant, votre coopérative ?

Gildas Alleno - Ce sont généralement de jeunes éleveurs, à la recherche d’une alternative à un mode de production qui ne leur convient pas ou plus, pour des raisons très diverses. Ils ont une taille d’atelier autour de 100 truies pour travailler avec un salarié et avoir une bonne qualité de vie. Pour cette raison, ils veulent généralement produire dans des bâtiments. Cela leur permet de viser des performances de meilleur niveau que le plein air, et des conditions de travail améliorées. Au Gouessant, nous sommes six éleveurs représentatifs de cette nouvelle génération. Quatre d’entre nous se sont installés grâce au bio. Notre groupe se caractérise par la jeunesse de ses membres.
Sous-titre
Vous êtes abonné(e)
Titre
IDENTIFIEZ-VOUS
Body
Connectez-vous à votre compte pour profiter de votre abonnement
Sous-titre
Vous n'êtes pas abonné(e)
Titre
Créez un compte
Body
Choisissez votre formule et créez votre compte pour accéder à tout Réussir porc.

Les plus lus

Les animaux produits par Laurent Dartois, l’éleveur, sont destinés à une commercialisation haut de gamme supérieure au label rouge dont la distribution se fera dans les rayons boucherie frais de l’enseigne Intermarché.
« Un élevage de porcs entre le conventionnel et le bio »
Le cahier des charges de la SA Ker Angel est unique dans son genre. Pour le concrétiser, Laurent Dartois, l’éleveur, et le…
Anne Richard est la nouvelle directrice de l'interprofession porcine Inaporc

Anne Richard, actuelle directrice de l'Itavi et d'Anvol (Institut technique de l’aviculture et Interprofession de la volaille…

« La non castration des porcelets, c’est une économie de 10 euros par porc»

L’association des éleveurs « 

Des situations financières plus solides en 2020 pour les élevages de porcs bretons
L’analyse de Cerfrance Bretagne montre un niveau soutenu des marges brutes par truie sur deux années successives. Il a contribué…
Le système de préchauffage testé à Crécom a permis d’améliorer les paramètres d’ambiance (gaz et particules), mesurés par des capteurs installés dans les post-sevrages © Chambres d'agriculture de ...
Le préchauffage de l’air entrant améliore l’ambiance dans les post-sevrages des élevages de porcs
Le système de préchauffage de l’air entrant Biomim proposé par la société Calopor réduit la présence de gaz et de poussières dans…
Cooperl veut se désengager du dispositif collectif de gestion de l'équarissage pour valoriser à terme les co-produits issus des animaux trouvés morts.
Le collectif de la filière porcine française en danger
L’actualité de ces derniers mois démontre les tensions grandissantes dans la filière. Les dossiers de la fin de la castration à…
Publicité
Titre
Je m'abonne
Body
A partir de 100€/an
Liste à puce
Version numérique de la revue Réussir Porc
2 ans d'archives numériques
Accès à l’intégralité du site
Newsletter Filière Porcine
Newsletter COT’Hebdo Porc (tendances et cotations de la semaine)